Search
vendredi 22 septembre 2017
  • :
  • :

Sans Tabou: Parena: flagrand délit de Déni

Malhonnêteté intellectuelle ou acharnement politique, l’on peine à trouver le qualificatif juste qui sied à l’analyse du porte-parole du PARENA sur le bilan des 4 ans au pouvoir du Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA. Une analyse subjective , avec le dessein inavoué de tronquer les faits qui dresse un tableau sombre du bilan du régime d’IBK en occultant volontiers les acquis enregistrés.
Dans une interview accordée à un confrère de la place, le porte-parole du PARENA devrait savoir qu’il s’adresse à des citoyens qui savent lire entre les lignes et qui savent séparer le vrai de l’ivraie. Malheureusement, par le fait de l’acharnement politique, du déni de réalité, le responsable du PARENA est passé à côté dans son analyse.
L’actualité dans notre pays, au début du mois de septembre, a été marquée par le bilan des 4 ans au pouvoir du Président IBK. Les débats et les réactions ont dominé l’actualité après l’interview du chef de l’État accordée à la télévision nationale. La plupart des analystes qui se sont prononcés sur la question ont fait un travail objectif en faisant ressortir les acquis enregistrés et les limites du régime.
À contre-courant des analystes objectifs, le porte-parole du Parti PARENA, qui a accordé une interview, a peint tout le bilan des 4 ans en noir. Une attitude qui n’est ni plus ni moins qu’une inélégance politique de la part de ce parti de l’opposition. L’honnêteté intellectuelle devrait imposer au porte-parole du parti du bélier blanc de reconnaître les acquis indéniables du régime. Ne serait-ce que pour être en phase avec ce penseur qui dit : ‘’donner à César ce qui appartient à César’’.
Le porte-parole du PARENA trouve que le bilan des quatre ans du régime d’IBK est celui d’un pays toujours en crise. Il va plus loin en soutenant : ‘’ces quatre années d’IBK représentent dans l’histoire politique de notre pays les pires moments caractérisés par la désolation, le désespoir et la désespérance sans précédent pour le peuple souverain du Mali’’.
Bien qu’il y ait des difficultés et qu’il est vrai que les attentes des Maliens sont loin d’être entièrement comblées, comme dans tout autre pays d’ailleurs, le régime a à son actif des réalisations concrètes qui ne font l’objet d’aucune polémique.
Il faut reconnaître que le Président IBK a hérité d’un pays secoué par une crise multidimensionnelle accentuée par un coup d’État qui a eu comme conséquences le retrait des partenaires et l’isolement du pays sur la scène internationale. En dépit de cette réalité qui devient de plus en plus un vieux souvenir pour les Maliens, aujourd’hui, des progrès ont été enregistrés dans plusieurs domaines. Notamment dans le domaine de la réforme de l’armée ; de l’Agriculture avec le budget alloué porté à plus de 15% ; le renforcement de la subvention des engrais et des équipements agricoles ; l’adoption du statut de l’opposition avec un budget annuel de 500 millions de FCFA pour le chef de file. La liste des acquis qui ne font l’objet d’aucune polémique est loin d’être exhaustive.
Tout Malien devrait être fier de l’engagement du chef de l’État qui a fait revenir notre pays dans le giron des institutions financières internationales. Ce, après que le FMI a confirmé la bonne santé financière du pays, en décidant d’accompagner le Mali dans le relèvement de son économie. Aujourd’hui des signes positifs visibles prouvent à suffisance que notre pays sort de plus en plus de la crise. Cela aussi, il fallait le dire… Question d’honnêteté intellectuelle.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *