Search
samedi 20 octobre 2018
  • :
  • :

Réseau Climat & développement: la Plateforme malienne lancée

Créée en 2007, rassemblant aujourd’hui plus de 100 associations francophones, travaillant pour l’accès au développement et contre le changement climatique, la plateforme malienne du Réseau climat et développement a été officiellement lancée, hier jeudi, à la Maison du Partenariat, Bamako Angers, suite à une conférence de presse animée par ses responsables. La Plateforme qui fait office de coordination pour des associations et organisations de lutte contre le changement climatique œuvre pour le plaidoyer auprès des autorités et des collectivités ainsi que pour la formation et le renforcement des capacités de ses membres et partenaires.

La conférence était animée par Mahamadou Farka Maïga en présence de Zakaria Mahamane de Malifolkcenter, Oumou Modibo Keita, de l’Association jeunes volontaires pour l’environnement. On y notait également la présence des représentants de plusieurs autres organisations qui œuvrent dans le domaine de la lutte contre le changement climatique.
Selon le conférencier, plus qu’une organisation de plus dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, Réseau Climat & Développement travaille pour l’accès au développement et contre le changement climatique. Les organisations qui la compose se sont unies parce qu’elles partagent une idée forte : ‘’la lutte contre le changement climatique peut devenir un instrument de sortie de la pauvreté et la promesse d’un développement sobre en carbone et résilient’’. Il s’agit, selon M. Maiga, du plus grand réseau rassemblant les ONG francophones sur les enjeux du climat et de développement.
Le Réseau Climat & Développement s’appuie sur la riche diversité de ses membres pour mener des actions qui sont entre autres la sensibilisation des autorités publiques et institutions au niveau local et national et plaider pour une prise en compte internationale des priorités climatiques et de développement des communautés pauvres et vulnérables, a expliqué Mahamadou Farka Maïga.
Depuis sa création, le RC & D a fonctionné en tant que plateforme informelle sans existence juridique propre.
« C’est en 2016 qu’un processus d’autonomisation juridique a été lancé. Ce processus a pour objectif de permettre au réseau d’assurer de manière indépendante l’intégralité des tâches liées à son fonctionnement. Il a aussi permis d’élargir sa visibilité et : de pérenniser ses activités.
De nos jours, le réseau est un cadre de référence de la société civile, engagé dans la lutte contre les changements climatiques et l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD) en Afrique, a martelé le conférencier.
Le besoin de mise à niveau est également une préoccupation dans les pays accueillant les membres du RC & D. En effet, dans son fonctionnement, a expliqué le conférencier, il a été noté une faiblesse voire parfois l’absence de cadre de concertation et de coordination des actions entre les membres d’un même pays. Ce fait résulte d’une faible synergie dans le relais des activités et des messages co-construits par les membres du RC & D dans les pays, alors que la mise en œuvre de l’Accord de Paris nécessite la participation de tous les acteurs (publics aussi bien que de la société civile), a-t-il soutenu.
Face à ces constats, le RC & D ambitionne de créer des cadres permanents d’actions coordonnées autour des ONG membres d’un même pays pour faciliter la portée de ses messages, la visibilité de ses associations membres et pérenniser ses activités dans les pays, dira Zakaria Mahamane.
Ces dispositions répondent parfaitement à l’engagement des organisations de la société civile en l’occurrence celles du Mali, qui sont dans une dynamique de plus en plus affirmée de s’organiser en réseau pour constituer une force majeure en vue d’être entendu par les pouvoirs politiques et partenaires au développement et influencer les politiques et programmes.
La Plateforme du Mali a pour mission de renforcer les capacités d’intervention des membres dans le domaine spécifique des changements climatiques et du développement. De ce fait, elle servira de relais aux activités et positionnements du RC & D. Elle contribuera également à faciliter le travail des négociateurs et décideurs au niveau national ainsi qu’avec les collectivités territoriales.
Elle doit permettre de créer une masse de soutien à la nécessaire mobilisation des acteurs de la société civile aux côtés des acteurs publics pour une lutte efficace contre les changements climatiques et la pauvreté, ont expliqué les conférenciers.

Par Sidi Dao




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *