Search
dimanche 21 octobre 2018
  • :
  • :

Revenus des petits producteurs à Sikasso: la touche des ONG Amedd et Amassa Afrique verte

Le Groupe de recherche en économie appliquée et théorique (GREAT) a organisé, hier mardi 7 novembre, un atelier de dissémination des résultats de deux études de recherche réalisées par les ONG AMEDD et AMASSA Afrique verte. C’était à l’hôtel Olympe sous la présidence du directeur exécutif de GREAT, le Pr Massa COULIBALY, en présence des responsables desdites ONG ; des représentants de plusieurs structures de l’Agriculture ; de l’INSAT…

Le Projet d’appui aux coopératives et entreprises de services agricoles pour l’accès au marché par les petits producteurs et les femmes rurales (D-MASS) a été conduit par l’ONG AMEDD. Tandis que l’étude sur l’Impact des rappels de formation en matière de services collecteurs pré et post-récolte sur les petits producteurs agricoles au Mali, a été assurée par l’ONG AMASSA Afrique verte. Les deux projets ont été mis en œuvre dans les cercles de Sikasso, Koutiala et Yorosso. L’objectif global était de contribuer à corriger certaines pratiques dans le domaine agricole à travers la formation des petits producteurs.
Lors de la cérémonie d’ouverture, le représentant de l’OPAM, Youssouf MAIGA, a salué GREAT pour la réalisation de ces études. Il a informé que cette année, l’OPAM envisageait de reconstituer 35 000 tonnes de céréales et qu’à l’égard de la situation peu rassurante de la campagne, il a été décidé de porter le stock à 40 000 tonnes. M. MAIGA a déclaré que les résultats des enquêtes contribuent à faciliter l’intervention de l’OPAM, car permettent-ils à leur structure d’avoir une idée de la situation sur le terrain et prendre en conséquence les mesures qui s’imposent.
La représentante de l’ONG AMEDD, MAIGA Lalaicha NIARE, a noté que le projet d’amélioration des revenus des petits producteurs de la région de Sikasso a été mis en œuvre dans les cercles de Sikasso, Koutiala et Yorosso. Selon elle, ce projet, qui visait le renforcement des coopératives agricoles et le développement des partenariats, a touché 11 000 personnes dans lesdites localités.
Pour sa part, le directeur exécutif du Groupe de recherche en économie appliquée et théorique, le Pr Massa COULIBALY, dira que ces projets ont été mis en œuvre pour former les producteurs en vue de réduire les pertes de céréales et améliorer les revenus des paysans.
Le premier exposé sur le Projet d’appui aux coopératives et entreprises de services agricoles pour l’accès au marché par les petits producteurs et les femmes rurales (D-MASS) a été fait par Aboubacrine MAIGA de l’ONG AMEDD. Il a justifié le choix de la région de Sikasso en soutenant que l’Agriculture, qui constitue la principale activité de la population, présente une productivité faible, comparée au potentiel technique existant.
A l’issu du projet, il a été constaté que 50 Organisations paysannes et 7 entreprises privées ont fourni des services agricoles de production, de post-récolte et de commercialisation à plus de 5 200 petits producteurs et femmes rurales de la région de Sikasso ; plus de 5 500 tonnes de céréales ont été́ vendues en agrégation ; plus de 11 000 petits producteurs ont développé́ des compétences en matière de gestion des opérations post-récolte et de commercialisation. Aussi, l’on retient que les 7 entreprises ont élargi leur portefeuille d’activités, offrant différents services à plus de 4 000 producteurs et ont augmenté́ de plus de 40 % en moyenne leurs chiffres d’affaires.
De même, le projet a permis à une vingtaine de coopératives de mobiliser régulièrement, depuis 3 ans, des crédits de campagne auprès des caisses de micro crédit, soit plus de 40 millions de FCFA. Par ailleurs, les entreprises privées ont levé plus de 675 millions auprès des banques et celles-ci à leur tour ont généré́ des intérêts bruts de plus de 97 millions de F CFA.
Les responsables du projet ont déploré l’insuffisance du financement de l’agriculture dans notre pays. Pour eux, le partenariat avec les institutions financières constitue une des réponses pour faire face aux défis. Néanmoins, le projet se félicite d’avoir favorisé une relation de confiance entre institutions bancaires, entreprises privées et coopératives tout en améliorant l’accès au marché de toutes les parties prenantes.
Les résultats de l’étude sur l’impact des rappels de formation en matière de services collecteurs pré et post-récolte sur les petits producteurs agricoles au Mali ont été présentés par M. BOUGOUDOGO.
Selon ses explications, le rappel de formation a permis de contribuer au renforcement des capacités des collecteurs et des coopératives de producteurs afin de fournir des services adaptés aux petits producteurs agricoles ; d’établir des liens entre producteurs et acheteurs, à travers des contrats ; d’offrir des formations sur la gestion pré et post-récolte de la qualité des céréales, sur le stockage adéquat et les méthodes de traitement…
Les activités du projet ont été axées sur la formation des coopératives et des collecteurs privés en gestion organisationnelle, la commercialisation collective, la contractualisation et achats groupés d’intrants, la gestion de qualité et le traitement post-récolte ; la formation des producteurs sur les principes coopératifs ; la facilitation des relations contractuelles entre coopératives/collecteurs privées et acheteurs, à travers des Téléphones portables et des rappels par messagerie vocale.
Les impacts attendus étaient de réduire les pertes de céréales ; d’améliorer les prix des céréales ; d’accroître les revenus et de réduire l’insécurité alimentaire des ménages.
L’enseignement fondamental qui ressort de cette étude est qu’il est nécessaire de réfléchir sur les approches pour stimuler l’adoption de technologies agricoles en Afrique rurale au-delà des approches traditionnelles et de renforcer l’utilisation des téléphones mobiles dans les régions pour véhiculer et prodiguer des conseils de technologies agricoles aux producteurs.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *