Search
dimanche 17 novembre 2019
  • :
  • :

La ruche-Majorité-IBK: ni lâchage de Adama, ni trahison d’IBK

L’arrestation et l’incarcération du 7ème vice-président de l’Alliance pour la démocratie au Mali, Parti Africaine pour la solidarité et la justice (ADÉMA-PASJ) non moins Maire de Bamako, Adama Sangaré, serait-elle en train de basculer vers une crise de régime ? Tout indique que l’intox des partisans du Maire mis sous mandat de dépôt mardi dernier, 22 octobre, relative à un possible retrait conditionnel du parti de l’Abeille de la Majorité, a provoqué une onde sismique ressentie jusqu’à Koulouba. Toutefois, au-delà, de la passe d’armes entre l’accusation et la défense, sur le dossier Adama les lignes politiques n’ont semble-t-il pas bougé.

Intox et infox
Devenus le premier réflexe et la première source d’information de la classe politiques, les réseaux sociaux qui gribouillent et gazouillent de toutes sortes de Fake-news, relayent ce week-end que suite à l’arrestation injuste et injustifiable de Adama Sangaré la Ruche se serait mise en ébullition, que le CE-ADEMA mis sous pression de la base exigerait la libération sans condition de son 7ème vice faute de quoi, les abeilles vont décider de décrocher et de lâcher le régime du président IBK et rallier l’opposition.
Pour traduire cette résolution du parti, une forte délégation se serait rendue vendredi à la prison pour manifester sa solidarité indéfectible à Adama Sangaré, puis le président parti lui-même avant de monter à Koulouba entre 14 h et 17 h pour retrouver le président IBK pour lui signifier l’ultimatum de l’ADEMA.
Ce qui est vrai, c’est qu’à la suite de l’arrestation de l’édile de la capitale, sa section de la Commune III ainsi que plusieurs cadres et mêmes membres du CE-ADEMA ont laissé éclater leur colère et leur incompréhension. Pour tous ces soutiens, dont une grande partie de la jeunesse du parti, qui ont organisé un rassemblement ce samedi après-midi au carrefour des jeunes, l’arrestation de leur idole est un acharnement politico-judiciaire et une ingratitude de la part du régime. Ils disent que le Maire du District fait partie de ceux qui se sont battus pour que le parti désigne IBK comme son candidat et il est celui qui a dirigé avec brio sa campagne à Bamako. Pour eux, donc c’est inadmissible d’emprisonner celui-là sur la base de « prétexte » fallacieux ». Les jeunes du parti mobilisés pour la cause de Adama qui devaient rencontrer les avocats du maire samedi après-midi au carrefour, n’ont avoir ces derniers pour des raisons de calendrier chargé.
Selon ledit collectif, Adama Sangaré ne devrait pas être mis en prison. « Le juge aurait dû le mettre sous contrôle judiciaire et le laisser continuer à travailler », a indiqué M. Bakary Doumbia, porte-parole.
Face à des jeunes déterminés à mener des actions, M. Mamadou Doucouré, un compagnon du maire du district, a salué leur initiative avant de les appeler au calme et au discernement.
Pour M. Doucouré, Adama est un croyant et prend avec philosophie le malheur qui lui arrive. De ce fait, il revient à tous ses soutiens de prier pour lui et de rester derrière la justice :
« J’ai discuté avec Adama. Il pense que c’est une question de destin, que Dieu a voulu ce qui lui arrive. Donc peut-être même que son bonheur viendrait de cette épreuve. Ne réagissez pas avec le cœur, ne soupçonnez pas la justice tant qu’elle n’a pas posé d’actions flagrantes qui porteraient atteinte à la bonne marche du dossier », a-t-il conseillé.

Position officielle de l’Adéma
La colère exprimée dans la rue, notamment en Commune traduit-elle la position officielle du parti. Info-Matin a approché sur le sujet plusieurs responsables du parti dont le président de l’Adéma lui-même, le Pr Tiémoko Sangaré.
Selon nos interlocuteurs, l’Adéma, acteur majeur du mouvement démocratique, profondément attaché aux valeurs républicaine et démocratique n’a jamais et ne procédera jamais par chantage ou ultimatum. Sur l’affaire de Adama Sangaré, le parti reste solidaire de son vice-président et fidèle à la majorité et aux principes républicains. Le président Tiémoko Sangaré qui était dans la délégation du président IBK pour le sommet de Sotchi qui est donc rentré le vendredi à Bamako n’a aucunement rencontré le président de la République ce samedi à Koulouba. Ce sont des « informations erronées », nous confirme le président Tiémoko Sangaré.
Parti responsable, l’Adéma réaffirme toute sa solidarité à son vice-président et envisage de constituer un pool d’avocat pour l’aider dans sa défense. Mais l’Adéma n’a jamais dit à qui que ce soit qu’elle était contre la lutte contre la corruption et qu’elle exigeait sous ultimatum la libération sans condition de Adama Sangaré, nous expliquent plusieurs responsables du parti de l’Abeille. Donc, ni lâchage de Adama ni démarquage avec la majorité. L’Adéma comme Adama se disent confiants en la République et la justice (voir encadré).

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *