Rentrée solennelle du CPFH: les visions du centre expliquées

12

Le Centre de perfectionnement et de formation hôtelière (CPFH), plus connu sous le nom de Centre des compétences de Niamakoro, a procédé, le lundi dernier, dans l’enceinte de l’établissement, sis à Niamakoro-Cité Unicef, à sa rentrée solennelle au titre de l’année 2016-2017. .

C’était en présence du directeur général du complexe scolaire et universitaire GAKOU, Mamadou GAKOU; de la directrice générale du CPFH, N’DIAYE Fatoumata TANGARA ; du corps professoral ; des parents d’élèves et des partenaires de l’établissement.
Dans son discours, la directrice générale du CPFH a expliqué que leur Centre qui a une vingtaine d’année d’existence maintenant dispense des cours de formations avec 30% de théories et 70% de pratiques.
Selon NDIAYE Fatoumata TANGARA, pour faciliter l’insertion socioprofessionnelle des sortants, le centre dispose des filières de formations qui sont en adéquation avec le marché de l’emploi.
Se référant sur le dicton ‘’le développement de toute Nation passe nécessairement par la qualité de ses ressources humaines’’, le centre des compétences s’est donné comme mission principale de soutenir les autorités du Mali dans la mise en valeur de sa jeunesse qui constitue l’avenir du pays.
« En 20 ans d’existence, avec une expertise forgée, la vision du Centre est de donner une formation de qualité et en parfaite harmonie avec le marché de l’emploi. Pour ce faire, le Centre a sélectionné des filières qui lui sont propres à savoir : le Marketing, la gestion hôtelière et tourisme, l’informatique de gestion, la délégation médicale et l’animation socioculturelle», a expliqué la directrice générale du CPFH.
Des filières qui, à son avis, permettent d’augmenter l’employabilité des sortants en leur donnant la chance et les compétences de pouvoir travailler à leur propre compte. Aussi, note la directrice générale, le Centre met surtout l’accent sur la reconversion en ce sens que le diplôme n’est qu’une supposition. C’est pourquoi, dira-t-elle, le Centre des compétences aide les jeunes diplômés à se reconvertir vers des filières porteuses.
Quant au directeur académique, Mamadou KANTARA, il a fait une présentation sur le Centre et ses filières de formation.
Selon lui, au CPFH, c’est la culture de l’entrepreneuriat avec un accent particulier mis sur la pratique qui fait la différence.
De même, a-t-il fait savoir, les formations sont appuyées par des visites d’entreprises pour préparer les étudiants à la vie professionnelle.
« Nous contribuons aux côtés de l’Etat à la réduction du taux de chômage et au développement du pays. C’est pourquoi nous incitons les jeunes à concevoir des projets et à les réaliser pour être autonomes », a indiqué le directeur académique du Centre.
Pour sa part, le directeur général du complexe scolaire et universitaire GAKOU, Mamadou GAKOU, dont le centre des compétences est une entité, a fait des rappels sur l’ouverture du Centre et ses visions qui se veulent particulières. Il a également fait des témoignages sur les responsables qui ont géré l’établissement pour qu’il soit ce qu’il est aujourd’hui.
Le directeur général, Mamadou GAKOU, a rassuré les parents d’élèves et les étudiants que le Centre mettra en place tous les outils nécessaires pour la réalisation de leurs ambitions.
« Au Centre des compétences, le mérite est la première des ségrégations car les meilleurs sont toujours récompensés. Je vous invite à faire en sorte que les fruits tiennent la promesse des fleurs », a conclu le directeur général du complexe scolaire et universitaire GAKOU.
Autres temps forts de cette rentrée solennelle ont été la présentation d’un sketch des étudiants sur l’inadéquation entre les formations reçues et les besoins du marché de l’emploi et la remise des attestations de bourses aux 10 premiers du concours d’excellence que le Centre a organisé. Avec ces attestations de bourses, les lauréats ont la chance de suivre gratuitement trois ans de formation d’une valeur de 800 000 FCFA.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *