Sans Tabou: guerre des chiffres, l’opposition se ridiculise

L’opposition malienne était dans la rue, samedi dernier, pour une marche dite « pour la démocratie ». Au-delà de l’inopportunité de cette marche, ce qui fait polémique au sujet de cette sortie ratée de l’opposition, ces biens les chiffres avancés par ses leaders. Alors que la police parlait d’un millier de manifestants, Soumi champion, chef de file de l’opposition, et ses camarades parlent de 100 000 marcheurs, soit deux fois le plein du Stade du 26 Mars ou encore environ le quart de la population de la capitale. Qu’elle prétention pour Soumi Champion et ses amis ?

Décidément, la crédibilité d’une opposition ou d’un quelconque regroupement ne s’invente pas, elle s’acquiert auprès d’une base, d’une population qui se reconnait à travers ses revendications posées. Pourtant, notre opposition semble croire au contraire, en s’offrant en spectacle à chaque sortie, donnant l’occasion de se ridiculiser. Si ce ne sont pas les raisons de la manifestation qui laissent les observateurs sur leur faim, c’est très souvent les chiffres avancés qui créent la polémique, voir le doute sur la sincérité des leaders de notre chère opposition.
En effet, samedi dernier, des leaders de l’opposition malienne ont gaillardement affirmé qu’il y avait 100 000 manifestants dans la rue. Une hypothèse difficile à soutenir quand on sait que tous les observateurs s’accordent à reconnaitre que notre opposition avait mobilisé moins que la 21 mai dernier. Pourtant, à l’issue de cette marche, les responsables l’opposition avaient eux-mêmes déclaré avoir mobilisé 50 000 manifestants. N’est-ce pas là une contradiction pour un regroupement politique qui se veut crédible et porteur d’espoir pour un peuple ? Ou alors, Sur qu’elle base l’opposition malienne dénombre-t-elle ses manifestants ?
Figurez-vous que 100 000 manifestants, c’est deux fois le Stade du 26 mars qui compte 50 000. Pour reprendre cette expression d’une internaute, visiblement estomaquée par ces chiffres qui dit ceci : « On peut tolérer des mensonges de l’opposition, mais mentir 100 fois, c’est de l’inconscience totale, sur un groupe d’à peu près 1000 personnes vous parlez de 100 000 c est du n’importe quoi… ».
De mémoire d’hommes, aucune marche n’a mobilisé autant les Bamakois que la marche contre le code en 2009. Avançant ce chiffre, l’opposition prétend mobiliser samedi dernier que les leaders religieux. Ce qui est ni plus ni moins qu’une insulte à l’intelligence des Maliens. D’ailleurs, n’est-il pas à cause de ces mensonges que l’opposition est en perte de popularité ? La question mérite tout son pesant d’or puisqu’en trois mois l’opposition est à sa deuxième marche avec le résultat qu’elle peut elle-même évaluer.
Ce qui est indéniable, c’est que la clameur de la rue et les manchettes des journaux, depuis le début de cette semaine, sont loin d’être à l’avantage de l’opposition qui prétend défendre ses intérêts.
Pour rappel, l’opposition avait marché pour protester contre : la nouvelle loi électorale, la censure de l’ORTM contre tout ce qui n’est pas du pouvoir ; la tenue des concertations nationales pour la refondation de l’État ; le retour de l’ancien président, Amadou Toumani Touré, etc.
D’une manière générale, les observateurs retiennent de cette opposition, un regroupement de leaders politiques ayant géré les destinées des Maliens ces quinze dernières années, par la faute de qui tout le malheur que nous vivons actuellement est arrivé au pays.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *