Search
mercredi 25 mai 2022
  • :
  • :

Sondage Mali-mètre à Kidal, Gao et Ménaka: plébiscite pour le Président IBK

«La proportion des citoyens qui fait confiance au Président de la République est de 69% à Ménaka, 62,6% à Gao et 41,2% à Kidal».Tels sont les résultats de l’enquête de l’édition spéciale du sondage « Mali-Mètre », réalisée dans les cercles de Gao, Ménaka et Kidal du 27 décembre 2014 au 5 janvier 2015 par la Fondation Friedrich Ebert Stiftung.

Ces résultats ont été rendus publics, à la faveur d’une conférence de presse animée, hier jeudi, à la Maison de la presse, par Jan Henrik Fahlbusch et Abdourhamane Dicko, respectivement Représentant résidant et chargé des programmes de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung au Mali. On y notait la présence à leurs côtés du président de la maison de la presse, Dramane Aliou KONE.
M. Fahlbusch a fait savoir que «Mali-Mètre» est un instrument d’analyse socio-politique initié par la Fondation Friedrich Ebert Stiftung en 2012. Elle a déjà à son actif cinq éditions, auxquelles s’ajoute la présente édition Spéciale, réalisée dans les cercles de Gao, Kidal et Ménaka. Cette dernière traite des mêmes sujets que les éditions antérieures. Il s’agit de la perception des citoyens desdites localités sur les institutions de la République, notamment le Président de la république ; le Gouvernement ; les négociations d’Alger ; les capacités de sécurisation et de stabilisation du Mali, des régions du Nord en particulier par les forces de défense malienne, Barkhane et la MUNISMA.
Le sondage fait également ressortir l’opinion des populations desdites localités sur le dialogue en cours ; la réconciliation ; le développement équilibré du pays ; l’organisation des élections communales ; le financement du développement national ; les conditions de succès d’un futur accord global de paix ; ainsi que la contribution de la communauté internationale.
Selon les conférenciers, cette enquête, dont les résultats viennent d’être présentés, a été réalisée du 27 décembre 2014 au 5 janvier 2015 (période où Moussa MARA était Premier ministre).
Aussi, ont-ils rappelé, la situation au Nord du Mali n’avait pas connu les dernières évolutions qu’elle connait aujourd’hui avec les affrontements à Tabankort et les manifestations à Gao qui ont tourné au drame.
Pour les conférenciers, le choix de la ville de Ménaka se justifie par sa situation politico-sécuritaire quasi identique à celle de Kidal, caractérisée par la domination des groupes armés.
Quant à celui de Gao, il a été motivé par le souci de permettre une comparaison des réponses.
Opinions des enquêtés sur le Président et le Gouvernement
Selon les résultats de l’enquête, la proportion des citoyens qui font confiance au Président de la République est de 69% à Ménaka ; 62,6% à Gao ; et 41,2% à Kidal.
Pour ce qui concerne le gouvernement et le Premier ministre (Moussa MARA), au moment de l’enquête, les résultats indiquent qu’une majorité importante des citoyens à Ménaka (92,2%) et à Gao (75,8%) leur font confiance, contre une minorité (26,9%) à Kidal.
Quant aux priorités du gouvernement, les enquêtés dans les trois localités ciblées ont été unanimes sur la lutte contre la corruption, les injustices, l’insécurité, les négociations avec les groupes armés.
Appréciation des négociations
Les résultats du sondage démontrent que les habitants de la ville de Kidal se sont plus prononcés en faveur de l’option «négociation», avec 94,6 d’avis favorables, contre 79,7% à Gao et 63,5% à Ménaka.
Il ressort des chiffres de l’enquête qu’à Ménaka plus du tiers de la population (36%) s’oppose aux négociations du gouvernement avec les groupes armés.
De même, l’enquête dénote-elle une plus grande confiance des enquêtés de Kidal aux groupes armés (64%) et aux chefs coutumiers (52,3%) pour la conduite du dialogue et de la réconciliation, alors qu’à Gao et à Ménaka, les populations accordent plutôt leur confiance aux chefs religieux et au gouvernement du Mali.
Sécurisation des régions du Nord
La moitié des personnes touchées par le sondage à Gao apprécie de façon très positive les forces armées maliennes dans leur mission de sécuriser le pays, contre seulement 40% de résidents à Ménaka et 3% à Kidal qui partagent cet avis. Pour la sécurisation de leur localité, les populations des trois localités, dans leur grande majorité, font confiance aux leaders religieux (84%) et aux chefs de fractions et de villages (73%).
Les populations de Kidal, pour leur part, se distinguent par leur grande confiance (75%) aux groupes armés et aux milices locales.
Situation économique actuelle du Mali
En examinant les chiffres du sondage sur la situation actuelle du Mali, l’on se rend compte que quelle que soit la localité, la proportion des populations enquêtées, qui se déclarent satisfaites de la situation économique du Mali, reste faible.
Cependant, il est à souligner que cette insatisfaction est perçue à Gao (32%) à Kidal (62%) et Ménaka (49%).
L’opportunité d’organiser les élections municipales
A Gao et Ménaka, plus de la moitié des personnes enquêtées, respectivement 60% et 66%, pensent qu’il conviendrait d’organiser les élections communales aussitôt après les négociations. Cet avis est partagé à Kidal par seulement 37% de la population et plus du quart ne se sent pas concerné par l’organisation des élections communales.
Par ailleurs, les résultats de l’enquête indiquent que la motivation des enquêtés de payer plus d’impôts pour le développement de leur région est partagée par la majorité des populations. Ils sont à Gao (71,7), mais par seulement une minorité, certes importante, à Ménaka (48,6%) et Kidal (39,7%).
Pour ce qui est des défis majeurs à relever, les enquêtées ont retenu, entre autres, l’insécurité, l’éducation, la santé et le chômage.
Par Modibo KONE et Khalifa DIAKITE (STAGIAIRE)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *