Search
dimanche 22 juillet 2018
  • :
  • :

Restauration de la sécurité au centre du pays: les recettes de l’association Andal Pulaaku

L’Association Andal Pulaaku (promotion de l’éducation et de la solidarité) a animé, le dimanche 11 février, une conférence de presse, à la Pyramide du souvenir, pour se prononcer sur la situation sécuritaire dans la partie centre de notre pays. La conférence était animée par le président de l’Association, Amadou Nascrou DICKO et le Dr Adama TRAORE. C’était en présence de plusieurs membres de l’association.

Le président Amadou Nascrou DICKO a expliqué que Andal Pulaaku était une association qui a comme objectif, la promotion de l’éducation et de la solidarité au Mali. Selon lui, au regard de la dégradation de la situation sécuritaire, dans notre pays, une implication plus accrue de la société civile est nécessaire pour faire avancer le processus de paix.
Les responsables de l’association se disent convaincus que l’option militaire à elle seule ne pourra pas résoudre la crise actuelle que traverse notre pays. Cela, expliquent-ils, du fait que cette crise est en partie due au problème de développement. C’est la raison pour laquelle l’Association se focalise sur les aspects sécuritaires, paix et développement.
« L’association est active dans la région de Mopti parce que l’on a constaté que c’est la région la plus touchée par l’insécurité. De ce fait, il est de notre responsabilité en tant que société civile d’unir les efforts avec d’autres coordinations pour mettre en place des Comités de veille dans les différentes localités. Ces comités de veille ont déjà posé des actes de bravoure à travers des alertes sur la présence des terroristes », a affirmé le président de l’Association.
Dans le domaine de l’éducation, le président Amadou Nascrou DICKO a informé que l’Association est dans la dynamique d’initier des programmes et d’organiser des concertations avec les populations concernées dans les différents villages pour rouvrir les écoles fermées suite à l’insécurité. Selon lui, l’Association entend chercher des volontaires issus des localités concernées qui ont le niveau pour enseigner aux élèves.
M. DICKO a saisi l’occasion pour informer qu’un grand forum sera organisé à Mopti, du 10 au 12 mars prochain. Un rendez-vous qui sera l’occasion de passer au peigne fin les solutions pour juguler l’insécurité dans la région de Mopti avec la mise en œuvre des programmes de développement dans toutes les localités.
Pour l’Association Andal Pulaaku, la résolution à la crise sécuritaire passera par la recherche de solution au problème de développement et à l’injustice. Pour arriver à cet objectif, il a mis l’accent sur la nécessité d’une forte implication de la société civile.
Cette conférence de presse a été l’occasion pour les responsables de l’Association de faire des exposés sur l’aperçu sécuritaire dans la région de Mopti. À travers ces exposés, l’on apprend que plus 140 écoles sont fermées dans la partie centre du pays avec des milliers de déplacés suite à la psychose causée par la présence des djihadistes. L’association décrie la situation dans le centre du pays caractérisée par l’absence de l’administration. Ce qui fait, dit-il, que les populations sont victimes d’agressions physiques, de pillages, d’enlèvements, de séquestrations, de braquages… La conséquence est, la recrudescence des violences inter et intracommunautaire, l’enrôlement des jeunes…
Comme recommandations, l’Association Andal Pulaaku préconise la poursuite des campagnes de dialogue inter et intracommunautaire ; la sensibilisation à travers l’approche communale, c’est-à-dire la redynamisation des structures traditionnelles de gestion des conflits (les cadis) ; le renforcement de la communication avec les leaders communautaires et les autorités locales ; l’instauration d’un climat de confiance entre l’administration centrale et les populations locales ; la mise en place de programme de développement dans les différentes localités (infrastructures sanitaires, adduction d’eau potable, l’électricité, l’emploi des jeunes…).
Le conférencier, le Dr Adama TRAORE, a affirmé que l’heure est aujourd’hui à la recherche de solutions pour sortir de cette crise sécuritaire. Il a expliqué que l’accent doit être mis sur le développement tout en créant les conditions pour permettre aux populations de jouer leur partition en soutien aux autorités. Le Dr TRAORE a informé que des centaines de milliards ont été mobilisés pour créer des emplois au profit des jeunes à travers le pays.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *