Search
lundi 15 octobre 2018
  • :
  • :

Rentrée scolaire 2018-2019: coup d’envoi ce matin à Mopti

Après 3 mois de vacances, les élèves et étudiants du Mali reprennent, à partir de ce lundi 1er octobre 2018, le chemin de l’école pour 9 mois. Pour s’assurer des dispositions pratiques prises pour la réussite de l’événement, le ministre de l’Education nationale est depuis samedi dernier à Mopti.

Cette visite du Pr Abinou TEME s’inscrit également dans le cadre de la visite du Premier ministre, Soumeylou Boubèye MAIGA, à Bandiagara, demain mardi, où il doit procéder à la visite des sites universitaires de Bandiagara.
Aux environs de 8 heures, apprend-on, le ministre de l’Education donnera le coup d’envoi symbolique de l’ouverture officielle des classes au Mali à l’école fondamentale Bocary OUOLOGUEM de Sévaré avant de se rendre à l’école fondamentale Robert CISSE de Mopti.
Après la cérémonie officielle, le ministre se rendra dans la matinée à l’école fondamentale de Moussawel à 20 Km de Mopti et Thiaboli (commune rurale de Fatoma) deux écoles restées fermées depuis la crise.
Dans chacune de ces écoles visitées, le ministre procédera à une remise des kits scolaires.
Hier dimanche, indique-t-on, dans la Venise malienne (Mopti), le ministre et sa délégation ont rencontré les acteurs de l’école dans la salle de conférence de l’Académie de Mopti, en présence du gouverneur de la région.
Au cours de la rencontre, le chef de l’exécutif régional a fait le point des dispositions sécuritaires prises pour permettre aux écoles de la région de s’ouvrir en toute sécurité, notamment le cas des écoles qui sont restées fermées depuis le début de la crise du nord.
Au terme de cette rencontre, les autorités scolaires ainsi que les acteurs de l’école ont rassuré le ministre que tout est fin prêt.
Pour sa part, le ministre a invité les populations à s’impliquer davantage.
Selon nos sources, au cours de la journée, le ministre se rendra à Bandiagara pour visiter les deux sites retenus pour la construction de la future Université de la région.
Pour la rentrée 2018-2019, le gouvernement affiche sa détermination afin de permettre à beaucoup d’écoles fermée au Nord depuis le début de la crise de rouvrir. D’ailleurs, la visite du Premier ministre s’inscrit dans cette dynamique.
Les conséquences de la crise de 2012 se font encore sentir dans le secteur de l’éducation et de l’enseignement. Dans le Nord et le Centre du pays, environ 750 écoles sont restées fermées pendant l’année académique 2017-2018. Selon le Directeur adjoint de l’enseignement fondamental, Mamadou KANTE, la situation s’est détériorée au fil des années.
«En avril 2018, nous en étions à 750 écoles fermées, mais en mai de la même année, leur nombre s’est réduit à 735 », explique-t-il, espérant une réouverture accrue des écoles.
Selon l’Unicef, plus de deux millions d’enfants en âge scolaire cette année sont en dehors du système éducatif. Si au Centre du pays, certaines classes sont fermées depuis quatre ans, au Nord, c’est depuis le début de la crise. Alors que l’éducation est un droit pour tous les enfants de la Nation, des milliers d’entre eux continuent d’errer sans aucune possibilité d’en profiter. Ils se forgent chaque jour un destin qui n’est point le leur dans des zones où la peur et les dangers règnent au quotidien.
Interpellées, les autorités entendent prendre des mesures urgentes pour amoindrir les effets de la situation.
«Le gouvernement, sous l’impulsion du Premier ministre, est en train de mettre en place un programme d’urgence pour la réouverture des écoles. Pour réussir, il se propose de faire fonctionner les services sociaux de bases : l’éducation, la santé, l’action humanitaire », révèle Mamadou Kanté.
Pour ce faire, trois départements (la Solidarité et l’action humanitaire, la Santé et l’hygiène publique et l’Éducation nationale) coordonnent leurs efforts afin d’identifier «des actions et stratégies pour que le plus grand nombre d’écoles soient ouvertes le 1er octobre et le reste dans un avenir proche », indique le Secrétaire général Kinane Ag GADEDA.
Selon les responsables scolaires, les régions de Mopti et Kidal enregistrent le taux le plus élevé des écoles fermées.
En tout cas, malgré la complexité de la situation scolaire dans ces zones, les autorités scolaires se veulent rassurantes.
Pour cette rentrée 2018-2019, environ 10 000 kits scolaires seront offerts aux écoles des localités affectées par le gouvernement du Mali, annonce le directeur régional de l’Académie de Mopti.
Pour lui, le principal problème qui se pose actuellement est le redéploiement des enseignants dans ces zones.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *