Soumeylou Boubèye à la présidence: ce qu’il peut apporter à IBK…

2

En ce début de semaine, à la Présidence de la république, les choses sont allées très vite : l’annonce de la nomination de Soumeylou Boubèye Maïga, alias SBM, comme secrétaire général à la présidence a été distillée dans la ville, comme une trainée de poudre. Proche parmi les proches du Président IBK, la nomination de cet homme, à ce poste stratégique, dans une telle conjoncture, mêlée à de grandes incertitudes, n’a rien de factice.

Le retour aux affaires d’un tel homme de défis est perçu comme un réel challenge du moment. Pour impulser au mécanisme de la conduite de l’Etat une certaine vitalité qui ne pourrait plus être substitué à quoique ce soit encore, à condition de connaître des stigmates autrement plus dommageables…
La nomination de Soumeylou Boubèye Maïga comme secrétaire général de la Présidence de la république, avec rang de ministre, n’est pas un événement fortuit. A la Présidence de la république, depuis fort longtemps, l’ambiance était à une sorte de résignation face à un quotidien, complètement alourdi par les entraves d’organisation ou de coordination. Ce n’est donc pas par hasard, si les échos de presse avaient laissé entendre, ces temps-ci, que le très désormais ancien secrétaire général de la Présidence, Mohamed Alfousseini Touré, était démissionnaire.
Signe annonciateur d’un certain malaise au Secrétariat général de la présidence ? En tout cas, à peine dissipée sur l’atmosphère ambiante à Koulouba que la rumeur de la démission de l’ancien secrétaire général de la Présidence s’est soldée par la nouvelle du jour : la nomination de Soumeylou Boubèye Maiga, ancien ministre de la Défense d’IBK, qui attendait d’être repositionné dans l’entourage présidentiel, depuis son retrait des affaires, suite à un quiproquo politique, non encore éclairci, lié à la visite endeuillée de l’ancien Premier ministre, Moussa Mara, à Kidal.
La dernière fois, il a juste deux ou trois mois, lorsque la presse évoquait bruyamment, dans ses colonnes, le nom de cet homme politique avisé, qui n’est plus à présenter au Mali, et même ailleurs dans le proche voisinage, ou même dans la sous-région, c’était pour annoncer que le Président IBK s’apprêtait à le nommer à la Primature, en remplacement de Modibo Keïta, annoncé alors sur le pied de départ.
Nul ne sait, dans le secret de Koulouba, ce qui s’est passé par la suite. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’en fut rien de cette nomination à la Primature, quoique la rumeur ait été persistante, tenace et déchaînée.
L’intéressé lui-même, bien que causant dans la presse, dès qu’il s’agit de l’actualité politique brûlante du pays, n’a pipé mot de ce vrai faux coup médiatique lui concernant. En fait, tous ceux qui le connaissent, et qui apprécient en lui cette sorte de discrétion qu’il cultive comme un mystère, savaient pertinemment bien que Soumeylou Boubèye Maïga n’était pas homme à façonner une quelconque promotion, lui concernant, à partir des sondes distillées par presses interposées.
Eh bien ! Voilà, ce qui était, au départ, par la folle rumeur, attendu du côté de la Primature, vient d’apparaître, à l’intervalle de quelques mois, à la Présidence de la république, dans la plus proche proximité du Président IBK, où il devra jouer le rôle de manager à la fois politique et administratif pour donner vigueur et dynamisme à une structure, figée par des lourdeurs, préjudiciables à toute administration présidentielle, futée dans le managérial institutionnel et politique. Pour cela, rien ne ternit le tableau: Soumeylou Boubèye Maïga, par sa grande connaissance de l’administration d’Etat, ses ressorts et ses hommes, doublée de son sens de l’anticipation et du tact, dispose de grands atouts professionnels et intellectuels pour diriger une telle structure présidentielle, véritable cheville ouvrière de l’outil d’administration et d’organisation auprès du Président de la république, à partir duquel l’ossature architecturale politico-institutionnelle peut se dessiner. De son poste de secrétaire général de la Présidence de la république, Soumeylou Boubèye Maïga, riche de ses nombreuses années d’expériences, tirées de son implication des dossiers géostratégiques, sensibles et complexes, intéressant la sous-région, et du monde entier, ne se contentera pas, comme l’ont été bon nombre de ses illustres devanciers à ce poste, d’être seulement le plus proche collaborateur du Président IBK. Connaissant parfaitement les implications politiques et stratégiques de nouvelles menaces qui nous guettent, en termes notamment de gouvernance publique ou de résilience démocratique, Soumeylou Boubèye Maïga, ancien patron des Services de renseignements, au temps justement où IBK était encore Premier ministre d’AOK, pourrait être d’un apport indispensable dans l’accélération des initiatives, nouvelles et courageuses, pour booster la vie institutionnelle et politique du pays.
Mettre l’administration, menacée d’inaction, au pas et assainir les mœurs publiques, dont les travers décriés à tour de bras, constituent un frein au progrès, peuvent être, pour cet homme avisé, doublé de stratège politique, des terrains de prédilection, sur lesquels, sans forcément irriter des susceptibilités politiques internes, il peut réaliser des progrès significatifs. Ce qui pourrait incarner l’espoir du véritable changement dont les populations maliennes sont en droit d’attendre de la magistrature du Président IBK. Un homme dont on s’accorde à dire de lui qu’il n’est pas dans la démesure, dès qu’il s’agit de restaurer l’honneur et la dignité de son peuple. C’est d’ailleurs sur ce registre, si cher au Président IBK, que le malentendu persiste au sein de l’opinion publique dont une frange non négligente continue de dénoncer une gouvernance publique de plus en plus poreuse.
Si bon nombre de nos concitoyens voient déjà d’un bon œil la nomination de cet homme politique habile et respectueux, à un tel poste stratégique, dans l’entourage immédiat du Président IBK, c’est justement pour ce qu’il a apporté de significatif à la machine d’Etat. Tout comme à l’image de la nouvelle gouverneure du District de Bamako qui fait déjà bien parler d’elle, en faisant bouger les choses, il est évident que la nomination de SBM, à ce poste sentinelle dans l’entourage du Président IBK, pourrait évidemment propulser une machine étatique qui a vraiment besoin de gagner en intensité et en stratégie, surtout au moment où le déficit de leadership est un vrai obstacle pour le pays pour se remettre en selle.

par Sékouba Samaké

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *