Renouvellement du bureau CNJ de la CIV: tension autour de la succession de Mohamed Salia Touré

1

Collectif des candidats du conseil de la jeunesse de la IV du district de Bamako a organisé, jeudi dernier, une conférence de presse au foyer des jeunes de Lafiabougou en commune IV. Il s’agissait de porter sur la place publique le blocage du renouvellement du bureau CNJ de ladite commune en prélude aux assises du congrès de Badiangara, les 27 et 28 novembre prochain.

La tension est vive en commune VI où, pour la première fois, le processus de renouvellement du bureau du CNJ entraine, la semaine dernière. Des dérives graves que dénonce le Collectif des candidats en CIV qui a organisé, jeudi dernier, une conférence de presse au foyer des jeunes de Lafiabougou en commune IV. Pour cause, dans cette commune, le renouvellement du bureau de la localité fait face à un blocage entre les partisans de Oumar Bassy SANOGO et ceux de Massigui Drissa COULIBALY dit « Dri », tous deux prétendant au poste de président CNJ de la commune. Au cours de cette conférence de presse une rencontre était présents Oumar Bassy SANOGO, candidat au poste de président (CNJ), le collectif des candidats a dénoncé l’immixtion de Mohamed Salia Touré, président sortant du bureau national du CNJ dans le travail des commissions de renouvellement au niveau de toutes les structures de base. Particulièrement en commune IV Mohamed Touré et ses partisans sont accusés d’avoir infiltré la commission locale de renouvellement et pris en otage le processus qui reste toujours bloqué suite au report de l’élection du nouveau bureau. Selon le conférencier, Mohamed Salia TOURE, président sortant du CNJ aurait donné des instructions pour l’empêcher d’être un délégué lors du congrès prochain. Lors du renouvellement du bureau de la commune IV en début de semaine dernière, les partisans de Oumar Bassy SANOGO et ceux de Massigui Drissa COULIBALY ne se sont pas convenu sur les principes et les critères qui donnent droit à une association de voter.
En fait, les partisans de Oumar Sanogo reprochent à ceux de Massigui Drissa dit « Dri » d’avoir monté (avec son réseau) une liste fictive additive de 90 associations qu’ils veulent à tout prix introduire dans le processus en plus des 170 retenues officiellement par la commission. En réalité, dénonce le collectif, les 90 associations ne répondent à aucun critère d’éligibilité.
Lors de cette rencontre, le Collectif a décrié le bilan du président sortant et dénoncé certain de ses pratiques qui ne font ni l’honneur ni la dignité encore moins la fierté de la jeunesse malienne. Aujourd’hui, c’est un Collectif déterminé à tourner la page Mohamed Salia TOURE, qui s’est mis en ordre de bataille. Aussi, le regroupement entend utiliser tous les moyens légaux pour faire partir Mohamed Salia.
Dans les milieux jeunes, le secrétaire exécutif sortant, Mohamed Salia TOURE, est accusé de jouer des détours à ses potentiels adversaires dans l’optique de rempiler avec la complicité de la jeunesse de certains partis politiques de la majorité. Des manœuvres jugées déloyales par ses détracteurs qui l’accusent de vouloir violer les textes de l’organisation.
Pour barrer la voie à sa réélection, plusieurs associations et mouvements de jeunesse qui revendiquent déjà la majorité se sont constitués en un regroupement appelé « Collectif des candidats ». Ils ont choisi en leur sein un candidat pour briguer le poste de président du Conseil national de la jeunesse lors du prochain congrès de Badiangara. Ce candidat n’est autre qu’Oumar Bassy SANOGO, membre du bureau exécutif sortant.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *