Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Stratégie de communication: les femmes parlementaires peaufinent un plan

Dans le cadre du Programme de renforcement des capacités de l’Assemblée nationale du Mali, le Réseau des femmes parlementaires (REFEP), avec l’appui technique et financier du NDI (National democratic institute), a organisé, le vendredi dernier, dans un hôtel de la place, un atelier sur la stratégie de communication.

Placée sous l’égide de la 6è Secrétaire parlementaire de l’Assemblée nationale, Mariam DRAME, représentant le président de l’institution, la cérémonie d’ouverture de l’atelier s’est déroulée en présence de la vice-présidente du REFEP, Mme DIALLO Aissata TOURE ; le directeur des programmes du NDI-Mali, Folly Théophile AMOUZOU ; et, Jacques ADIZA, consultant- formateur de l’atelier. On y notait aussi la présence d’une vingtaine de participants (14 femmes parlementaires et des secrétaires parlementaires féminines, membres du Réseau).

Selon la vice-présidente du REFEP, depuis sa création et avec l’appui de l’ambassade Royale du Danemark et du PNUD, le Réseau a mené plusieurs activités aux niveaux local et national. Cet appui, a-t-elle précisé, a permis au Réseau d’avoir une grande visibilité, malgré le faible  nombre des femmes parlementaires.

Pour l’honorable Mme DIALLO, la mise en place d’un bureau fonctionnel, dès la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale du Mali, a permis l’organisation de deux ateliers dont l’un sur les techniques et outils de plaidoyer/lobbying, et l’autre sur la prise en compte du genre dans les politiques publiques et la réalisation d’un bon nombre d’activités.

Aussi, a-t-elle rappelé, récemment, l’appui continu du NDI-Mali a permis au REFEP d’organiser une retraite de planification stratégique à Ségou.

Actuellement, a soutenu Mme DIALLO, le REFEP est dans le processus de finalisation de son Plan stratégique pour la durée du mandat législatif (2014-2018) dont l’élaboration a commencé avec la retraite de planification stratégique de Ségou, tenue les 16 et 17 octobre dernier.

L’élaboration d’un plan de communication, rappelle Mme DIALLO, figure parmi les activités prioritaires à mettre en œuvre pour redynamiser le Réseau et le rendre plus visible aussi bien au sein de l’Assemblée nationale qu’à l’extérieur par l’opinion publique.

En conclusion, reconnaît la vice-présidente du REFEP, toute structure pour être bien manager a besoin d’un plan de communication qui lui permet d’avoir une dynamique et stabilité interne, mais également une visibilité aux niveaux national et international et de donner une lisibilité à ses actions. Pour ce faire, le REFEP se propose d’accompagner les autres forces féminines du pays et pour cela il se doit de communiquer efficacement.

Le directeur des Programmes de NDI-Mali, Folly Théophile AMOUZOU, représentant le directeur résident du NDI au Mali, est revenu sur les différents ateliers organisés par son Institut en faveur des femmes parlementaires depuis la transition de 2012 jusqu’à nos jours.

Pour M. AMOUZOU, le REFEP a été créé pour permettre aux députés femmes de mieux jouer leur rôle de député et de faire mieux entendre les voix des femmes à toutes les étapes du processus parlementaire.

Pour la présidente de séance, l’honorable DRAME, cet atelier va les amener à réfléchir sur la question de communication du REFEP. Il s’agit principalement, a-t-elle poursuivi, d’aider leur Réseau à élaborer son plan de communication au cours de la présente législature. Toutes choses qui leur permettront de dispenser une formation aux participants sur les méthodologies d’élaboration de stratégie de communication.

L’action du REFEP, est persuadée l’honorable DRAME, ne eut être comprise et acceptée si elle n’est pas accompagnée d’une stratégie de communication murement, réfléchie.

« Si nous arrivons à trouver les stratégies, les mots, les images pour montrer comment le genre peut influer positivement nos existences et la vie de notre nation, je suis persuadée que nous ferons tomber beaucoup de barrières, que nous ferons baisser de nombreuses résistances », a martelé la présidente de séance.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *