Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Sida, paludisme, tuberculose et ébola: le Fonds mondial accorde 109 milliards de FCFA au Mali

Alors que le pays déplore une cinquième victime et surveille encore 271 personnes, la solidarité internationale se met en place pour l’aider à faire face efficacement à Ebola. C’est ainsi que le Fonds mondial vient d’accorder à notre pays, un montant de 218 millions de dollars pour les 4 années à venir, soit 109 milliards de FCFA. En plus de la maladie à virus Ebola, ces fonds seront utilisés pour combattre également le sida, le paludisme et la tuberculose.

Les accusations fusaient de partout pour indexer la communauté internationale de lenteur dans sa réponse face l’épidémie Ebola. Aujourd’hui, c’est des actions vigoureuses qui sont en cours pour arrêter la propagation de cette maladie qui a causé la mort de plus de 5000 personnes, depuis le mois de mars dernier.

Le Mali, quant lui, déplore cinq décès dont le dernier en date est celui du médecin contaminé par un malade venu de la Guinée. Alors que la maladie tend à être freinée dans les trois pays les plus infectés, les regards se tournent donc vers le Mali, dernier pays infecté. Après les Etats-Unis, la France qui ont déjà manifesté leur solidarité, c’est le tour de l’ONU, de faire un soutien de taille à notre pays.

A la tête d’une forte délégation, la directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, accompagnée de notre compatriote Michel Sidibé, Directeur Exécutif d’ONUSIDA, et le Dr Mark DYBUL, directeur général du Fond Mondial, est arrivée samedi à Bamako, sur invitation du président Ibrahim Boubacar Keita, pour procéder, avec les acteurs maliens, à une analyse de la situation, des besoins et des modalités de renforcement coordonnés à la mise en œuvre du plan national de riposte contre Ebola.

Participe également à la mission, le Professeur Jean-François Delfraissy, Coordinateur de l’ensemble des opérations internationales et nationales de réponses à l’épidémie d’Ebola du Gouvernement français.

Les membres de la délégation qui ont séjourné dans notre pays ont visité les dispositifs de prise en charge à Bamako et mis l’accent sur la sensibilisation et l’implication de la société civile, des religieux et des acteurs régionaux et locaux. Ils se sont félicités du leadership politique porté par les plus hautes autorités nationales dont le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta. Ils estiment que ce leadership devait être élargi également au niveau du plateau technique de prise en charge, en collaboration étroite avec les partenaires techniques et financiers.

Les partenaires du Mali ont annoncé leur disposition pour des appuis en ressources humaines qualifiées et en matériel.

Au cours de sa visite, qui prend fin aujourd’hui, la délégation de haut niveau a eu une rencontre d’échange avec le Premier ministre, Moussa MARA. Elle a permis aux parties de faire une analyse conjointe de la situation, de l’identification des besoins et des modalités de renforcement coordonnés et urgents de la communauté internationale à la mise en œuvre du plan national de riposte.

A l’issue la rencontre, le directeur général du Fond Mondial a annoncé une contribution de 109 milliards de nos francs décaissable sur 4 ans en vue de lutter efficacement contre les maladies, notamment, l’Ebola, le Sida, la tuberculose et le paludisme.

Fondé en 2002, le Fonds mondial est un partenariat entre des gouvernements, la société civile, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies. Il collecte et investit près de 4 milliards de dollars US par an à l’appui de programme menés par des spécialistes locaux dans plus de 140 pays.

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme mobilise et investit près de 4 milliards de dollars US par an à l’appui de programmes menés par des experts locaux dans plus de 140 pays. En tant que partenariat regroupant les autorités publiques, la société civile, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies, le Fonds mondial accélère la fin des épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme.

Ce soutien vient après celui de la France, à travers la visite de sa ministre, Mme Annick Girardin, qui s’est entretenue avec le Président IBK.

«C’est dans les moments d’épreuve qu’on reconnaît les siens. Donc, la France, encore une fois, est aux côtés du Mali pour faire en sorte que nous arrivions à contenir cette épidémie et à la bouter non seulement hors de nos frontières mais d’Afrique également », a déclaré le chef de l’Etat.

Mme Girardin, qui revenait d’une visite en Guinée voisine, a indiqué avoir proposé l’aide de Paris contre l’épidémie.

«Il était important que je puisse venir rapidement réexprimer cette solidarité (…) mais surtout proposer au président malien la collaboration de la France dans la mise en place du plan de lutte contre Ebola », a-t-elle dit.

D’ores et déjà, la France a dépêché un certain nombre d’experts dans notre pays pour la préparation aux contrôles aéroportuaires mais aussi pour pouvoir intervenir en plus de ce qui se fait déjà dans le centre de traitement.

Depuis l’apparition du virus dans notre pays, le gouvernement appelle à la mobilisation générale de l’ensemble des populations, pour véhiculer les messages de prévention et faire respecter les mesures d’hygiène et les consignes sanitaires, qui demeurent des conditions essentielles de prévention de cette maladie.

Le Premier ministre a appelé la population «au calme et à la sérénité, et lui assure que les dispositions existantes ont été renforcées pour éviter la propagation de la maladie sur le territoire national».

Moussa Mara avait précédemment instruit l’ensemble des intervenants dans la lutte contre l’épidémie Ebola à «généraliser des tests Ebola» au niveau de tous les points de contrôle des voyageurs de Bamako. Il a demandé aux responsables des services de santé de renforcer les équipes et les moyens. Il a aussi exhorté les chauffeurs à respecter les règles prescrites par les autorités, dont «l’interdiction de toute évacuation médicale vers le Mali».

Par Mohamed D. DIAWARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *