Search
samedi 24 juin 2017
  • :
  • :

Sports équestres: la fin de la transition

La Fédération malienne de sports équestres a désormais un nouveau bureau de 21 membres qui a été mis place, le dimanche dernier, à l’ex Service national de jeune (SNJ), à l’issue d’une assemblée générale ordinaire convoquée par le Comité de normalisation pour le champ hippique. L’équipe est dirigée par Mohamed HAIDARA pour un mandat de 4 ans. 

L’assise était supervisée par le président du Comité de normalisation, Adama KONE, qui avait à ses côtés à l’ouverture des travaux des représentants du Comité olympique du Mali, de la direction nationale des sports ainsi que celui du Chérif de Nioro du Sahel en la personne de son fils, Moulaye Idriss HAIDARA.

Pour la circonstance, des délégués sont venus de l’intérieur du pays : Ségou, Dily, Nara, Koro, Ballé, Nioro du Sahel, Trounkounbé et de Kayes pour participer à la rencontre. Seule la ligue de Bamako n’était pas présente, pourtant conviée selon des organisateurs de cette assemblée générale ordinaire élective. Donc, c’est 9 ligues sur 10 qui y ont pris part et avaient le choix entre Mohamed HAIDARA et Pascal TRAORE.

Les activités prévues à la rencontre se sont déroulées en 3 actes.

L’ouverture des travaux de la journée pour le 1er acte a été consacrée à l’intervention du représentant du Chérif de Nioro du Sahel, en la personne de son fils, Moulaye Idriss HAIDARA. Ce dernier était porteur de message de son père à l’endroit des responsables et propriétaires de chevaux.

Il a indiqué que son père l’avait chargé d’exprimer son indignation à la situation conflictuelle que le champ hippique de Bamako a connue, ces dernières années ayant impacté négativement sur la course de chevaux. Il a rappelé que l’hippisme dans le pays était une histoire de longue date et jamais il n’a connu un problème avec autant d’ampleurs.

« La course de chevaux est un héritage. Et, nous l’avons hérité en bon état. Il est donc une obligation pour nous de le laisser en bon état pour assurer la postérité de la discipline. Donc, je profite de cette occasion pour appeler tous les acteurs à la paix et à l’union autour de leur passion commune. À défaut de cela, je vais décider de prendre ma distance vis-à-vis des autres afin d’organiser moi-même mes courses», a rapporté Moulaye Idriss des propos de son père.

Après le cérémonial d’ouverture, le 2e acte de la journée a concerné le processus d’élection du nouveau bureau fédéral pour les sports équestres en remplacement de la fédération malienne d’hippisme. Le processus était contrôlé par la direction nationale des sports, le comité national olympique ainsi que le comité de normalisation.

Ainsi, ce sont les délégués des 9 ligues de l’intérieur ayant répondu à la convocation qui ont voté. Au décompte final, c’est le candidat Mohamed HAIDARA qui a été élu avec 8 voix contre 1 voix pour son adversaire.

Il est ainsi élu à la tête de cette nouvelle fédération pour un mandat de 4 ans qui va commencer à partir du 1 janvier 2015.

Enfin, pour le dernier acte, des acteurs et responsables des sports se sont réjouis de la tenue de cette assemblée générale ordinaire élective.

Selon le président du comité de normalisation, c’est un succès de pouvoir tenir cette assemblée générale ordinaire élective, de doter la discipline des textes et d’organiser des compétitions de course de chevaux conformément à leurs missions. Ces résultats, il les doit à la disponibilité et au professionnalisme de son équipe et de l’accompagnement du département des sports, a-t-il soutenu.

Le tout nouveau président, pour sa part, a salué et remercié la confiance placée en sa personne à la tête de la direction de la fédération des équestres. Il dit avoir mesuré l’ampleur de la situation et a promu d’être à la hauteur de l’attente de la mission.

« Je ferai tout pour ne pas décevoir votre confiance. Pour ce premier mandat, je ferai en sorte que soit instauré un climat de confiance entre les acteurs pour le développement et l’épanouissement des sports équestres », a promis le président Mohamed HAIDARA.

Cette assemblée générale ordinaire élective vient ainsi mettre fin à un long conflit de paternité du bureau fédéral d’hippisme entre des propriétaires de chevaux.

Par Sikou BAH

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *