Sortie de crise durable au Mali: les solutions du réseau « Joko Ni Maaya »

La maison des Aînés, a abrité, samedi dernier, les travaux du séminaire d’Initiation de hauts responsables au principe de leadership inclusif et partagé. Ils ont regroupés 3 groupes d’acteurs: la société civile, la communauté des affaires et la classe politique, pris individuellement ou collectivement. Ce séminaire de hauts responsables sur le principe du Leadership inclusif et partagé a pour but de raffermir la volonté collective, de promouvoir la détermination de tous sur les solutions de sortie de crise sociale globale et sécuritaire.

Etaient conviés à ces travaux, les civils qui ont rang de secrétaire général des départements ministériels ; les institutions de la République ; les militaires avec rang de hauts fonctionnaires, nommés suivant la Loi 04-051 du 23 novembre 2004 portant Organisation générale de la défense nationale, etc.
Parmi les personnalités, on notait la présence de l’ancien Premier ministre Modibo SIDIBE, des anciens ministres tels Abou Bakar TRAORE, et Ibrahima N’DIAYE dit Iba N’DIAYE.
A l’ouverture des travaux, le Coordinateur du bureau de la Coordination Nationale de Veille Stratégique et Citoyenne (CNVSC) du Réseau «JOKO ni MAAYA», l’Ambassadeur Ousmane TANDIA, a fait savoir que la présence rencontre est l’aboutissement d’un processus de consultations et de concertations à travers la mutualisation de connaissances sur la crise sociale globale et sécuritaire du Mali ; la mobilisation générale autour de solutions de rechange aux politiques du gouvernement que la CNVSC a initié depuis près de 8 mois déjà. Ceci, afin de mieux définir ses missions de veille et d’interpellation pour une sortie de crise durable et pérenne.
Selon M. TANDIA, la CNVSC a été mise en place suite à la déclaration de la Table ronde sur le Plan de relance durable du Mali, 2013-2014 à Bruxelles, qui souligne : «la léthargie intellectuelle du milieu universitaire dont les recherches auraient dû éclairer la société et alimenter un débat public riche et pluriel dont une presse indépendante et capable se serait faite l’écho pour éduquer le public et interpeller la classe politique est un des indicateurs du déficit de qualité (et de l’absence de masse critique) et de l’absence de capacités de veille ».
De son avis, la nouvelle ère d’espoirs démocratiques, née de l’Afrique et le Printemps arabe/africain est basé sur le principe de leadership inclusif et partagé pour la gestion de la Stratégie de globalisation de co-entrepreneuriat entre 3 groupes d’acteurs: la classe politique, la société civile et la communauté des affaires, à commencer au niveau communal par le Conseil communal regroupant un certain nombre de communautés locales.
La CNVSC, selon son coordinateur, a pour objectif principal de développer la capacité d’interpellation de la société civile par la mutualisation de connaissances dans la persévérance et dans la droiture sur la cause profonde d’une crise, les relations sous-jacentes, les faiblesses des approches afin de mieux préparer à la mobilisation générale autour de solutions de rechange aux politiques existantes du gouvernement, suivant des suggestions imposées par la Défense nationale aux citoyens en leur personne et leurs biens dans l’esprit de l’article 70 de la Constitution.
Suivant le Principe de Leadership inclusif et partagé, la CNVSC-Mali prendrait l’Initiative de la mobilisation générale pour rendre les notions politiquement inévitables, sous la prééminence du Mali pour la sortie de la crise sociale globale et sécuritaire, avec la responsabilité du Centre Senè d’études stratégiques sur le co-entrepreneuriat d’unir les chercheurs autour de la recherche de solutions de rechange. L’Initiative, la prééminence et la responsabilité seraient dans l’esprit de l’Article 16 de la Constitution du Mali disposant qu’en cas de calamité nationale constatée, tous les citoyens ont le devoir d’apporter leur concours dans les conditions prévues par la loi.
C’est dans ce contexte interpellation, que s’est tenu, samedi dernier, le séminaire d’Initiation de hauts responsables de la classe politique, de la communauté des affaires et de groupes de la société civile suivant le principe de leadership inclusif et partagé de la CNVSC-Mali.
La CNVSC-Mali se propose, conforment aux lois et règlements en vigueur au Mali, de conduire toutes les activités ou actions basées sur le savoir sans violence.
Le Séminaire d’Initiation qui a duré une journée, portait sur deux thèmes: «La mutualisation de connaissances sur la crise sociale globale et sécuritaire et le Mali dans la persévérance et la droiture afin d’avoir une meilleure connaissance des causes profondes et les relations sous-jacentes pour une appréhension plus accrue des faiblesses de plusieurs de nos approches».
Et «La mobilisation générale dans le cercle de globalisation de co-entrepreneuriat pour une nouvelle ère d’espoirs démocratiques basée sur le principe de Leadership inclusif et partagé suivant le Modèle de tabouret à 3 pieds et de Module de siège de 3-en-1 siège».
Pour ce faire, le Centre Senè offre un programme de renforcement de capacités suivant le principe de leadership inclusif et partagé.
Ainsi, le premier thème était présenté par le Pr Abdoulaye NIANG, directeur exécutif du Centre Senè. Il a aussi développé le thème sur : «la Mobilisation générale autour des solutions de rechange aux politiques existantes».
Dans sa présentation, il a indiqué que la phase de Mobilisation générale, à part du Toguna (Conseil de Sécurité de la Société) ouvrant la voie d’accès à l’emploi des ressources humaines (l’Intelligence et l’Énergie).
De l’avis du conférencier, malgré la calamité nationale constatée dans l’esprit de l’Article 16 de la Constitution du Mali et la crise sociale globale et sécuritaire reconnue suivant le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies relatif à l’Action en cas de Menace contre la Paix, de rupture de paix et d’acte d’agression, l’action gouvernementale n’aurait pas évolué dans notre pays.
À la suite du Pr NIANG, le président du Parti FARE Anka Wili, Modibo SIDIBE, a fait une présentation sur «la Défense militaire et Stratégique des Nations».
Il a été suivi de l’ancien ministre Abou Bakar TRAORE qui a développé la stratégie de «Défense économique et Stratégique des Nations».

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *