Santé de la reproduction et PF: les leaders communautaires s’engagent

Dans sa politique de sensibilisation sur la santé de la reproduction et de la planification familiale (SR/PF), le centre de santé communautaire de Fana œuvre de concert avec les leaders communautaires, depuis un certain temps. Une implication qui porte aujourd’hui ses fruits avec l’engouement des populations autour des questions d’espacement des naissances.

Pour que la sensibilisation sur la santé de la reproduction et de la planification familiale (SR /PF) puissent avoir un impact positif auprès des 277 598 habitants répartis sur 73 19 km2, le Centre de santé et de référence (CSRéf) de Fana implique les leaders communautaires. Une politique, qui aujourd’hui, porte ses fruits. Les chiffres sont édifiants : elles sont 9800 femmes à avoir accouché sous assistance médicale en 2015, soit un taux de 70,61 % ; 234 femmes ont accouché par césarienne. Selon Boubacar Sissoko, chef du service développement social, 598 femmes qui sont en âge de procréer et ayant une tranche d’âge entre 15- 49 ans, ont bénéficié de la campagne de sensibilisation sur l’importance de la Consultance prénatale (CPN). Ce résultat a pu être atteint grâce à l’accompagnement des leaders communautaires.
Morikè Fané est l’un des 526 relais. Selon lui, les difficultés n’ont pas manqué au début de la sensibilisation compte tenu des idées reçues. Mais ces connaissances acquises lors des formations en SR /PF par le CSRéf et la connaissance du milieu par les responsables du Centre ont fini par payer dit-il. « Aujourd’hui, les ménages perçoivent les bienfaits des consultations prénatales et de la planification familiale. Ils fréquentent, de plus en plus, les centres de santé », assure-t-il. Selon Traoré Babintou Sissoko, membre du réseau des femmes, leur implication dans la sensibilisation a eu pour effet d’inciter les jeunes femmes et les adolescentes à pratiquer les techniques contraceptives. La disponibilité des agents de santé à pratiquer le planning familial même à des heures hors service est un atout majeur, ajoute-t-elle.
Tata Fané de la coordination des jeunes ne dit pas le contraire. Il affirme lui-même développer une initiative consistant à sensibiliser les jeunes sur des supports avec des messages rédigés en « Bambara ». Il pense que cela va permettre de rendre plus accessibles les conseils pratiques sur la SR/PF aux populations qui ne savent pas lire en français. En plus des messages de sensibilisation, ce document vise à lutter contre les rumeurs et les idées reçues avec des arguments médicaux et tirés des us et coutumes.
Beaucoup utilisent la religion pour justifier leur refus d’utilisation des techniques de la planification familiale. Pour Romain Coulibaly, représentant de l’Église catholique et leader communautaire, il n’en est pourtant rien. Selon lui, aucune religion n’impose à une personne de prendre un fardeau qu’il ne peut supporter. Sur la question de l’espacement des naissances, il ne pense pas moins qu’elle contribue à la bonne santé de la maman et de l’enfant et soulage financièrement le chef de famille. Vu sous cet angle, il conseille la planification familiale et bat en brèche les arguments tendant à réfuter cette pratique sous le prétexte religieux.
Rappelons qu’avec ses 22 airs de santé, 50 agents de santé communautaire, 526 relais communautaires, le Centre de Santé de Référence de Fana avec l’appui des leaders communautaires est en train de gagner la lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *