Search
samedi 17 novembre 2018
  • :
  • :

Secteurs de l’Élevage, de la pêche et de la pisciculture: de belles perspectives en vue

Le Centre de collecte de lait de Kasséla ; la ferme piscicole Boubacar DIALLO, à Baguinéda, et l’entreprise agricole ‘’Baragnouma’’, à Badougou Djoliba, ont été visités, les vendredi 2 et samedi 3 février, par madame le ministre de l’Élevage et de la pêche, Dr KANE Rokia MAGUIRAGA. Cette visite a été l’occasion pour la ministre et les techniciens qui l’accompagnaient de s’enquérir des potentialités, des difficultés, des perspectives et de dégager ensemble les solutions possibles pour le développement des secteurs concernés.

La délégation ministérielle a visité, le vendredi 2 février, les installations du Centre de Collecte de lait de la Coopérative des producteurs de lait de Kasséla. Cette coopérative, créée en 1998, a comme objectif le développement de l’élevage ; l’augmentation de la production laitière ; et l’amélioration du revenu des éleveurs.
Les acteurs de la filière lait rassurés
Lors d’un entretien entre la délégation ministérielle, les éleveurs et le personnel du Centre de collecte de lait, le secrétaire général de la Coopérative des producteurs de lait de Kasséla, Adama DEMBELE, a informé que la quantité de lait collectée à Kasséla est passée de 371 125 litres de lait, en 2006, pour atteindre 1 054 993 litres, en 2017. Selon lui, en 2017 la coopérative a déboursé 369 247 550 FCFA pour collecter du lait auprès des éleveurs.
Le secrétaire général de la coopérative a précisé que l’achat du lait et les autres dépenses effectuées en 2017 s’élèvent à 407 993 300 FCFA, alors que le lait collecté a été vendu à 402 425 325 FCFA. Ce qui fait ressortir une perte de 5 567 975 FCFA. Ce manque à gagner, dit-il, s’explique par le fait que le Centre de collecte de lait de Kasséla a perdu 25 631 litres de lait et 23 247 litres de lait distribués gratuitement en 2017 à cause du problème d’écoulement.
M. DEMBELE a profité de l’occasion pour interpeller les autorités à trouver une solution efficace et diligente au problème d’écoulement du lait en vue d’éviter la faillite du Centre de collecte. Il n’a pas manqué de remercier le chef de l’État et les autorités compétentes pour les efforts consentis en faveur du sous-secteur de l’élevage.
Madame le ministre de l’Élevage et de la pèche, en répondant aux problèmes soulevés par les acteurs de la filière lait, a indiqué que les préoccupations de ceux-ci sont déjà prises en compte par les autorités avec le lancement incessant de la deuxième phase du PRODEVALAIT qui verra l’ouverture de 40 nouveaux Centres de collecte de lait à travers le pays. Outre cet important projet, Dr KANE Rokia MAGUIRAGA a annoncé la construction d’une unité de conservation et de transformation de lait à Bamako ; la construction des marchés à bétail ; et le renforcement de la subvention des intrants en faveur des éleveurs.
Facilités dans la fourniture d’alevins et d’aliments poisson
Après le Centre de collecte de lait de Kasséla, la délégation ministérielle a rallié Baguinéda pour visiter la ferme piscicole Boubacar DIALLO. La visite a été faite sous la conduite du promoteur Boubacar DIALLO. Située à Tamina et bâtie sur 10 hectares, cette ferme est spécialisée dans la pisciculture, la production d’alevins, la fabrication d’aliments poisson, la confection des cages flottantes, des moyens de transport des alevins, d’un centre de formation et de deux écloseries d’une capacité de production de 40 millions d’alevins par an.
La ferme piscicole Boubacar DIALLO est également dotée de plusieurs bassins, d’un laboratoire, des fumoirs et est spécialisée dans la confection et l’installation de cages flottantes et bassins piscicoles, l’aménagement et l’empoissonnement des mares…
Le promoteur Boubacar DIALLO a affirmé que l’objectif de sa ferme est la fourniture d’alevins de qualité exceptionnelle à l’État, aux ONG et aux privés dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique de soutien au monde rural et de la réalisation de l’autosuffisance alimentaire ; l’offre de poissons marchands frais, le suivi et la formation des pisciculteurs ; la création d’emplois permanents ; la lutte contre la pauvreté dans le monde rural par la vulgarisation de nouvelles techniques de pisciculture plus rentables et la contribution à l’autosuffisance alimentaire par l’accroissement de l’offre de poissons marchands.
M. DIALLO a rassuré que son entreprise continuera à se battre pour améliorer son offre qui ne concerne pas que le Mali, mais toute la sous-région pour donner des alevins de bonne qualité.
« Conformément à la volonté des autorités pour que tous les Maliens mangent du poisson de bonne qualité et moins cher, nous nous inscrivons dans cette optique. Il y a deux ans, l’alevin était à 200 FCFA, aujourd’hui il est livré à 125 FCFA. Avec la subvention du Gouvernement l’alevin revient à 87 FCFA. Dans les mois à venir nous allons baisser le prix de cession de l’alevin. L’aliment bétail était à 900 FCFA le Kg ; aujourd’hui il est à 675 FCFA. Chez nous, l’aliment poisson ‘’Sanbalagnon’’ est livré au prix subventionné de 475 FCFA », a affirmé Boubacar DIALLO.
L’entreprise ‘’Baragnouma Djoliba’’, une référence
La dernière étape de la visite de madame le ministre de l’Elevage et de la pêche dans la région de Koulikoro a eu lieu, le samedi 3 février, dans les installations de l’Entreprise agricole ‘Baragnouma’’, dans la Commune rurale du Mandé. Dans cette entreprise agricole installée sur 18 ha, la promotrice KEITA Mariam BOUARE, pratique l’élevage intégrée de poissons, de poulets, de pintades, de bovins…
La visite a été faite sous la direction du Dr Laurent Miskal SBAIHI, expert en pisciculture. Elle a permis aux visiteurs de constater que cette ferme est une référence en matière d’élevage, de pisciculture et d’aviculture dans notre pays.
Elle est dotée d’une écloserie moderne pour la production d’alevins de claria ; d’une écloserie moderne pour la production d’alevins mono sexe mâle de tilapia ; des équipements spéciaux complets pour le transport d’alevin ; des étangs pour le stock de géniteurs, pour le grossissement des clarias et des tilapias ; un centre de formation professionnelle en pisciculture ; un collecteur des eaux usées ; une unité de filtration et de traitement des eaux usées ; une usine d’aliments granulés pour poissons…
L’expert en pisciculture, le Dr SHAIHI, a affirmé que la ferme produit 1 500 tonnes de poissons par an avec 60 emplois permanents et des centaines d’emplois occasionnels ou saisonniers.
Après la dotation de la ferme des équipements de dernière génération, le Dr Laurent Miskal SHAIHI a affirmé que la société attend du Gouvernement un appui plus conséquent pour concrétiser toutes ses ambitions. Il a souligné qu’en plus de la production, leur ferme se donne comme ambition de contribuer au développement des secteurs de l’élevage et de la pèche et du developpement du Mali. Ce, dit-il, à travers le noyau installé à la ferme agricole ‘’Baragnouma’’ à Badougou Djoliba.
Après avoir visité la ferme de fond en comble, madame le ministre a affirmé avoir constaté, avec satisfaction, que les promoteurs de fermes animales, piscicoles et avicoles au Mali sont animés de courage et de belles initiatives pour booster le secteur et contribuer à la souveraineté alimentaire et nutritionnelle du Mali. Elle a donné l’assurance quant à l’accompagnement de son département et à la mobilisation des partenaires pour soutenir les acteurs.

PAR MODIBO KONE
envoyé spécial




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *