Search
jeudi 13 décembre 2018
  • :
  • :

Site de N’Tabakoro: SBM tient parole

Pour raison de constructions non autorisées obstruant les voies d’accès, les travaux du chantier des logements sociaux de N’Tabakoro accusent un important retard. En visite sur ledit site, mardi dernier, le Premier ministre Soumeylou Boubeye MAIGA, a instruit que tous les actes soient pris au plus tard le vendredi et que les démolitions commencent en début de cette semaine.

L’ordre a été exécuté à la lettre. Au regard de réactions d’approbation des services techniques, tout comme des entreprises, tout porte à croire que c’est le feu vert qui était attendu. Les engins de démolition sont effectivement rentrés en action avant-hier lundi dès 6 h 30 du matin. Ce sont, selon le Directeur national de l’Urbanisme de l’habitat, environ 200 constructions non autorisées qui seront démolies. Il s’agit en fait de constructions à usage d’habitation, de fermes, de cours entourées réalisées sur un Titre foncier de l’État et qui de surcroît ne respectent aucune règle d’urbanisme dans le plus clair des cas. Ce qui a pour conséquence de bloquer l’accès aux logements sociaux par les entreprises chargés des travaux de raccordement. Une occupation anarchique qui pose également le problème de l’accès des futurs bénéficiaires à leur logement. Le PM confiait d’ailleurs, à l’issue de sa visite de mardi dernier : ‘’ce que j’ai vu est totalement inacceptable. C’est-à-dire que nous avons des travaux qui sont arrêtés, la livraison aussi est retardée, parce qu’il y a beaucoup de gens qui ont fait des occupations illicites’’.

Le problème était donc réel et énorme et une solution radicale s’imposait ; d’autant plus que les postulants aux logements sociaux sont à bout de patience. Il fallait une décision courageuse, parce qu’il s’agissait de réduire en poussière d’imposantes bâtisses dont les propriétaires comptent certainement parmi les grands manitous du pays. Ce n’est du reste pas par hasard que 2 à 3 ministres ont sagement contourné le problème, y compris le plus prolixe et maître incontesté en emphase.

L’on notera également que c’est la première fois qu’un Premier ministre, anticipant les strass et paillettes des remises de clé, se déplace pour sauver un chantier de logements sociaux en péril, tout comme l’espoir de milliers de Maliens qui aspirent à un logement décent.

Nul abus ne devrait pouvoir être opposé à cette mesure primatoriale. Des commentaires de SBM, à l’issue de sa visite de chantier, en début de semaine dernière, il ressort qu’il a été sacrifié à tous les préalables : ‘’après que le site ait été déclaré d’utilité publique, les indemnisations, d’autres ont fait des occupations illicites bien avant. On n’arrive pas à continuer les travaux sur les voies, on n’arrive pas à continuer les travaux de voirie, on n’arrive pas à faire les travaux d’électrification.

Après avoir fait ce constat, j’ai demandé à toutes les autorités administratives impliquées dans la gestion du site, c’est-à-dire le ministère de l’Urbanisme et ses services, mais aussi les autorités administratives de la Région de faire en sorte que les décisions qui doivent être prises d’ici vendredi pour que nous puissions procéder à la démolition de toutes les occupations illicites dès la semaine prochaine. D’abord, après que le site a été déclaré d’utilité publique, les indemnisations, d’autres ont fait des occupations illicites bien avant. On n’arrive pas à continuer les travaux sur les voies, on n’arrive pas à continuer les travaux de voirie, on n’arrive pas à faire les travaux d’électrification.

Après avoir fait ce constat, j’ai demandé à toutes les autorités administratives impliquées dans la gestion du site, c’est-à-dire le ministère de l’Urbanisme et ses services, mais aussi les autorités administratives de la Région de faire en sorte que les décisions qui doivent être prises d’ici vendredi pour que nous puissions procéder à la démolition de toutes les occupations illicites dès la semaine prochaine’’.

PAR BERTIN DAKOUO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *