Salon de la santé et de l’équipement médical: les maliens à la découverte de leur système sanitaire

12

Du 13 au 15 octobre 2016 courant, le Palais des sports de Bamako abritera le 1er Salon de la santé et de l’équipement médical du Mali (SASEM). En prélude à l’événement, ses initiateurs ont organisé une conférence de presse, le samedi dernier, dans la salle de conférence de la FENASCOM, pour expliquer les enjeux de ce rendez-vous autour des questions sanitaires dans notre pays.
La conférence de presse était animée par M. Yaya Z Konaré, président de la FENASCOM ; Mme Sissoko Assanatou Traoré, directrice de « Natou-commination ».

Le salon sera organisé par l’agence « Natou-communication » en collaboration avec la Fédération nationale des associations de santé communautaire du Mali (FENASCOM), l’Alliance du secteur privé et le ministère de la Santé et de l’hygiène publique.
Cette rencontre avec les journalistes avait pour objectifs d’informer l’opinion des enjeux de ce salon. Le thème central est : « Accès équitable à des soins de santé de qualité pour tous », ce salon vise à informer les populations sur la politique de santé mise place au Mali.
Selon M. Konaré, les Maliens ne sont pas au courant des efforts que l’État malien et ses partenaires font pour le bien-être des populations. En plus de cette défiance, M. Konaré a déploré que les acteurs de la santé n’ont pas assez d’espaces pour justifier certaines insuffisances, dont ils sont accusés quotidiennement. Ledit salon, selon lui, sera une occasion de faire des propositions concrètes aux partenaires techniques et financiers du ministère de la Santé. Les problématiques du diagnostic biomédical, la qualité des soins dans les structures de santé, le lien entre la médecine conventionnelle et la médecine traditionnelle feront l’objet des panels qui seront animés par des experts en la matière.
Pour les défis de l’équipement et de la qualité des agents de la santé, M. Konaré a affirmé que les décideurs ne sont pas suffisamment informés des potentialités que regorge le Mali. « Souvent, ce n’est pas indispensable d’évacuer les gens pour certaines maladies compliquées, car les médecins maliens peuvent les soigner à 100 % sur place s’ils sont bien équipés. Par ailleurs, le Mali n’a pas besoin d’injecter des millions de francs CFA dans l’achat de certains équipements médicaux comme les tables d’accouchements, des lits d’hospitalisation des chaises de consultations, des tables de consultations et autres équipements indispensables dans le quotidien du personnel soignant. Ce salon va donc être un espace d’exposition du savoir-faire des Maliens en matière de confections des équipements médicaux », a-t-il dit avant de signaler que les défis de la prévoyance sociale, de la mutualité et de l’assurance feront l’objet d’une attention particulière des organisateurs et des partenaires techniques et financiers.
« Il faut que chaque Malien bénéficie de ses prérogatives. Ce salon sera sans doute une occasion de faire des recommandations concrètes aux décideurs », a-t-il dit.
Des plaidoyers pour le financement de certains programmes de développement de la santé marqueront les panels de ce salon. Car : « souvent le ministère de la Santé et de l’hygiène n’a pas accès à des fonds demandés. Ce n’est pas parce que le ministère des Finances refuse de l’exécuter, mais souvent c’est la bonne formulation des besoins qui fait que le ministre des Finances devient réticent face à l’exécution de certaines dépenses. Voilà autant de défis qui entravent le secteur de la santé, qui seront corrigés pendant ce salon », a dit Mme Sissoko, avant d’appeler les populations à venir massivement poser des questions aux agents de santé sur les relations quotidiennes qui les lient. Car dit-elle, ces relations sont souvent détériorées par des petites de querelles d’incompréhension. Les problématiques des produits pharmaceutiques et les médicaments essentiels ou DCI s’afficheront aussi au menu des débats.
Signalons que l’éclat du salon sera rehaussé par des expositions dans des stands d’équipements médicaux, des produits pharmaceutiques et de la médecine traditionnelle. Les visiteurs auront droit à des éclairages sur des produits d’assurance maladie qui existent dans notre pays.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *