Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

Sans Tabou: le signe de la défaite de l’opposition en 2018 ?

Contrairement aux déclarations alarmantes et alarmistes de l’opposition politique et de la Plateforme An tè A Bana, sur la gouvernance, le Mali du président IBK n’est pas si malade comme ces derniers veulent faire croire. Du moins, les images et les échos qui nous sont parvenus suite à la visite mémorable effectuée par le président Ibrahim Boubacar KEITA, dans la troisième région administrative du Mali, la semaine dernière, sont des illustrations parfaites de cette fidélité et de cette confiance réaffirmées des Maliens ou en tout cas, la majorité, en leur président.

La visite du président IBK à Sikasso en déroute beaucoup d’affirmations, de déclarations fallacieuses de nature à endormir debout. En effet, la visite du chef de l’État à Sikasso est intervenue à quelques jours seulement après la 8e Conférence du principal parti de l’opposition, URD. Après la visite triomphale, la Plateforme An tè A Bana a tenu un meeting qui mettait fin à plusieurs mois de silence de regroupement anti révision constitutionnelle.
Ces détracteurs du régime IBK présentent un bilan ‘’catastrophique’’ de quatre années de gouvernance du président.
Selon Soumaïla CISSE, il y a lieu de « Restaurer l’espoir » au Mali : « Le Mali a besoin d’un projet de bonne gouvernance, un projet solide et réaliste, un programme de développement et un pacte national de solidarité́ sociale et de justice égalitaire ». Quant à la Plateforme An tè A Bana, elle martèle : « après quatre longues années, de gestion désastreuse et chaotique, du Président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), l’homme, jadis, présenté comme solution aux problèmes du Mali, a déçu les espoirs des Maliens, pour laisser place au désespoir et à la désillusion ».
Et pourtant, au regard des échos qui nous sont parvenus suit à la visite de ce président à Sikasso, l’on se rend compte d’une évidence : une opposition déconnectée, loin des préoccupations des populations qu’elle prétend pourtant défendre les intérêts. En effet, au bout d’une visite marathon de 72 heures en troisième région, tout a basculé. Le président IBK a déjoué tous les pronostics et a prouvé aux Maliens, du moins ceux qui sont encore septiques sur sa popularité, qu’il n’a pas dit son dernier mot. Les images sur la mobilisation, les propos rassurants tenus par ses hôtes partout où il a été tranchent net avec les déclarations alarmistes de ses détracteurs.
L’opposition politique et les détracteurs du président IBK, s’il en reste encore doivent cogiter sur les efforts gigantesques réalisés en matière de sécurité, même si elle reste encore préoccupante, dans le désenclavement, l’équipement et la modernisation de l’agriculture, l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs du Mali et l’amélioration tout court des conditions de vie des Maliens. Le Kénédougou en a fortement attesté, au cours de cette visite de 72 heures.
En tout cas, contrairement à ce qui se distille dans des salons feutrés de Bamako, le Président IBK porte le Mali dans son cœur et est en symbiose avec son peuple. Ce ne sont pas les délégations de Yélémané, conduite par l’honorable député Mamadou Hawa GASSAMA, de Koutiala, avec les notabilités ou de Niono à leur tête Diadié BA, qui diront le contraire. Ces personnalités sont allées remercier le président IBK à Koulouba pour sa vision patriotique, pour ses efforts pour le bien-être des Maliens.
La visite de Sikasso apparait donc comme un désaveu cinglant à une opposition loin des préoccupations des Maliens, mais qui a encore une année devant elle pour se ressaisir en vue des élections générales de 2018 qui s’approche à grands pas, si elle envisage réellement de gouverner ce pays.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *