Search
samedi 16 février 2019
  • :
  • :

Scandale des 50 millions: la maladresse de l’Imam DICKO

Le Président du Haut conseil islamique du Mali a refusé les 50 millions de FCFA proposés par le Gouvernement pour l’organisation de la journée de prière pour la paix et la cohésion sociale. En médiatisant sa décision, il fait preuve d’une maladresse qui interroge sur ses motivations réelles.

Des religieux ont réussi une grande mobilisation, hier dimanche, au Stade du 26 Mars, à l’appel de l’Imam Mahamoud DICKO. L’objectif de cette rencontre transformée en démonstration de force, selon ses initiateurs, était de prier pour le pays traversant un moment très difficile : crise financière, crise sécuritaire, crise politique, etc. C’est l’événement qui domine l’actualité, bien qu’il n’ait pas encore révélé tous ses secrets.

La veille de ce meeting religieux a été marquée par l’affaire dite des 50 millions de FCFA. En effet, le vendredi dernier, le Gouvernement, comme à son habitude, a décidé d’accompagner l’organisation de cette rencontre en envoyant de l’argent à l’Imam DICKO. Mais, ce dernier a refusé le geste du Gouvernement. Toute chose qui confirmait, si besoin en était, le malaise entre le pourvoir et certains leaders religieux du pays. L’Imam DICKO ne s’est pas contenté de décliner l’offre du Gouvernement ; il est allé plus loin. Son geste est accompagné d’une communication, à outrance, relayée sur les réseaux sociaux, des télévisions privées et des sites d’informations.

Confortablement assis sur un fauteuil et habillé en boubou, il se laisse filmer. Sur des extraits de cette image qui a fait le tour du Mali, l’Imam aborde avec des journalistes les raisons de sa décision à ne pas accepter l’argent de l’État en guise de soutien. En acceptant cet argent, a-t-il soutenu, il allait vider le meeting de sa substance et provoquer des polémiques. Selon lui, c’est un meeting de don de soi. « Ce n’est pas un meeting où les gens vont nous donner de l’argent », a déclaré le Président du Haut conseil islamique du Mali. En plus de cette vidéo, de gros plans sont aussi réalisés sur les fameux billets de banque des 50 millions.

Cette médiatisation entame la portée supposée du geste du Président du HCI. Car, en toute humilité, il aurait pu remercier le Gouvernement de son geste et retourner l’argent sans tambour ni trompette.

En agissant comme il l’a fait, incontestablement l’Imam DICKO est tombé dans le piège de populisme. Il aurait pu se passer de toutes les scènes de communication autour du refus de ce montant du moment qu’il a été appelé à l’avance par le responsable financier de la Primature qui lui a apporté l’argent. Aussi était-il en posture dire non au gouvernement, si réellement il n’avait aucune intention de nuisance. De même, il avait toute la latitude de faire retourner au gouvernement son argent sans passer par cette stratégie qui s’inscrit plus dans une approche populiste. Or, selon des informations, l’appui du gouvernement pour la bonne organisation de ce meeting était consécutif à une sollicitation d’appui et d’aide de l’Imam DICKO lui-même au Président de la République Ibrahim Boubacar KEITA.

PAR SIKOU BAH

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *