Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

Sortie de crise de la Transition politique au Mali: Mahamane MARIKO appelle à une union patriotique

Le parti Convention des réformateurs pour l’alternance (CRAJ-Faso-Nyèta) a tenu son 2è congrès ordinaire, les 27 et 28 novembre 2021, au CICB. La cérémonie d’ouverture était présidée par Mahamane MARIKO, président du parti ; qui avait ses cotés, le président des jeunes du parti, Daouda DIARRA ; la présidente des femmes, Mme Malado DIALLO ; ainsi que les délégués venus de Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso, Tombouctou, Gao ainsi que les six communes du district de Bamako.

On y notait plusieurs représentants de partis amis. Il s’agit de Nouhoum TOGO de l’USR ; de Moulaye HAIDARA du PDES ; de Abdoul Karim DIAMOUTENE du MDJS ; et de Jean mille BITTAR du M5-RFP.
Le thème portait sur : « les perspectives pour une sortie de crise de la Transition politique ».
A l’entame de son propos, Mahamane MARIKO a d’abord fait observer une minute de silence en la mémoire de ceux et celles qui ont donné leur vie ou qui continuaient à supporter des séquelles à vie pour la nation malienne ou africaine.
Le président du parti CRAJ-Faso-Nyèta a rappelé que ce 2ème congrès de son parti se tenait dans un contexte de crises multiformes, marqué par une relation très tendue entre notre pays et une partie de la Communauté internationale depuis le coup d’Etat du 18 aout 2020, suivi du renversement du premier Présidente la Transition quelques mois plus tard.
Concernant le renversement du régime d’IBK, Mahamane MARIKO a fait savoir que la chute du président IBK n’était pas simplement liée à sa gestion des affaires publiques; mais que c’était le déclin d’un système qui avait montré toutes ses limites. Il regrette de voir que beaucoup de Maliens aient refusé à admettre cette évidence.

Selon M. MARIKO, il ne saurait y avoir aucune issue individuelle sans que les causes profondes qui ont entrainé ledélitement du pays ne soient clairement reconnues par tout un chacun et traitées de façon concertée et intégré sans aucun faux fuyant.

« Si l’Etat n’assume pas son rôlerégalien, que deviendra cette cohorte déscolarisés depuis bientôt neuf ans qui n’a pas accès à l’école mais qui peut tomber sous le coup d’un endoctrinement d’un autre âge pour être des potentiels candidats au terrorisme ? », s’interroge-t-il.
S’agissant de la Transition, le président de la CRAJ-faso-nyèta n’a pas hésité d’affirmer que la Transition mérite le soutien et l’accompagnement des Maliens pour diriger le Pays vers le processus de changement.
Car, selon lui, la Transition est un passage d’un Etat d’exception à la normalité constitutionnelle.
Cependant, il a martelé que si ce n’est autre que le retour à l’état antérieur, par le fait simplement d’organiser des élections comme cela se fait depuis près de 30 ans, il y aura eu encore une fois beaucoup de sang versé pour rien…
Le président de la CRAJ-Faso-Nyèta a souligné que tous les Maliens devraient faire mieux en acceptant de se parler en frères sans retenue dans le respect mais avec responsabilité.
Le Président Mahamane MARIKO a soutenu qu’il devrait y avoir une véritable aspiration aux changements.
Ensuite, Mahamane MARIKO a conseillé que les grandes nations se sont toujours forgées au lendemain des grandes crises auxquelles, elles avaient fait face.
Il a expliqué que ces pays avaient accepté l’union patriotique.
Selon lui, les Maliens doivent arrêter de voir toujours l’autre comme le seul coupable.
Enfin, il a appelé les Maliens à soutenir et accompagner la Transition avec des propositions concrètes. D’où d’ailleurs, selon le président MARIKO, le choix du thème du 2ème congrès de la CRAJ-faso-nyèta:« les perspectives pour une sortie de crise pour la Transition politique».

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *