Search
mardi 21 novembre 2017
  • :
  • :

Sans Tabou: le chantage du MODEM sur le régime

Après les manifestations contre la révision de la constitution du 25 février 1992, des jeunes regroupés au sein du Mouvement national des chômeurs du Mali (MODEM), passés maîtres dans l’art du chantage, semblent trouver un autre terrain de chasse, à savoir : la contestation des chiffres de l’emploi avancés par le ministre en charge de l’Emploi et de la formation professionnelle. Et pourtant, le MODEM n’avance aucun argument convaincant pour étayer sa position. À qui profite cette intoxication de l’opinion ?

Lundi dernier, à l’appel du Mouvement national des chômeurs du Mali (MODEM), ils étaient des quelques dizaines de jeunes à s’agiter devant la Bourse du travail pour contester les chiffres officiels d’emplois créés sous le régime du président IBK.
Dans leur acharnement, ils n’hésitent pas à s’attaque au ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben KATTRA, qu’ils traitent de ‘’menteur’’.
Par la voix de leur porte-parole, Mahamane Ibrahima TOURE, ces jeunes ont affirmé publiquement : « Il n’y a aucune véracité dans les chiffres avancés par Ben KATTRA ».
Sans apporter la preuve de leurs affirmations, ces jeunes dont certains ont bénéficié des faveurs des initiatives d’appui du gouvernement dans le cadre de la promotion de l’emploi des jeunes, continuent de s’agiter comme pour dire que la promesse de création des 200 000 emplois n’était qu’un slogan creux.
Au cours de la manifestation, on pouvait lire sur des pancartes et banderoles confectionnées pour la circonstance : « On veut nos 200 000 emplois », « IBK, nos 200 000 emplois », « Abas le ministre Ben KATTRA », « On ne croisera plus les bras », etc.
Le seul crime pour le ministre de l’Emploi est d’avoir annoncé que de septembre 2013 au 30 juin 2017, les structures de l’Emploi ont enregistré la création de 199 418 emplois, soit environ 99, 8 % des 200 000 emplois promis par le Chef de l’État sans oublier les 7 816 cas de licenciement. Pourtant, le ministre a toujours insisté : « Ce sont des sources officielles, crédibles et vérifiables dont les chiffres sont communiqués à la presse sans fard ni aucune espèce de manipulation quelconque ».
Cette méthode populiste et cavalière du MODEM tranche avec les attitudes d’une jeunesse responsable dans le contexte de crise sociale et sécuritaire que notre pays traverse.
A la limite, on a l’impression que c’est des gens qui se sont réfugiés dans le déni des réalités de leur propre pays qui sort d’une crise multidimensionnelle sans précédente qui a failli amputer le Mali des 2/3 de son territoire occupés par des narco djihadistes.
Un réveil tardif pour des maitres chanteurs, quand on sait que le ministre Ben KATTRA, depuis son arrivée à la tête du département, n’a cessé d’initier des rencontres avec tous les acteurs pour mieux les impliquer dans la recherche de solutions à cette épineuse question qui fait trembler même les grandes puissances du monde.
Ce qu’il faut savoir, c’est que les leaders du MOEM ont été reçus par le chef du département aux premières heures de sa prise de fonction. Au cours de cette rencontre, le ministre a clairement expliqué aux jeunes que son département n’a pas pour mission de créer des emplois, mais plutôt de créer des conditions favorables à la création d’emplois.
Mieux encore, le ministre Ben KATTRA a organisé, le 4 août 2017, une journée d’échanges entre son département et des militants du MODEM dont l’objectif était de mieux les édifier sur les opportunités de promotion et de création d’emplois qui existent au niveau des structures en charge des questions d’emplois, notamment : l’APEJ, l’ANPE, le FAFPA, le PROCEJ, le FIER, etc.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *