Search
mardi 2 mars 2021
  • :
  • :

Quand la République passe à la moulinette pour des bouffonneries

Le 13 janvier 2020, c’était au Président IBK et aux autres chefs d’Etat du G5 Sahel de passer à la moulinette à la faveur d’une conférence convoquée à Pau, en France, par Emmanuel MACRON en vue d’examiner la situation dans l’espace G5 Sahel. Presque un an après, c’est au Président de la Transition Bah N’DAW de se rendre dans l’Hexagone pour un grand oral avec le président français. La communication officielle présente l’événement dans le politiquement correct : ‘’le Président de la Transition, Chef de l’Etat, SEM Bah N’DAW effectuera une visite de travail demain mardi 26 janvier 2021 en France à l’invitation du Président de la République française, SEM Emmanuel Macron.
Objet de la visite: examen de la coopération franco-malienne et échanges sur le Sommet du G5 Sahel prévu à N’Djamena au Tchad en février prochain’’. Selon des sources proches de Koulouba, Bah N’DAW est accompagné par les ministres de la Défense et des anciens combattants, de l’Administration territoriale et de la décentralisation, et des Affaires étrangères et de la coopération internationale.
Le 4 décembre 2019, c’est une demande de clarification qu’un Emmanuel MACRO, visiblement agacé par la montée du sentiment anti-français formulait à l’adresse des présidents des pays du G5 : « j’attends d’eux qu’ils clarifient et formalisent leur demande à l’égard de la France et de la communauté internationale. Souhaitent-ils notre présence ? Ont-ils besoin de nous ? Je veux des réponses claires et assumées sur ces questions ».
La clarification a bien été faite. En effet, dans leur déclaration conjointe, ‘’les Chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé le souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel et ont plaidé pour un renforcement de la présence internationale à leurs côtés. Ils ont exprimé leur reconnaissance à l’égard de l’appui crucial apporté par les Etats-Unis et ont exprimé le souhait de sa continuité’’.
Quelques mois après que les chefs d’Etat du G5 Sahel ont fait amende honorable pour l’impertinence de leur opinion nationale et mendié la poursuite du soutien de la France dans leur lutte contre les terroristes, des activistes réchauffent le sujet et chauffent à blanc la partie de l’opinion qui leur est acquise. Dans notre pays, c’est le Mouvement ‘’Yerewolo Debout sur les remparts’’ qui incarne cette fronde contre l’ancienne puissance coloniale appelée pourtant à la rescousse lorsque le pays était au bord du naufrage en 2012. Or, la France, qui s’y frotte s’y pique, surtout avec son opinion de plus en plus circonspecte sur les opérations extérieures (OPEX), en l’occurrence au Sahel. Bah N’DAW peut donc se faire des nœuds au cerveau. Avant le sommet du G5 Sahel de N’Djamena, le mois prochain, il faudra servir du consistant à croquer au Président MACRON. Un tracas qui s’ajoute à bien d’autres du fait d’une bande d’hurluberlus qui croient pouvoir réécrire l’histoire à coup de bouffonneries.
La règle d’or pour un pays failli comme le nôtre devrait être : chaque chose en son temps. Aujourd’hui, il faut composer avec Barkhane et ça ne s’appelle pas un manque de patriotisme, mais du pur réalisme.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *