Search
mardi 21 novembre 2017
  • :
  • :

Restauration des manuscrits anciens: la communauté internationale au chevet du Mali

A l’initiative de l’Unesco, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique; de l’Institut des hautes études et des recherches islamiques, Ahmed Baba; et en partenariat avec le ministère de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, notre capitale abrite, à partir de demain, la conférence internationale sur les manuscrits anciens de Tombouctou, Les défis de la conservation, notamment de la disponibilité et de l’exploitation de ce patrimoine précieux sont, entre autres, questions qui seront au cœur de ce rendez-vous culturel international.
Le thème de la conférence qui va durer deux jours (mercredi et jeudi) est:«Les manuscrits anciens face aux défis de l’heure». Cette conférence est la suite logique des efforts, déployés par les autorités nationales, l’Unesco et les autres partenaires de notre pays, depuis la crise de 2012, en faveur de la restauration et de la protection de notre patrimoine culturel durement touché, d’une manière générale et les manuscrits de Tombouctou, en particulier.
Rendez-vous mondial
Ces manuscrits anciens, dont il est question, ont été exfiltrés, en 2012 et transportés d’urgence dans la capitale, Bamako, où ils se trouvent toujours, selon des sources du ministère de la Culture, en charge de la conservation.
Si les manuscrits sont gardés en des lieux plus ou moins sécurisés contre les prédateurs humains, ils ne sont pas moins à l’abri d’autres risques, liés aux conditions thermiques notamment, en raison de leur extrême fragilité.
Aussi, l’utilité d’un tel trésor de cette envergure se juge-t-elle par sa rentabilité pour le pays. C’est pourquoi, les participants à la rencontre s’intéresseront essentiellement à l’importance de ces documents dans l’histoire de la région, aux défis que pose sa conservation, au rôle des communautés locales dans sa préservation, à la lutte contre le trafic illicite ou encore à l’action de l’UNESCO dans la sauvegarde de ces manuscrits…
En 2012 et 2013, l’occupation des régions du Nord du pays par des groupes armés s’est traduite par d’importants dégâts, causés au patrimoine culturel, notamment aux manuscrits anciens. A l’Institut Ahmed Baba, 4 203 de ces manuscrits ont ainsi été brûlés ou volés. Mais, près de 90% de ces documents ont pu être sauvés, grâce à l’action de la population, organisée autour de l’ONG Sauvegarde et valorisation des manuscrits pour la défense de la culture islamique (SAVAMA-DCI), partenaire de la Conférence.
Les manuscrits de Tombouctou forment un ensemble de plusieurs centaines de milliers de documents dont les plus anciens remontent au 13e siècle. Ils rassemblent aussi bien des traités des savants ainsi que des textes religieux ou des documents commerciaux et sont rédigés en arabe ou dans une version africanisée de l’alphabet arabe.
Valeur scientifique des manuscrits
Aujourd’hui, notre pays ne se soucie pas de la conservation de ces manuscrits. C’est pourquoi, des démarches ont été entamées auprès des partenaires afin de permettre leur exploitation maximum au service de la recherche et du développement de la science. C’est ainsi que l’avenir des manuscrits anciens a été défendu, en juin 2014, à la conférence internationale de Berlin. A l’issue de cette rencontre, l’Allemagne avait promis d’injecter pas moins deux milliards de FCFA, dans ce projet, d’ici à fin de cette année 2015.
L’Ambassadeur allemand au Mali a confié lors d’une conférence de presse que la rencontre de Berlin avait permis de convenir avec l’ensemble des participants sur une approche coordonnée visant à la préservation et à l’exploitabilité de ce riche patrimoine mondial.
Pour lui, cette démarche vise à soutenir les recherches pour explorer la valeur énorme scientifique de ces manuscrits, pour qu’ils soient connus du grand public malien et international, afin d’arriver à des normes scientifiques, en matière de sauvegarde, de numérisation et de catalogage. Il s’agit de rendre toutes les informations, relatives aux manuscrits, accessibles à la communauté scientifique internationale, a soutenu le conférencier.
«On s’est aussi mis d’accord sur la mise en place d’un financement transparent et durable afin de permettre, d’une manière durable; la sauvegarde, la restauration et l’exploitation scientifique de ces manuscrits. Nous aspirons aussi à la mise en état de la bibliothèque de Tombouctou», a-t-il déclaré.
Pour le diplomate allemand, ce soutien de son pays et des partenaires internationaux aux manuscrits anciens de Tombouctou s’inscrivent dans la perspective d’utiliser ces biens, d’une valeur énorme, pour renforcer l’identité culturelle du Mali et favoriser une réconciliation des populations.
Un rendez-vous fructueux
La Coopération allemande avec le Mali, dans ce secteur, semble se situer également, dans la durée. Car, c’est à Tombouctou que l’un des très grands chercheurs allemand a vécu, en Afrique, pour six mois, en 1849.
Le rendez-vous de Berlin a été fructueux. Car, ayant permis de récolter 3 millions de dollars, soit environ 2 milliards de FCFA de promesse et de dons pour la sauvegarde des manuscrits anciens,. A cette promesse, s’ajoute une ligne directrice consensuelle pour mener à bien le plan d’action soumis par le Mali, par l’intermédiaire de l’ONG SAVAMA-DCI et l’IHERI.
Cette promesse rentre dans un cadre de la mobilisation internationale, en faveur du riche patrimoine culturel de notre pays, sérieusement touché par l’occupation par les djihadistes de la partie Nord du pays, entre 2012 et 2013.
Déjà, en 2014, le gouvernement allemand et la Fondation allemande Gerda Henkel avaient annoncé une contribution de plus de 325 millions de FCFA, chacun. Ce qui fait un total de 650 millions de FCFA. Quant au reste des fonds annoncés, ils seront, de façon progressive, débloqués, d’ici à la fin de 2015, a précisé notre ministre de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo.
Les activités sur la sauvegarde des manuscrits anciens s’articulent autour de leur conservation, restauration, traitement d’urgence et leur retour à Tombouctou. Il sera question également de leur numérisation, catalogage, ainsi que de la reconstruction et la rénovation des bibliothèques qui sont au moins au nombre de 45 dans la région de Tombouctou. Il est prévu enfin le renforcement des capacités professionnelles et l’exploitation desdits documents.

Notons que la conférence de Bamako a été rendue possible grâce au soutien financier de la Norvège, de la MINUSMA, de la Suisse, de l’Union européenne, du Royaume-Uni, et de la France.
Il est attendu de nombreux intervenants (universitaires, responsables d’institutions culturelles, représentants des autorités religieuses et des communautés locales, décideurs politiques, historiens ou chercheurs) pour débattre le sujet:
Cet évènement sera aussi l’occasion de projeter en avant-première le film documentaire «Sur la piste des manuscrits de Tombouctou», du réalisateur Jean Crépu, à l’Institut français de Bamako, le 28 janvier prochain.
Par Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *