Search
dimanche 19 novembre 2017
  • :
  • :

Sécurité : un Colloque International à Bamako

Depuis quelques années, les crises africaines et les questions de sécurité notamment  dans les pays du Sahel, ont fait l’objet d’analyses et d’offres de solution voire exclusivement de la part des pays occidentaux. Ces analyses, pour une large part, ont souligné principalement leur dimension ethnique et surtout religieuse sous le vocable jihadiste voire terroriste.

Les réponses proposées voire imposées ont conduit dans la plupart des cas à des interventions militaires des puissances extérieures parfois sous le mandat des Nations Unies. La France en est ainsi à sa 55ème intervention militaire en Afrique depuis les « indépendances » de 1960, parfois seule ou en coalition avec d’autres pays européens, l’OTAN et les USA.

Mais, au vu des résultats obtenus, l’échec est patent. Pire, ces interventions ont aggravé la situation, approfondi et multiplié les crises, élargi les zones d’insécurité, généralisé un peu partout les guerres civiles aux conséquences dramatiques pour les populations, l’instabilité politique permanente ou récurrente et la régression (politique, sociale, culturelle, morale et économique) qu’on tente vainement d’occulter par indicateurs partiels et en général, fallacieux et illusoires.

Dans ces conditions, que doivent faire les Africains face aux crises récurrentes et à l’insécurité permanente, face aux impasses actuelles ?

C’est pour tenter d’apporter des réponses à ces nombreuses questions  que le Forum Civique en partenariat avec  la Fondation Rosa Luxemburg (dont la Représentation Afrique de l’Ouest est basée à Dakar) organise  les 17,18 et 19 novembre 2014 à l’Hôtel les Colibris de Bamako, un colloque international dont le thème est : «Regards africains alternatifs sur les questions de sécurité au Sahel, les conflits et leur gestion en Afrique : le cas du Mali».

Le colloque  réunira des experts et des spécialistes de questions de sécurité de la sous-région (Algérie, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad), des chercheurs et acteurs citoyens d’Europe. A ces experts de la sous-région, s’ajouteront ceux du Mali, des élus de Gauche allemande (Die Linke) également membres du Parlement Européen, des élus maliens ainsi que diverses personnalités de la société civile, des syndicats, des partis politiques.

 

Il a pour objectif d’amener les chercheurs et intellectuels africains à se pencher sur les problèmes africains de manière autonome, lucide et sans complaisance, interroger nos sociétés, notre culture et notre histoire dans la recherche de solutions endogènes, bâtir un axe et un cadre permanent de réflexions stratégiques entre chercheurs, intellectuels, élus et acteurs citoyens du Sud et du Nord plus soucieux des intérêts des peuples et du devenir de l’humain, donner un éclairage nouveau sur les questions liées à la sécurité et aux conflits qui déchirent le continent africain avec comme conséquences, les guerres, la famine, les maladies (pandémies du sida, Ebola, paludisme) et y apporter des solutions justes et réalistes conformément aux aspirations des peuples.

Le Forum Civique, association de droit national, offre depuis plusieurs années aux Maliennes et Maliens de tous horizons et de conditions économiques et sociales différentes, un espace de réflexion et d’action en faveur de la démocratie. Il cherche à promouvoir l’esprit civique et patriotique et à assoir une véritable culture démocratique basée sur le droit à la différence et l’expression plurielle véritable, l’esprit de justice et de tolérance.

La Fondation Rosa Luxemburg, association reconnue de droit allemand, oeuvre  pour la justice sociale, la démocratie participative ainsi que le renforcement de l’éducation et la communication civiques et politiques. Elle promeut des projets dont le but est de permettre aux individus d’avoir une égalité d’accès aux biens fondamentaux de la société tels que la participation démocratique, la paix et la non violence, l’emploi, l’éducation, la santé, la sécurité sociale et un environnement de qualité.

N.B: Le colloque est ouvert à toute personne désireuse d’y participer dans la limite des places disponibles mais sans aucune prise en charge de quelque nature que ce soit.

Bamako, le 12 novembre 2014

Le Forum Civique

Le Président

Professeur Issa N’Diaye

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *