Search
dimanche 9 mai 2021
  • :
  • :

Suivi-évaluation du PAG: mesurer l’efficacité des actions

Le Premier ministre, Moctar OUANE, a présidé, hier mercredi 7 avril, l’atelier de suivi-évaluation du Plan d’action du gouvernement (PAG). C’était à l’hôtel Radisson Collection, en présence de plusieurs membres du gouvernement ; du Représentant résident adjoint du PNUD ; des secrétaires généraux des départements ministériels ; des conseillers techniques ; des partenaires techniques et financiers…

Cet atelier vise à évaluer les actions semestrielles réalisées par les départements ministériels ; partager les contraintes inhérentes à la mise en œuvre du Plan d’action et trouver des solutions adéquates et enfin définir les prochaines étapes.
En effet, c’est une série d’ateliers que le gouvernement organise avec l’appui du Programme des nations unies pour le développement à travers le projet ‘’Transition Metrics’’ qui vise à doter notre pays d’un système digital et participatif de suivi-évaluation axé sur les résultats du PAG en lien avec les objectifs du CREDD 2019-2023 et les agendas internationaux auxquels le Mali a souscrit, en l’occurrence les agendas 2063 de l’Union africaine et 2030 des Nations unies.
Le représentant résident du PNUD dans notre pays, Alfredo TEIXEIRA, a affirmé que le suivi-évaluation visait à renforcer la culture des résultats au sein de l’administration publique afin que l’imputabilité et la redevabilité puissent désormais être les lignes directrices en matière de mise en œuvre des politiques publiques.
Il a soutenu que les mutations institutionnelles récentes enregistrées au Mali et les défis existentiels auxquels le pays est confronté ont confirmé le désir qu’ont les populations d’une meilleure gouvernance et la nécessité d’accroitre l’efficacité et l’efficience des interventions publiques.
« Les citoyens, particulièrement les jeunes, mieux avertis, sont beaucoup plus critiques à l’endroit des gouvernants et scrutent l’ensemble des interventions de l’État à l’aune de leur espérance. À ce égard, l’État doit, plus que jamais, trouver les moyens de réinstaurer son autorité sur l’ensemble du territoire et faire preuve de sa capacité à assurer le bien-être et le mieux-être des populations, évitant ainsi de fournir un terreau fertile à la montée des différentes formes d’extrémisme », a suggéré le représentant du PNUD.
Pour cette refondation, il a mis l’accent sur la mobilisation accrue de ressources additionnelles qui passera également par des approches disruptives de pilotage des politiques publiques.
Aux dires du responsable Onusien, si les politiques sont généralement bien identifiées et pertinentes, la faiblesse des dispositifs de suivi-évaluation ne permet généralement pas d’assurer leur mise en œuvre efficace, efficiente et durable.
Selon lui, le programme des Nations unies pour le développement est convaincu que le succès de la transition dépend en partie de ces séries d’ateliers de suivi-évaluation.
« Cet exercice permettra aux parties prenantes d’examiner la mise en œuvre des activités pertinentes planifiées par le gouvernement au cours du 1er semestre de la transition. Ainsi, les progrès seront documentés, les retards analysés, les difficultés identifiées et des recommandations formulées pour maintenir les efforts dans l’accomplissement des engagements pris par le gouvernement », a affirmé Alfredo TEIXEIRA.
A son tour, le chef du gouvernement, Moctar OUANE, a souligné que cet atelier visait à tirer un bilan partiel des réalisations. Selon lui, la redevabilité est un principe sacrosaint du gouvernement. Ainsi, cet atelier sera mis à profit pour évaluer l’impact des actions menées et procéder à un réajustement nécessaire.
Le Chef du gouvernement a rappelé que l’objectif du Plan d’action du gouvernement était de refonder les politiques publiques avec des mesures fortes conséquentes et transparentes qui répondent aux attentes légitimes des populations.
Afin d’atteindre les objectifs de la feuille de route de la transition, le chef du gouvernement a insisté sur la nécessité de veiller à la mise en œuvre cohérente des différentes actions et renforcer les mécanismes de suivi-évaluation.
Aux dires du Premier ministre, l’évaluation concernera les six axes du Programme d’action du gouvernement à savoir : le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; la promotion de la bonne gouvernance ; la refonte du système éducatif ; les réformes politiques et institutionnelles ; l’adoption d’un pacte de stabilité sociale ; l’organisation des élections générales.
Cette première évaluation s’étend sur la période d’octobre 2020 à mars 2021. Les travaux de l’atelier qui prendront fin le vendredi prochain seront marqués par la projection et la validation des réalisations de tous les départements ministériels.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *