Search
mardi 17 juillet 2018
  • :
  • :

Scène de bagarre entre des députés hier À l’AN: spectacle déshonorant

Des députés de l’Assemblée nationale ont failli en venir aux mains, hier mardi, dans l’hémicycle où des membres du gouvernement répondaient aux questions orales. Des injures de père et de mère, des insultes entre des députés de l’opposition et ceux de la majorité parlementaire illustrent la profondeur de la divergence entre des élus de la nation.

La scène à l’allure spectacle au grand marché de Bamako s’est déroulée lors de la 5e plénière ordinaire de la session budgétaire de l’Assemblée nationale tenue, hier mardi, sous la présidence de l’honorable Issiaka SIDIBE, impuissant à maitriser la police des débats. Le bagarre a particulièrement opposé le député interpellateur, l’honorable Mamadou Hawa GASSAMA, et des députés de la majorité parlementaire, dont Moussa DIARRA. Plusieurs membres du gouvernement (trois ministres) ont impuissamment assisté à la scène.
C’est l’honorable Moussa TIMBINE qui a été le premier à lancer des propos malsains à l’encontre du député interpellateur, Mamadou Hawa GASSAMA, élu de Yélimané.
« Mamadou Hawa GASSAMA est quelqu’un qui ne se respecte pas », lance le premier Vice-président de l’AN à son collègue député interpellateur. Toute chose qui suffisait largement pour enflammer une atmosphère déjà tendue entre l’opposition et la majorité. En effet, Mamadou Hawa GASSAMA avait interpelé deux ministres du gouvernent AIM : Abdoulaye Diop des Affaires étrangères et de la coopération internationale et son homologue de la Justice, notamment sur la situation des migrants en Libye.
Ayant très mal pris les propos peu respectueux d’un cadet, l’élu de Yélimané va exiger de son collège non moins vice-président de l’Assemblée nationale des excuses publiques.
« Je veux qu’il vienne retirer ces mots », exige-t-il. Au lieu de venir devant la plénière comme l’a exigé le député GASSAMA ; Moussa TIMBINE, assis sur sa chaise, présente son mea culpa en déclarant : « Je retire mes mots ».
Impulsif, l’honorable Mamadou Hawa GASSAMA réagit et s’en prend à tous les députés RPM et de la majorité parlementaire. Toute chose qui provoque le tollé dans la salle où l’ambiance n’était plus amicale. Aussitôt, des députés appartenant à la majorité se sentant vilipendés par GASSAMA se soulèvent et tentent de porter la main sur lui comme pour laver un affront. Il a failli l’intervention de certaines bonnes volontés pour calmer la tension. Après quelque temps d’accalmie, l’interpellation pouvait se poursuivre, mais dans un climat de méfiance entre les deux camps.
Après l’interpellation, une autre séquence, celle-là plus douloureuse et comique s’est produite entre cette fois-ci Moussa DIARRA et Mamadou Hawa GASSAMA. Grave injures publiques, grossièreté, insultes père et mère, le siège de l’Assemblée nationale était ainsi transformé en véritable spectacle. En effet, GASSAMA connu ses écarts de langage avait poursuit ses insanités à l’égard des députés de la majorité présidentielle dans les couloirs de l’hémicycle. Il sera ainsi confronté à Moussa DIARRA qui a très mal apprécié ses vulgarités. C’est là que s’engage une véritable scène pagaille entre ces deux députés.
Là aussi, il a failli l’intervention des agents de l’Assemblée nationale et un garde de corps du président Issiaka SIDIBE pour séparer les deux élus de la nation. Informé de la bagarre, Mody N’DIAYE, également député de l’opposition, tente de calmer son collègue Mamadou Hawa GASSAMA et il lui dit : « Il faut arrêter avec ces genres de choses… ».
Un autre député de loin assiste la scène et ajoute : « s’ils n’ont pas de respect pour la nation et pour leur titre, l’histoire retiendra leur comportement peu courtois ». Pour ce député de la majorité, il y a plus important à sauvegarder et à défendre que de se donner en spectacle, pour des députés.
En moins d’une année, c’est la deuxième fois que de telles scènes de violence se produisent entre députés à l’Assemblée nationale. Avant celle-là, lors de la clôture de la session d’avril dernier, l’honorable Yaya SANGARE, député du parti Adema, avait giflé son collègue Alkeidi TOURE de l’URD pour l’avoir insulté.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *