Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

Situation sécuritaire dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest: une conférence pour peaufiner la déclaration de Bamako

Le gouvernement de notre pays et la Commission de la CEDEAO organisent, dans notre capitale, du 12 au 14 octobre, une Conférence régionale sur la situation sécuritaire dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest. Les objectifs de ladite conférence ont été expliqués, hier mardi 10 octobre, à la faveur d’une conférence de presse dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères.

Les conférenciers étaient le Coordinateur de la commission d’organisation, Almamoun Baba KEITA, et le représentant spécial de la CEDEAO dans notre pays, Cheaka Aboudou TOURE.
Cette importante rencontre enregistrera la participation des représentants des États membres de la CEDEAO ; d’organisations de coopération économique, financière, internationale. Elle sera l’occasion de procéder à l’évaluation globale de la situation sécuritaire dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest. Ce, en vue de trouver les voies et moyens d’interventions les plus aptes à assurer une neutralisation optimale des organisations criminelles dans l’espace sahélo-saharien et leur expansion en Afrique de l’Ouest. À l’issue de la conférence, les États de la sous-région et la communauté internationale conviendront d’une déclaration dite de Bamako et d’un plan d’action y relatif.
Le représentant de la CEDEAO, Cheaka Aboudou TOURE, a affirmé que cette rencontre des partenaires sera l’occasion de faire la coalition contre le terrorisme. Il a soutenu que la mutualisation des efforts contre le terrorisme est une nécessité et que le Mali n’est qu’une victime des menaces qui pèsent dans la bande sahélo-saharienne. Il a soutenu que les sources des problèmes dans le sahel sont en dehors du Mali et que c’est tous les pays de l’Afrique de l’Ouest qui sont menacés. D’où, l’engagement des chefs d’État de la sous-région à faire une nouvelle cartographie et une relecture des menaces.
Selon M. TOURE, les initiatives et la mobilisation contre le fléau de l’insécurité ne manquent pas. Cependant, il a déploré le manque de coordination dans les actions qui est indispensable pour avoir gain de cause. C’est pourquoi, soutient-il, cette conférence sera l’occasion de mettre en cohérence les initiatives pour faire face au terrorisme dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest.
Pour lui, la déclaration de Bamako qui sanctionnera la conférence sera comme une profession de foi qui engagera les pays de la région à se mobiliser réellement dans la lutte contre le terrorisme. Une déclaration qui sera fondée sur la conviction que les Africains doivent s’engager en premier lieu dans la lutte contre le terrorisme avant de compter sur les partenaires. Il a indiqué que les pays africains doivent être au fronton de la lutte contre le terrorisme avant d’ajouter que l’un des objectifs de cette rencontre est de trouver des solutions endogènes efficaces aux problèmes sécuritaires dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest.
Pour sa part, l’ambassadeur Almamoun Baba KEITA a déclaré qu’il faudrait s’attaquer aux racines du terrorisme en mettant en place tout un programme. Selon lui, ce programme doit prendre en compte la corruption, les programmes scolaires, les discours religieux, la création d’emploi pour les jeunes et toutes les actions nécessaires visant à faire en sorte que les jeunes n’adhèrent pas aux réseaux terroristes.
Le coup d’envoi de la conférence sera donné par la réunion des experts les 12 et 13 octobre. Elle sera suivie par celle des ministres, le samedi 14 octobre, dont la cérémonie d’ouverture sera présidée par le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *