Sans Tabou: patrouille mixte, la mauvaise foi des groupes armés !

Le volet sécuritaire de l’Accord de paix et de réconciliation signé pour la sortie de crise dans notre pays tarde à être concrétisé. Ce, au désarroi des populations des régions du nord qui sont victimes tous les jours d’insécurité. Les patrouilles mixtes qui constituent un début de réponse à cette préoccupation peinent à voir le jour, à cause de la mauvaise foi des groupes armés qui n’arrivent jusque-là pas à fournir la liste de leurs combattants qui doivent y figurer, plus d’un an après la signature de l’Accord.

Le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) et les patrouilles mixtes occupent une place de choix dans l’Accord de paix et de réconciliation signé pour la sortie de crise dans notre pays. Dans ledit Accord, il est précisé que le MOC sera chargé de planifier et de conduire les patrouilles mixtes incluant des éléments des forces armées et de sécurité maliennes, des combattants des groupes armés signataires et des éléments de la MINUSMA.
Ces patrouilles mixtes sont considérées par les parties signataires de l’Accord et la médiatique internationale comme une étape essentielle de la panoplie des arrangements sécuritaires connectés pour le retour de la paix dans les régions du nord. L’objectif assigné à ces patrouilles est de prévenir et de réduire tout vide sécuritaire avant, durant et après le processus de cantonnement.
Leurs mises en œuvre devraient normalement avoir lieu au plus tard 60 jours suivant la signature de l’Accord. Mais paradoxalement, plus d’une année après la signature de l’accord, les deux groupes armés signataires trainent encore le pas, prolongeant ainsi les souffrances que les populations du nord vivent au quotidien.
L’effectif de ces patrouilles mixtes s’élève à 600 combattants, soit 200 pour les FAMA, 200 pour la Plateforme et 200 pour la CMA. Le gouvernant ayant affirmé à plusieurs reprises avoir réuni les moyens nécessaires (logistiques et militaires) pour la mise en œuvre de ces patrouilles, il urge alors pour les groupes armés signataires de l’accord (Plateforme et CMA) de manifester leur bonne foi en mettant à disposition la liste de leurs combattants qui doivent y participer. Cela contribuera largement à enrayer la pieuvre islamiste qui n’en finit pas d’étendre ses tentacules sur notre territoire tout en soulageant la souffrance des populations qui n’a que trop perduré. Il est grand temps que ces groupes armés fassent taire leurs égos en songeant à la préservation de la sécurité des populations civiles pour lesquelles ils prétendent défendre les intérêts, en prenant les armes. En effet, à cause de l’insécurité même les ONG sont en train de plier bagage, abandonnant les populations à leur triste sort.
La pertinence de l’initiative n’est plus à démontrer en ces moments cruciaux d’insécurité dans le nord, aggravée par des affrontements entre les frères ennemis de la Plateforme et de la CMA. Si elles sont concrétisées, ces patrouilles mixtes permettront un début d’amorce du retour de l’autorité de l’État dans beaucoup de localités de notre pays.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *