Semaine culturelle et artistique de Bamako: rendez-vous du 26 septembre au 2 octobre

La semaine régionale du District de Bamako aura lieu du 26 septembre au 2 octobre 2016. C’est, du moins, la principale conclusion issue de la réunion de la Commission régionale d’organisation du District de Bamako qui s’est tenue, mardi dernier, dans la salle conférence du gouvernorat. L’organisation de cette semaine entre dans le cadre des préparatifs de la phase nationale de la biennale spéciale qui aura lieu en marge des travaux du Sommet Afrique-France en janvier 2017.

L’objectif de cette réunion, qui fait suite à celle des 6 maires du District de Bamako avec le gouverneur qui a eu lieu, la veille, était de faire le point des préparatifs de l’évènement au niveau de chaque commune du District de Bamako. Elle était dirigée par Abdramane TANGARA, conseiller aux affaires administratives et juridiques du gouverneur du District de Bamako ; en présence de la directrice régionale de la Culture du District, Mme Fadima COULIBALY ; de la représentante du maire du District, etc. On y notait également la présence des chefs des services techniques des 6 Communes du District et les représentantes de la CAFO, etc.
La directrice régionale de la Culture du District, Mme Fadima COULIBALY, s’est réjouie de constater que les uns et les autres sont déjà dans la dynamique.
Au regard du contexte sécuritaire qui semble constituer une préoccupation pour les acteurs du District, la directrice régionale de la Culture rassure :
«L’initiative de manifestation vient des plus hautes autorités du pays et s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix ; dans ce cas, il ne faut pas se laisser emporter par la peur, liée surtout aux rumeurs sur l’insécurité».
C’est pourquoi, elle a vivement exhorté les ordonnateurs des budgets communaux à prendre toutes les dispositions pour la bonne réussite de l’organisation.
Le coût total pour l’organisation de cette phase régionale au niveau du District est estimé à plus de 10 millions FCFA.
Mais ce coût, a-t-elle précisé, n’inclut pas les dépenses que les collectivités du District sont en train d’engager pour la bonne préparation de leurs troupes.
Des explications des services de jeunesse des 6 communes, il ressort que le budget prévisionnel pour la Commune I est de 4 812 150 F CFA, une somme que le conseil communal n’avait encore adopté à la date de cette rencontre.
Mais d’ores et déjà, le chef service jeunesse dit avoir pris toutes les dispositions pour le démarrage des répétitions.
En commune III, le budget de l’évènement, qui s’élève 4 495 500 FCFA, est déjà approuvé par le maire. Là aussi, le démarrage des répétitions est imminent.
Autre commune autre budget, en Commune IV, le budget est aussi approuvé et s’élève à 6 510 000 F CFA.
En commune II, même si le budget n’est pas encore approuvé, le montant préconisé par les techniciens est de 7 497 265 FCFA.
Sur la rive droite du fleuve Niger, le budget de cette semaine culturelle s’élève en Commune V et VI, s’élève respectivement à 10 525 000 FCFA et 3 751 575 F CFA.
Pour sa part, le représentant du gouverneur du District de Bamako, Abdramane TANGARA, s’est montré préoccuper par la lenteur de la mobilisation des fonds en Commune I et II alors que le temps presse. Il a invité les techniciens à se mettre à la tâche pour que le District puisse présenter des représentants de qualité à la phase nationale.
En tout cas, le gouverneur du District, selon son représentant, table sur la première place, à l’issue de cette phase ultime. Le gouvernorat fonde ses espoirs sur le fait que Bamako a beaucoup d’avantages comparatifs par rapport aux autres régions, notamment la disponibilité des comédiens professionnels et des infrastructures.
La cérémonie d’ouverture de cette semaine culturelle est prévue pour le lundi 26 septembre 2016 devant la mairie de la Commune III.
Par ailleurs, une semaine du genre est prévue dans chacune des 11 régions du Mali.
Pour cette édition spéciale, 6 disciplines, sont retenues, à savoir : l’orchestre, la danse traditionnelle, la pièce de théâtre, le solo de chant, le cœur, etc.
Il y a aussi deux disciplines hors compétition, qui sont: l’exposition artisanale et la cuisine des communautés.
Certes, l’organisation de la biennale artistique exige des moyens conséquents, mais, est convaincue la directrice régionale de la Culture, tout ce qui peut amène la paix au Mali n’a pas de prix.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *