Ressources humaines en recherche agricole: IBK ordonne le recrutement de 500 agronomes

10

En marge de sa visite dans les zones Office du Niger et Office riz Ségou, la semaine derrière, le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, s’est rendu à la Station de recherche agronomique de Cinzana pour s’enquérir des efforts abattus par les chercheurs pour le développement de l’Agriculture dans notre pays.

La visite des champs d’expérimentation s’est déroulée sous la conduite du directeur général de l’Institut d’économie rurale (IER), Boureima DEMBELE, en présence du directeur de la Station de Cinzana, Sidi Bekaye COULIBALY et des techniciens.
Selon les explications des responsables de l’IER, la Station de Cinzana couvre une superficie de 277 ha avec 8 types de sols qui permettent d’avoir une représentativité des sols des différentes régions du pays. Ils ont indiqué que leur station de recherche travaille sur les cultures comme le mil, le sorgho, le niébé, l’arachide, le fonio et le sésame. La Station, précisent les techniciens, fait des recherches sur les semences en termes de rendement à l’hectare et sur leur multiplication avant de les mettre à la disposition des paysans.
Face au travail de fourni engrangé par les chercheurs, le ministre de l’Agriculture a qualifié la Station de recherche agronomique de Cinzana de mine d’or pour saluer ses performants résultats de recherche sur les cultures sèches dans notre pays.
Il a fait savoir que la Station de Cinzana a une vocation régionale orientée vers la recherche sur le mil, le sorgho, le niébé, le fonio, l’arachide et tout ce qui est culture sèche. Une station qui appuie beaucoup le monde rural si bien que dans le Programme de recherche et de développement et dans le plan de campagne du ministère de l’Agriculture, un certain nombre de spéculations a été retenu comme cultures émergentes tels que le sésame et le fonio.
« C’est à Cinzana où ces semences sont conçues et où la recherche est effectuée. Il fallait qu’on vienne nous assurer car pour développer une culture à grande échelle, il faut au préalable s’assurer véritablement de la disponibilité de la semence. Nous avons constaté que toutes les semences que nous avons besoin sont disponibles à Cinzana. Nous sommes aussi rassurés que tous les programmes que nous voulons faire, notamment le volet recherche peut véritablement être assuré par la recherche agricole. Nous pensons que si la cadence se maintenait, les objectifs pourront être atteints», s’est réjoui le ministre, Kassoum DENON.
La délégation ministérielle a constaté qu’au niveau de la Station agronomique de Cinzana, tout ce qui est en train d’être projeté par le département, en termes de production et de productivité, est également soutenu par une recherche adaptative qui permettra d’aboutir à une grande productivité à l’hectare.
« Nous avons constaté que les deux spéculations retenues, notamment le sésame et le fonio, sont prises en compte par un programme de sélection bien soutenu. Aussi un programme de multiplication desdites semences est en train d’être mis en œuvre, surtout en ce qui concerne le Niébé que nous voulons nous appesantir pour palier au problème de soudure et créer des richesses pour les producteurs », a félicité le ministre de l’Agriculture.
Cette visite a permis au ministre de se rendre compte de l’insuffisance du personnel au niveau de la recherche agricole. Il a été notifié au ministre qu’au niveau de la recherche agricole, il existe un manque criard de ressources humaines, la plupart des chercheurs étant admis à la retraite. Le triste constat qui se dégage est que dans certaines thématiques, il n’existe qu’un seul chercheur.
« Ceci nous interpelle à plus d’un titre. D’une manière générale, que ça soit à l’Office du Niger ou à l’Office riz Ségou et même au niveau du département, il existe un problème de ressources humaine. Le problème a été posé au Président de la République qui nous a donné la latitude de recruter des agronomes. Nous lui avions demandé 300 agents et il nous a demandé de recruter 500 personnes, donc 200 de plus. Cela pour faire en sorte que le déficit dans le domaine agronomique puisse être rapidement comblé pour que tous les programmes puissent être mis en œuvre », a informé le ministre de l‘Agriculture.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *