Solidarité en faveur des orphelins militaires: 209 kit aviateurs

7

Pour la 8è année, ils sont 209 élèves, des classes de 1ère à la 9è année, orphelins des militaires de l’armée de l’air à recevoir, vendredi dernier, de la part des aviateurs en vie, des kits scolaires ; et voir leur cotisation de coopérative scolaire payée au titre de cette année scolaire 2016-2017. Le tout pour une valeur de 4 695 980 de FCFA.

La cérémonie de remise qui avait pour cadre la Cour de l’état-major de l’armée de l’air, était placée sous le haut patronage du général de brigade aérienne à la retraite Mamadou DOUCOURE, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air ; en présence de chef d’état-major de l’armée de l’air, le colonel major, Souleymane BAMBA ; du chef Service social des armées, la colonel SAMAKE Mariétou DEMBELE; et des officiers et sous-officiers, des parents d’élèves, etc.
En effet, au seuil du mois de la solidarité et de la rentrée scolaire, les aviateurs viennent de faire parler leur cœur à l’endroit des enfants de leurs compagnons disparus. Ainsi, ils sont au nombre de 209 enfants de la 1ère à la 9è année qui ont reçu des kits scolaires.
Aussi, leur cotisation de coopérative scolaire sera payée cette année. La valeur totale du don s’élève à 4 695 980 FCFA, destiné aux orphelins du cycle fondamental.
Selon les initiateurs, cette cérémonie, qui est la 8è du genre, marque la conjugaison des effets de tous les aviateurs pour contribuer au bonheur et à la réussite de ces orphelins.
Aussi, ont-ils rappelé, c’est une tradition ancienne dans les sociétés humaines de faire des actes de solidarité à l’endroit des veuves et des orphelins. Et c’est ce qui explique le bienfondé de la Journée de solidarité de l’armée de l’air, une tradition qui est vieille de 8 ans.
Pour sa part, le colonel major, Souleymane BAMBA, chef d’état-major de l’armée de l’air, a souligné que ce geste prouve à suffisance l’esprit de solidarité, de cohésion et de corps qui ont toujours prévalu au sein de ce corps.
Au nom de tout le personnel de l’armée de l’air, il a tenu à exprimer sa profonde gratitude à l’endroit de toutes les autorités militaires, de toutes les personnes de bonne volonté et de tous les partenaires pour le soutien multiforme.
Un remerciement particulier a été adressé au parrain de l’évènement, le général DOUCOURE, ancien chef d’état-major général de l’armée de l’air qui a initié cette journée de solidarité, il y a 8 ans.
Au passage, il a invité les bénéficiaires à bien travailler à l’école pour mériter de leurs parents qui sont tombés sur le champ de l’honneur.
«Vous aurez des défis importants à relever au niveau intellectuel, physique, moral et psychologique pour assurer la relève», a dit le colonel major BAMBA.
En remettant les kits, il a invité les enfants à en faire bon usage, tout en espérant que les résultats seront toujours bons comme pour les années passées.
En effet, pour l’année scolaire 2015-2016, les résultats des bénéficiaires ont été les suivants : 1ère année : 100% ; 2ème année : 100% ; 3ème année : 99,99% ; 4ème année : 99,99% ; 5ème année : 100% ; 6ème année : 99,99% ; 7ème année : 99,99% ; 8ème année : 100% ; et enfin en 9ème année, il y a eu 50% de taux de réussite au DEF.
Pour sa part, le général de brigade aérienne, Mamadou DOUCOURE, s’est dit honoré, sans être surpris, du choix porté sur la modeste personne pour parrainer la présente cérémonie.
Pour le parrain, ce geste constitue un soulagement pour les veuves à la veille de cette rentrée scolaire. Selon lui, l’armée de l’air est une famille où la solidarité et l’entraide ont une signification. Au passage, il a invité les mamans à bien s’occuper de ces enfants qui constituent un vivier pour la relève de demain.
Dans ses propos, il a profité de cette tribune pour inviter les hommes à la discipline, à la cohésion, la rigueur et au professionnalisme dans le travail.
Malgré le manque d’appareil dont souffre ce corps de souveraineté nationale, le général DOUCOURE a fait savoir que cela ne doit pas pousser les jeunes soldats au désordre et à la facilité. Au contraire, a-t-il souligné, ils doivent se former davantage. A son avis, les soldats sont aujourd’hui obnubilés par la question de grade.
«Il faut éviter ce comportement pour que le Mali puisse avoir une armée véritablement professionnelle », a-t-il prévenu.
Avant de terminer, il a invité les uns et les autres à se remettre en cause face au drame que vit armée malienne qui, jadis, était enviée et sollicitée partout en Afrique.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *