Société de patrimoine de l’eau potable: les comptes financiers de 2015 à la loupe

6

La Société malienne de patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP-SA) a tenu, hier mercredi, à son siège, sis à Faso-Kanu, la 23e session ordinaire de son Conseil d’administration. La vérification des comptes et l’adoption de l’état financier de la société courant année 2015 étaient les points inscrits à l’ordre du jour.

C’était sous le patronage de son Président du Conseil d’administration, Nancouma KEITA, en présence du Directeur général de la société, Adama Tiémoko DIARRA, et de l’ensemble des administrateurs.
Selon le PCA, l’année 2015 a vu plusieurs objectifs atteints à la SOMAPEP-SA. Les faits marquants de ladite année, souligne M. KEITA, concernent essentiellement les projets structurants pour la réalisation d’infrastructures d’alimentation en eau potable dans les périmètres de concession de la SOMAPEP-SA, notamment le projet d’eau potable de Kabala ; les travaux des composantes de la Banque mondiale (relatifs à la construction de 2 réservoirs de 10 000m3 ; la canalisation de transferts des eaux traitées des réservoirs vers Faladié et Badalabougou) et les prestations de maîtrise d’œuvre pour les composantes financées par la BAD et AFD/BEI. Ces projets, a-t-il précisé, ont bel et bien démarré. Il en est de même pour les études portant sur le volet assainissement financées par la BAD.
Aussi, a-t-il rappelé, le programme d’investissement de la SOMAPEP-SA se poursuit avec les activités à Bamako, et dans d’autres localités du pays, notamment Kati, Nioro, Bandiagara, Tombouctou et Gao.
Par ailleurs, soutient le PCA, le projet sectoriel d’eau et d’assainissement se poursuit avec la signature et le démarrage des activités du Document d’engagement de développement sur financement de l’ambassade du Danemark pour un montant de plus de 6,220 milliards de FCFA.
En ce qui concerne les données financières, le Président du Conseil d’administration a fait savoir que le chiffre d’affaire de la SOMAPEP-SA est passé de 2 681 405 081 FCFA, au 31 décembre 2014, à 1 748 766 343 FCFA, en 2015, soit une diminution de 35%. A son avis, cette baisse s’explique par la non-fixation du prix patrimoine qui les amène à caller le chiffre d’affaire sur les montants effectivement encaissés.
En tout état de cause, révèle le PCA, les investissements réalisés en 2015 se chiffrent à 14 292 477 320 FCFA, dont 2 652 643 544 FCFA sur fonds propres de la SOMAPEP-SA (soit un taux de réalisation de 52%) et 11 639 833 776 FCFA, sur fonds extérieurs (soit un taux de réalisation de 27%).
Depuis la clôture de l’exercice, a fait savoir M. KEITA, les contrats des lots 1 et 2, pour respectivement la prise d’eau et la construction de la station de traitement, ont été signés et la première pierre des travaux a été posée le 28 mai 2016.
Dans la même dynamique, indique-t-il, les conventions de prêt de l’AFD et de la BID pour la seconde phase du projet de Kabala ont été signées.
En conclusion, dira le Président du Conseil d’administration, les perspectives sont bonnes avec le démarrage des travaux de construction de la station de traitement d’eau potable et celui des composantes de travaux pour certains bailleurs, dont la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque islamique de développement (BID). Ces composantes des travaux du projet d’eau potable de Kabala, est persuadé Nancouma KEITA, permettront de booster l’activité de la société en 2016.
Mieux, la poursuite des activités sur le volet Banque mondiale ainsi que le démarrage des activités du financement additionnel et l’entrée en vigueur des conventions de la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD) permettront des décaissements surtout sur les marchés des lots de production dont les marchés sont signés.
Pour le DG, Adama Tièmoko DIARRA, c’est un Conseil d’administration purement financier. Il s’agit de se pencher sur le bilan financier de 2015, conformément aux dispositions de l’OHADA, selon lesquelles un commissaire au compte a fait un rapport de gestion, suite à l’élaboration de ce bilan financier par la société et les administrateurs doivent arrêter les comptes de 2015. Ainsi, un chiffre d’affaire de 1 748 766 343 FCFA a été engagé au compte de l’année 2015.
Derrière ce chiffre, souligne M DIARRA, se trouvent d’importantes réalisations : des activités d’investissement dans les périmètres de concession (l’ensemble des villes dont la gestion d’eau potable relève de la SOMAPEP et de la SOMAGEP) ; ainsi que les grands projets en cours, notamment les adductions d’eau potable dans les villes de Kayes, Sikasso, Koutiala et Kati. Ces projets, a-t-il révélé sont avancés et prendront fin avant 2017. Ainsi, la période de forte demande sera non seulement bien gérée ; mais également le taux d’accès à l’eau potable dans ces villes passera de 65% à 75%.
Il a cité d’autres projets structurants en cours : l’emblématique projet de Kabala, inédit dans la sous-région qui permettra de doubler la capacité d’alimentation actuelle de la ville de Bamako.
Sa réalisation est prévue pour fin 2018. Toute chose qui mettra fin aussi à la pénurie d’eau potable que connaît la ville de Bamako, a-t-il rassuré.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *