Search
dimanche 19 novembre 2017
  • :
  • :

Révision des centrales thermiques d’EDM-SA: le ministre Flankaly à la SOPAM et à Balingué

Le ministre de l’Energie, Mamadou Frankaly KEITA, à la tête d’une forte délégation de son département, a visité, vendredi dernier, la centrale thermique de la SOPAM-Énergie-SA Mali, sise à Sirakoro, et celle de Balingué, en Zone industrielle, de la CI du District de Bamako. Cette visite a pour but de faire le point des chantiers majeurs des parcs de production de ces deux installations électriques.

Pour la circonstance, le ministre de l’Énergie était accompagné de plusieurs membres de son département et responsables de la société EDM-SA, notamment son directeur général, Doroh BERTHE.

La SOPAM, sigle du nom de son promoteur, le Burkinabè SOGLI Pangueba Mohamed, a été la première étape de la visite du ministre de l’Energie et de sa délégation. Là, il a constaté que sur les 5 groupe sur place, 4 sont déjà sur le réseau.

Selon le ministre, la centrale de la SOPAM peut produire plus de 85% de sa puissance garantie. Et dans le planning des travaux, le dernier groupe sera mis en service, vers la fin du mois de janvier. Toute chose qui dénote, à son avis, une nette amélioration de cette centrale, depuis quelques mois.

SOPAM peut produire plus de 85% de sa puissance

garantie.

Au fait, dans le cadre de la promotion de l’économie nationale et pour faire face à la croissance de la demande, le gouvernement, à travers le département de l’Énergie, a signé une convention de concession avec la Société SOPAM-Énergie-sa, le 3 janvier 2007, pour la construction en BOOT, d’une centrale thermique au fuel d’une puissance installée de 56 MW et une puissance garantie de 40 MW.

Les travaux ont démarré en juin 2007 pour une durée de 15 mois. Mais, en raison des

problèmes financiers, le premier groupe n’a pu démarrer que, le 20 septembre 2010, pour des essais et la centrale n’a été opérationnelle qu’à partir du 26 mai 2011.

Suite à la dégradation profonde des groupes, une convention de financement signée entre EDM-SA et SOPAM, a permis de financer les travaux de révision de 24 000 heures des machines et de remise en état des auxiliaires de la centrale.

Ces travaux, démarrés en fin 2013, ont permis également à la centrale de disposer, à la date d’aujourd’hui, d’une puissance de 27 MW avec 3 groupes (G2, G3 et G5).

Les préparatifs pour le début des essais sur le groupe G1 sont en cours et l’arrivée de ce groupe devrait faire passer la puissance disponible de la centrale de 27 à 36 MW.

Par ailleurs, les dispositions sont en cours pour les travaux de révision du groupe G4 pour un retour en service, avant le 31 janvier 2015.

D’un coût de réalisation de 22 milliards FCFA, financés par le pool bancaire (BIM-SA, BOA, BNDA, Ecobank-Mali, BMS, Burkina Bail et le promoteur), la centrale thermique de la SOPAM, avec une puissance garantie de 40 MW, a une capacité de production de 56 MW, soit une production annuelle garantie de 350,4 giga watt heures. Sa durée d’exploitation est de 5 ans. Elle est dotée de 5 groupes fonctionnant au fuel lourd de 11, 2MW chacun, soit une capacité totale installée de 56 MW pouvant produire une énergie annuelle garantie de 350,4 Gigawatt/heures; d’une ligne double terne de 150 kilovolts permettant d’évacuer cette énergie sur le poste stratégique de EDM-SA à 800 mètres du croisement avec les lignes Sélingué, Manantali et Balingué, à l’aide de deux transformateurs de 40 méga voltampères chacun.

Cette ligne d’évacuation d’énergie a été financée par la société EDM-SA, pour un coût de 4 milliards de FCFA.

La centrale a été réalisée grâce aux multiples facilités accordées par le gouvernement du Mali. Il s’agit principalement de la mise à disposition des terrains d’une superficie de plus de 3 ha ainsi que de l’exonération totale des droits et taxes et impôts exigibles sur les importations et services financiers liés à la réalisation du projet et des soutiens multiformes apportés par la EDM-SA.

Transformation de la centrale de Balingué en fuel lourd

La seconde étape de la visite du ministre de l’Énergie a concerné un site de la société EDM-SA, Balingué, qui a eu un financement complémentaire pour l’extension de la centrale BID de 23 méga-watts.

Là, le ministre KEITA est venu s’enquérir de l’état d’avancement de ce chantier et la transformation de la centrale de Balingué en fuel lourd, conformément au plan de redressement de la société EDM-sa.

Pour le ministre, ce plan permettra à la société EDM-SA d’économiser 5 à 6 milliards de FCFA par an du fait du changement de types de carburant.

D’un coût global de 34,30 milliards FCFA, financé à hauteur de 33,13 milliards, par la BID (Banque islamique de développement) et de1,17 milliards par l’État malien, la nouvelle centrale thermique de 45 MW au fuel lourd, a pour but d’améliorer la continuité de service; réduire les coûts de production (utilisation du HFO à la place du DDO); minimiser les risques de défaillance dus en particulier aux aléas climatiques notamment la pluviométrie déficitaire.

En effet, la nouvelle centrale a découlé d’un projet portant sur, entre autres, la fourniture, le montage et la mise en service de quatre groupes fournissant une puissance de 45 MW; les travaux de génie civil (bâtiment de commande, atelier, stockage de combustible 4 000 m3, poste d’évacuation); la fourniture et le montage des équipements nécessaires au raccordement des groupes au réseau existant (cellules, transformateurs); la formation du personnel d’exploitation, à travers des modules appropriés.

Il ressort des visites et des échanges récents autour de ces centrales que la Société EDM-SA commence à améliorer leur entretien/maintenance. De l’avis des experts, si ce rythme est poursuivi, ces centrales pourront contribuer à hauteur de souhait à la couverture de la demande énergétique, notamment en 2015 et 2016, ce qui n’est pas synonyme de baisse de prix de revient de l’électricité, comme le prétendent certains.

A défaut, indiquent les responsables de la société, l’indisponibilité énergétique de ces deux centrales sera compensée par une location de groupes thermiques plus couteuse ou à un délestage.

Par Sékou CAMARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *