Sans tabou: ces images abjectes

Des corps sans vie des hommes en uniforme entassés dans une remorque ; des militaires attachés agenouillés devant une caméra des djihadistes ; des véhicules militaires calcinés et abandonnés dans le désert… Voilà des images que certains Maliens, peu soucieux des valeurs républicaines, font circuler sur la toile mondiale, notamment via Facebook et Twitter. Le hic est qu’il y a une forte probabilité de manipulation frauduleuse de ces images. Le dessein de ces individus cachés derrière des claviers ne souffre l’ombre d’aucun doute : discréditer le Gouvernement. À travers des images manipulées, montrer que le Gouvernement est incapable de mettre nos soldats dans les meilleures dispositions de combat pour assurer leur mission de défense de l’intégrité du territoire national, de protection des personnes et de leurs biens. Pour y parvenir, ils n’hésitent pas à attaquer l’institution qu’est l’armée.
Certains internautes maliens, aveuglés par une haine viscérale pour le gouvernement, ne vont pas par quatre chemins. Ils font du « copier-coller » d’images atroces venant d’autres cieux, le publient sur les réseaux sociaux pour dénoncer un soi-disant « mensonge d’État ». Cette manipulation est en passe de devenir le lot quotidien. Les cas de l’attaque de Nampala et la noyade des cinq militaires dans la zone de Ténékou, en sont de parfaites illustrations.
Pour ce qui est des morts de Ténékou, les vraies informations font état de mort par noyade et non sous les balles de l’ennemi.
Cependant, leurs images qui circulent sur Facebook sont commentées ainsi : « des soldats morts à Ténékou, voilà une preuve du mensonge de l’Etat malien ». Personne n’a soutenu qu’il n’y a pas eu de morts à Ténékou. Par conséquent, il n’y a eu aucun mensonge d’État.
Ces comportements déviants sont une atteinte d’abord à leurs auteurs. C’est la preuve qu’ils ont perdu tout sens de l’humanité ; parce que chez nous, au Mali, nous avons toujours eu du respect pour les morts.
Ces comportements attestent également que leurs auteurs sont en marge de la communauté nationale dont ils critiquent pourtant la gestion. Et pour cause, la publication de ces images de soldats, à considérer qu’ils sont Maliens, n’est pas de nature à forger le moral des troupes. Au contraire, elle pourrait démoraliser. C’est aussi un manque de reconnaissance pour ceux qui ont consenti le sacrifice ultime de leur vie pour la Patrie et non pour le Président IBK et son Gouvernement qui ne pèsent pas sur la balance des 15 millions de Maliens. Finalement, c’est à la nation tout entière que ces internautes font du tort en véhiculant des images dévalorisantes de l’armée. Quelle famille aimerait voir le corps de son enfant dans les conditions présentées par ces internautes ? Quelle épouse, quel fils aimeraient voir ainsi son époux ou son père ? À combien de jeunes l’on peut ainsi ôter l’envie de porter l’uniforme pour défendre la Patrie ?
Étant un des piliers de l’État, l’institution de l’armée est sacrée. Elle ne doit pas être au cœur des querelles politiciennes.
Donc, il faut savoir raison garder ; car une sagesse bambara nous enseigne : « on ne montre pas son pays avec l’index gauche ». À bon entendeur…

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *