Search
samedi 19 juin 2021
  • :
  • :

Retards de paiements des salaires: Diadié Amadou Samaké à l’écoute des acteurs

Diadié Amadou SANKARE, au nom du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), a déploré le samedi dernier des relations économiques déséquilibrées entre le Mali et le Maroc lors de sa visite au siège de l’Association malienne des exportateurs de fruits et légumes qui se plaignent de l’abus des ressortissants de ce pays.

Après l’Association malienne des Experts-Evaluateurs Agréés en Industrie et Transport (AMEITA), le président Diadié Amadou SANKARE poursuit ses rencontres de prise de contact avec les organisations professionnelles. C’était au tour des exportateurs de mangues de recevoir, le samedi dernier, la délégation du Conseil national du patronat à Quinzambougou. La mission a été reçue par le président de l’Association malienne des exportateurs de fruits et légumes (AMELF), Bakary YAFFA, en présence de plusieurs responsables et acteurs de ce secteur qui a été fortement secoué par la crise sanitaire.
Saluant l’initiative de Diadié Amadou SANKARE, le président Bakary YAFFA a rappelé que 2020 a été éprouvante pour les exportateurs de mangues avec la fermeture des frontières. « On n’a pas travaillé parce que nous collaborons avec des Européens dans les exportations. On n’a pu exporter que 20% des produits. Ce qui représente une perte énorme pour nos chiffres d’affaires », a indiqué M. YAFFA.
S’appuyant sur ces faits, il sollicite l’appui et le soutien financier du CNPM pour leur permettre rebondir cette année surtout que la campagne mangues va s’ouvrir dans quelques semaines. Un soutien qui, selon lui, va apporter de la valeur ajoutée à cette filière. « Elle représente une devise importante pour le pays parce qu’elle touche plusieurs secteurs de relance de l’économie nationale. De la production à l’exportation, c’est tout une chaine qui est pied à d’œuvre », a-t-il précisé. En temps normal, cette filière apporte par an plus d’une dizaine de milliards de FCFA à l’économie nationale.
Outre cette difficulté, le président YAFFA a ajouté les problèmes de la coupe abusive des champs de mangues qui menace cette filière de disparition. « Pour éviter cette situation, nous avons sollicité du gouvernement l’octroi des parcelles sur lesquelles nous pouvons cultiver la mangue en vain », a-t-il expliqué.
L’alternative à ce problème, pour Mme COULIBALY Aïssata TOURE également membre de l’AMELF, est la mise à disposition des acteurs de vergers industriels. Cette initiative aura l’avantage d’assurer la disponibilité du produit et garantir la qualité du fruit. De plus, elle a souhaité la création des chambres de conditionnement privées qui permettra de maîtriser la qualité des produits.
Par ailleurs, d’autres responsables de l’AMELF ont attiré l’attention de Diadiè Amadou SANKARE sur l’abus des ressortissants marocains sur la filière mangue.
De son côté, le président Diadié Amadou SANKARE a affirmé noter les doléances de l’AMELF. Pour avoir été acteur de ce secteur, il dit mesurer les difficultés auxquelles les exportateurs de mangues sont confrontés. Mais, le problème est aussi, selon lui, la non-mise place de la chaine de valeur. « On n’a jamais réfléchi concrètement à résoudre ce problème. Et pourtant, c’est l’un des rôles du CNPM. Le CNPM doit être le centre d’expertise du secteur privé », a déclaré M. SANKARE, tout en invitant les acteurs de la filière mangue à plus professionnalisme. « La mangue ne doit plus être comme un arbre sauvage si nous voulons en tirer tous les avantages », a exhorté Diadié Amadou SANKARE.
Il est persuadé qu’en accompagnant ce secteur, notre pays peut amorcer son développement économique, car le Mali regorge de grands bassins manguiers à Sikasso, à Yanfolila et à Kati. Toutefois, il faut une véritable politique agricole qui doit s’accompagner d‘une bonne politique foncière.
Par ailleurs, en réponse au cas de Marocains, il a déploré que le Mali ait malheureusement une relation économique déséquilibrée avec le Maroc. Ce qui n’est pas, selon lui, normal. « Dorénavant, il faut qu’on exige de nos autorités de meilleures négociations », a indiqué Diadié Amadou SANKARE.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *