Santé de la reproduction: les journalistes à l’école de l’UNICEF

L’hôtel Titi de Fana abrite, depuis lundi, l’atelier de formation des journalistes et chargées de production des radios de proximité sur la santé de la reproduction et la planification familiale. Ledit atelier, qui est organisé par l’UNICEF en collaboration de avec l’USAID, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du volet communication du projet : « Utilisation des services de la reproduction et planification familiale au Mali », un programme de 09 mois qui couvre les régions de Sikasso, Koulikoro Ségou et le district de Bamako.

Former les journalistes et animateurs de la presse publique et privée sur les problèmes de santé de reproduction et leurs conséquences sur le développement psycho-social des adolescents et jeunes était l’objectif principal de cet atelier de trois jours, auquel a participé une trentaine de journalistes de Bamako et de Fana.
M. Ismaël Maïga, chargé de programme de l’UNICEF, dans son allocution d’ouverture, explique que les médias jouent un rôle primordial auprès de l’opinion publique en tant que vecteur d’information. Mais selon lui, l’arbre ne devant pas cacher la forêt : « ils ne sont pas eux aussi assez informés des problèmes liés à la santé de la reproduction, encore moins des actions qui sont mises en place pour la santé de la reproduction et de la planification familiale ». Cet atelier sera donc, poursuit-il, une occasion pour les professionnels des médias d’être mieux outillés à produire des articles de presse ou des émissions radio et télés sur la santé de la reproduction.
Pendant trois jours (lundi, mardi et mercredi), les journalistes se sont familiarisés surtout avec les termes et techniques visant à mieux atteindre un public important. Ainsi, les définitions de la santé de la reproduction, ses volets et composantes au Mali ont fait l’objet des véritables cours académiques à l’intention des médecins du centre de santé et référence de Fana. Par ailleurs, le rôle des journalistes dans la promotion de la santé de la reproduction et les qualités d’un homme de média capable de traiter les questions de la santé de reproduction étaient aussi au cœur des préoccupations.
Les terminologies comme la causerie éducative, le counseling ont été définie par Mme Togola Rokia Sissoko, responsable du service communication du projet Kénéya de l’USAID. Signalons que les journalistes effectueront des visites de terrain dans les centres de santé dans le cercle de Fana pour s’imprégner des réalités en matière de santé de reproduction, dans le cadre d’un reportage pratique de la formation.
À la fin des travaux de trois jours, une série d’articles de presse et d’émissions radiotélévisées seront réalisés et diffusées par la cellule de communication de l’UNICEF. En outre, un réseau de journalistes bien informés sur les questions de la santé de la reproduction sera mis en place, pour véhiculer à l’opinion publique les messages clés et reportages sur le sujet au Mali.
Les initiateurs de l’activité ont justifié le choix primordial des femmes journalistes et chargées de la santé de la production comme une exigence de parité du genre du projet « Utilisation des services de la reproduction et planification familiale au Mali ».
Rappelons que les bénéficiaires directes dudit projet sont des femmes en âge de procréer qui vont avoir accès à des services de planification familiale de qualité, des soins prénataux, de nutrition et d’accouchement sûrs. En plus, les adolescents et les jeunes bénéficieront d’une campagne de communication basée sur l’approche communautaire visant à générer un environnement propice à une grande utilisation de la planification familiale.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *