Search
mardi 21 août 2018
  • :
  • :

Soutien à l’armée: l’appel à l’union sacrée

Après l’organisation d’un meeting de soutien à l’armée, les responsables de la « Plateforme debout sur les remparts » autrement dit en bamanankan « Wuli Ka Jo Tuma Sera » a procédé, hier mercredi, au lancement officiel de leurs activités. C’était dans le cadre d’une conférence de presse aux allures de meeting à la Maison de la presse à Medina-Coura, en présence de plusieurs leaders de jeunesse de la classe politique, de la société civile, des leaders religieux, des artistes, etc.

Cette conférence de presse était animée par les porte-paroles de cette nouvelle organisation, dont entre autres : Ibrahim KEBE, Djimé Kanté ; le représentant des partis politiques, le Dr Allaye BOCOUM ; Mamoutou TRAORE, le représentant du guide Chouala Bayaya HAÏDARA ; de la représente des femmes, Awa Salika TRAORE, de l’association les « Amazones ».
On notait également la présence du célèbre chroniqueur de radio, Abdoul NIANG, du rappeur Master SOUMY, du Dr Étienne Fakaba SISSOKO, des représentants des jeunes de plusieurs partis de l’opposition, comme l’URD, le PARENA et la SADI, du représentant du mouvement Wélé Wélé, Mohamed Salia TOURE, ancien président démissionnaire du CNJ, etc.
Seuls grands absents de ce regroupent de soutien à l’armée, les jeunes des partis politiques de la majorité que les initiateurs se sont engagés à démarcher.
L’objectif principal de cette plateforme, au-delà de toute idée partisane, est de réaffirmer de son soutien total et sans réserve, aux forces armées et de sécurité, qui déploient des efforts titanesques pour la défense de notre souveraineté et de la lutte contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière et la sécurisation du peuple et de leurs biens.
Composée essentiellement de membres issus de la défunté « Plateforme An Tè A Bana », cette organisation qui se dit ouverte à tous se fixe pour objectif de rassembler toute la nation autour de notre vaillante armée présentement sous les feux des djihadistes.
Dans une déclaration lue par Ibrahim KEBE, les responsables de cette plateforme, ont rappelé que de la tragédie d’Aguel’hoc à celle de Gao en passant par Nampala, Bambara-Maoudé, Macina, Kidal ou Ténenkou, Boni, Soumpi, les forces armées et de sécurité traversent l’un des moments les plus meurtriers de son existence.
De même, ont-ils dit, les FAMA sont la cible récurrente des ennemies de la paix, pourtant, ils incarnent le Mali, son indépendance et sa souveraineté. Bien qu’affaiblis et subissant des pertes, ils essayent de tenir et d’accomplir leur mission, c’est-à-dire assurer à notre pays un futur.
« Ces hommes et femmes que sont nos forces armées et de sécurités, qui risquent leur vie au service de leur pays, doivent être adulés. Notre devoir sacré, en tant que peuple, c’est de les célébrer à chaque occasion », a-t-il insisté.
Selon Ibrahim KEBE, aujourd’hui plus que jamais, il y a besoin de rehausser le moral de nos troupes pour leur insuffler une dynamique de fierté et de bravoure.
C’est pourquoi, a-t-il expliqué, les leaders d’associations de la société civile, leaders religieux, syndicats ; militants de partis politiques, leaders d’opinion se sentent interpellés par le nombre de pertes en vies humaines qui s’élève à ce jour à plus 2100 morts.
Pour ce faire, ce regroupement de jeunes leaders a décidé de créer une structure permanente de veille citoyenne dénommée « Plateforme debout sur les remparts -Wuli Ka Jo Tuma Sera ».
Selon lui, les familles de ceux qui sont tombés sur-le-champ de l’honneur pour la sauvegarde de l’intégrité de notre pays vivent dans des conditions exécrables.
« Il est temps que tout cela change, il faut rectifier le tir », s’est-il insurgé.
Djimé KANTE, l’un des intervenants, a fait part de l’intention de la commission de coordination d’implanter des cellules dans les six communes ainsi que chaque capitale régionale.
Parmi les actions envisagées, l’identification des veuves, orphelins et les blessés de guerre pour leur donner une place dans les cérémonies. Au niveau national, initier des initiatives de solidarité en faveur des veuves, orphelins et des blessés surtout à l’occasion de chaque fête de l’armée.
Pour sa part, Abdoul NIANG a invité les uns et les autres à aller au-delà des rancœurs pour rendre possible l’union.

Par Abdoulaye OUATTARA et Safiatou DOUMBIA (Stagiaire).




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *