Search
dimanche 18 août 2019
  • :
  • :

Révision constitutionnelle: la session de rattrapage du RPM

Après le triste sort qu’a connu le projet de révision constitutionnelle en 2017, le parti présidentiel, le Rassemblement pour le Mali (RPM), est en plein gymnastique politique pour rassembler le maximum de consensus autour du projet inscrit à l’agenda du président de la République pour 2019.

«Dans l’intérêt supérieur de la nation et de la préservation d’un climat social apaisé, j’ai décidé, en toute responsabilité, de surseoir à l’organisation d’un référendum sur la révision constitutionnelle», ce sont en ces termes que le président de la République Ibrahim Boubacar KEITA, a ajourné le projet de révision constitutionnelle le 19 août 2017.

Cette décision a été prise dans une atmosphère tendue après des semaines de manifestations des partis de l’opposition et plusieurs organisations de la société civile, regroupés au sein de la Plateforme ‘’Antè A Bana’’.

Après cet échec cuisant, le chef de l’Etat, dans son discours d’investiture, le 4 septembre 2018, pour un second mandat, a réaffirmé son ambition de réformer l’Etat pour le rendre plus efficace au service de tous les citoyens. Il a noté que cela est une obligation urgente qui sera faite à travers l’écoute et la concertation.

Le Président IBK s’est dit déterminé à engager les changements institutionnels nécessaires, tout comme l’opérationnalisation des régions nouvellement créées.

«Dès le commencement de ce nouveau mandat, le programme ‘’Notre grand Mali avance’’ que j’ai proposé pendant la campagne devra être scrupuleusement appliqué. Il sera sous-tendu par une vision basée sur les valeurs et principes que j’entends imprimer à l’action publique. Tout d’abord, le renforcement de la cohésion nationale. Elle doit redevenir le ciment inébranlable et inattaquable de notre nation, de notre peuple au sang mêlé, fruit de mélanges et brassages multiséculaires. C’est le principal défi auquel nous sommes confrontés, car divisés, désunis, nous cesserons tout simplement d’être le Mali. La poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation reste ma priorité…», a affirmé le président de la République lors de son investiture.

C’est dans cette logique que les responsables du parti présidentiel ont pris leur bâton de pèlerin afin de faire aboutir les réformes envisagées par le chef de l’Etat.

« Comme souhaité par le Président IBK, les Maliens doivent se parler, s’écouter, dialoguer pour qu’ensemble nous regardons dans la même direction afin de relever les multiples défis du moment», c’est en ces termes que le président du RPM, le Dr Bokary TRETA, justifie les séries de rencontres que le parti a entrepris depuis janvier.

Des cadres du RPM, conduites par le Dr Bokary TRETA, ont successivement rencontré l’ASMA-CFP, l’URD, l’ADEMA-PASJ, la COFOP, l’ADP-Maliba, le RpDM, YELEMA, le Conseil national de la société civile, FARE Anka wili… Au cours de ces rencontres, qui se poursuivent toujours, les échanges portent surtout sur les questions d’actualité, notamment les réformes politiques et institutionnelles, prévues pour cette année.

Bien avant ces séries de rencontres, le RPM a organisé, au mois de décembre 2018, un atelier de réflexion sur la révision de la Constitution du 25 dévier 1992. Cet atelier avait pour objectif d’outiller les militants du parti sur la Constitution du 25 février 1992 afin qu’ils puissent mieux contribuer à la réussite de la révision constitutionnelle. Lors dudit atelier, le RPM a appelé le régime à engager le processus de révision constitutionnelle.

Contrairement à 2017, où son engagement à soutenir le projet de révision constitutionnelle a été décrié, le RPM et ses alliés entendent corriger les erreurs qui ont conduit à l’échec du projet référendaire.

Il reste à savoir si ces démarches porteront les résultats escomptés. Déjà, des partis politiques claquent la porte du Cadre de concertation national qui est censé être une plateforme de rencontre pour avoir le consensus autour des grandes réformes en cours.

PAR MODIBO KONE

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *