Renouveau de l’Institut universitaire de gestion: des nouvelles mesures pour redorer le blason

7

Après 4 mois d’interruption des cours, suite à une grève des professeurs, l’Institut universitaire de gestion (UIG) sous l’impulsion de son nouveau directeur, le Dr Alou Badra MACALOU, est dorénavant engagé à redorer son blason. La preuve nous a été donnée, à travers les grandes innovations en cours, rapportées par des responsables de l’Institut. L’organisation du test transparent et sincère relatif à la rentrée prochaine en est une parfaite illustration.

Pour constater les nouvelles réformes en cours avec la nouvelle direction de l’IUG, nous avons échangé, hier mardi, avec le chef de département OGO (Organisation et gestion organisationnelle), Seid El Moctar FOFANA et le Dr Boubacar CISSE, chargé des relations extérieur de l’Institut.
Aussi, nous avons eu droit à une visite guidée des lieux pour constater les nouvelles mesures prises pour désengorger les lieux de dépôts de dossiers pour le test d’entrée à l’IUG.
Selon notre interlocuteur, le nouveau directeur est plus que déterminé à insuffler un nouveau dynamisme à l’Institut depuis sa nomination. Ce qui, soutient-il, explique le fait que tout le monde se trouve présentement motiver et prend le travail à bras le corps.
Pour lui, c’est sur la base de la marque de confiance, que le personnel enseignant a pour le Directeur MACALOU, que le syndicat a décidé de reprendre les cours sans que leurs doléances ne soient satisfaites par l’Etat, après 4 mois d’arrêts des cours.
«La feuille de route qui a été proposée par le Directeur général a bénéficié l’adhésion de tout le monde. C’est quelqu’un qui n’a pas été parachuté. Il connait bien l’IUG. Il a su situer le problème de l’Institut tout en proposant des solutions qui permettront certainement de redorer l’image de l’IUG qui était écornée par la méfiance ces derniers temps», a affirmé Seid El Moctar FOFANA.
Présentement, c’est une ingénieuse technique qui est mise en place dans la cour de l’IUG pour permettre aux candidats au test d’entrée de déposer leurs dossiers dans la tranquillité et avec aisance, a-t-il témoigné.
Contrairement aux années précédentes, dira le chef du département Organisation et gestion opérationnelle, le nouveau directeur implique tous les partenaires possibles pour l’organisation du test.
Dans ce nouveau dispositif, pour faciliter le dépôt des dossiers, les leaders de l’AEEM ont été également impliqués.
Aujourd’hui les responsables de l’IUG saluent le fait qu’au lieu de faire du dépôt des dossiers un moyen lucratif comme par le passé, l’AEEM est en train de jouer un grand rôle d’orientation des candidats, cette année. Ce qui est une première dans la vie de cet Institut où les responsables de l’AEEM se faisaient remarquer par la violence et le ‘’racket’’ des candidats à l’occasion des différents tests.
« Cette année la nouvelle direction a décidé de placer le test d’entrée à l’IUG sous le signe de la transparence et de la sincérité. Toutes les mesures sont en train d’être mises en œuvre pour que tous les candidats soient sur le même pied d’égalité afin que seuls les plus méritants soient retenus. Un autre point fort de l’innovation en cours est la rigueur dans le travail », a affirmé notre interlocuteur.
A son vis, le challenge à l’IUG a pour nom: engagement des professeurs, du personnel administratif et des étudiants, désormais déterminés à sauver l’année universitaire, fortement éclaboussée par 4 mois de grève.
Pour M. FOFANA, le grand engouement des candidats pour l’IUG s’explique par le fait que cette école forme des étudiants qui sont prêts pour le marché de l’emploi. Et notre interlocuteur de déplorer l’insuffisance criarde d’infrastructures qui réduit sa capacité d’accueil, malgré le grand engouement.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *