Search
jeudi 13 décembre 2018
  • :
  • :

Semaine mondiale de l’allaitement édition 2018: le ministre explique les avantages du lait maternel

Le Mali, à l’instar de la communauté internationale, célèbre chaque année du 1er au 07 août, la Semaine mondiale de l’allaitement maternel. L’édition 2018 a pour thème : « L’allaitement, la base de la vie»

En raison du contexte sociopolitique national, caractérisé par le premier tour de l’élection du Président de la République, le 29 juillet 2018, le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, le Pr Samba Ousmane SOW, a livré, avant-hier soir, sur les antennes de l’ORTM, son message.
Il ressort de la déclaration que le lait maternel est un aliment complet, adapté au nouveau-né. «Riche en vitamine A, en protéines, en acides gras, en anticorps et en facteurs de croissance, il est nécessaire au développement harmonieux de l’enfant », a-t-il précisé.
C’est pourquoi, a-t-il fait savoir : « il est recommandé de mettre le bébé au sein dans les 30 minutes qui suivent l’accouchement. Cela lui permet de bénéficier du colostrum (1erlait) très riche en nutriments».
Selon le ministre de la Santé, une bonne pratique de l’allaitement maternel, consiste à donner le lait maternel à l’enfant dès la naissance jusqu’à l’âge de 24 mois ou plus.
«Il est donc le meilleur moyen de fournir une alimentation idéale pour la croissance et le développement harmonieux du nourrisson. C’est la meilleure source nutritionnelle qui soit pour le bébé », a-t-il souligné.
Le thème de cette édition 2018, à savoir : «Allaitement: la base de la vie», a pour objectif de faire comprendre davantage le rôle de l’allaitement dans la prévention de la faim et la malnutrition sous toutes ses formes, a précisé le Pr Samba Ousmane SOW.
«L’édition 2018 de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel devra nous permettre, d’informer la population sur les liens entre l’allaitement maternel et la nutrition, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté, d’ancrer l’allaitement maternel dans la nutrition, la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté, de nouer des liens avec des individus et les organisations qui travaillent sur ces enjeux, d’encourager les actions de promotion de l’allaitement dans le cadre de la nutrition, de la sécurité alimentaire et des stratégies de réduction de la pauvreté », poursuit le Ministre de la Santé.
Pour atteindre ces objectifs, soutient-il, l’accent doit être mis sur la sensibilisation des communautés pour un changement d’attitude et de pratique vis-à-vis de l’allaitement maternel. Cette sensibilisation doit, à son avis, concerner tous, et à tous les niveaux de la société.
Le ministre SOW a rappelé qu’au Mali, des actions favorisant l’allaitement maternel ont été entreprises. A l’appui, il a cité entre autres la mise en œuvre de la stratégie Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant et l’Initiative Hôpital Ami des Bébés.
Il a profité de l’occasion pour lancer un vibrant appel à tous les agents de santé, aux parents et particulièrement aux mamans pour soutenir l’allaitement maternel, faire la sensibilisation et fournir les informations essentielles pour un véritable changement de comportement social en matière de nutrition et d’allaitement maternel.
«J’en appelle aux employeurs publics et privés au respect de l’observance des temps de tétée et l’aménagement d’espaces dédiés à cette pratique dans les lieux de travail», lance le ministre de la Santé.
En conclusion, a rappelé le Pr SOW, l’allaitement maternel donne à chaque enfant un grand départ dans la vie de manière équitable ; l’allaitement maternel est naturel et économique ; l’allaitement maternel garantit la santé et le développement harmonieux de l’enfant.
D’où son appel à l’unisson des forces pour protéger, promouvoir et soutenir l’allaitement en tant que fondement de la vie.
De sources sanitaires, le pourcentage d’enfants ayant été allaités au sein maternel dans notre pays est de 97,3% et la proportion d’enfants ayant commencé à être allaité au sein dans l’heure qui a suivi leur naissance est de 57,8%. Cependant, il convient de préciser qu’au Mali, seuls 33% des enfants sont exclusivement allaités au sein et la région de Koulikoro était, en 2017 , en tête des régions du Mali avec 55,4% des enfants ayant été allaités au sein dans l’heure de leur naissance.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *