Suspension de la livraison du pain à motos: les vraies raisons d’une décision

5

Depuis hier jeudi 1er septembre, et cela jusqu’à demain samedi, les consommateurs de pain sont obligés de se rendre dans les boulangeries pour s’approvisionner en cette denrée très prisée dans nos grandes villes. Ce changement d’adresse d’approvisionnement pour les consommateurs de pain fait suite à une décision des syndicats des boulangers et pâtissiers visant ‘’la restauration de la qualité du pain dans les lieux de vente’’.

Pour avoir d’amples informations sur cette décision qui a suscité beaucoup de commentaires, nous avons rencontré hier certains acteurs.
Dans les boulangeries où nous nous sommes rendus, nous avons trouvé une circulaire qui donne des détails sur la décision de suspension de l’approvisionnement en pain des consommateurs sur les motos.
« Compte tenu de la détérioration de la qualité du pain à Bamako et à Kati, les syndicats des boulangers et pâtissiers du Mali ont décidé de s’impliquer pour l’amélioration de la qualité de cette denrée fortement consommée au Mali », indique le document. Ainsi, selon les syndicats, pour mettre de l’ordre dans le domaine de la fourniture du pain, il a été décrété une suspension de l’approvisionnement par les motos de trois jours à compter du 31 août à 00 heure au 03 septembre 2016 ».
« Pour réussir cette opération, les syndicats ont jugé nécessaire de suspendre la livraison à moto pendant 72 heures. Les populations devront se rendre dans les guichets des boulangeries pour se ravitailler. Les prix n’ont pas changé d’un centime, la baguette de 300 grammes reste à 300 FCFA au consommateur et la baguette de 150 grammes reste 150 FCFA. Pour les ventes en gros, ces baguettes sont respectivement livrées à 250 FCFA et 125 FCFA », précise la note circulaire déposée dans les boulangeries.
Les syndicalistes ont profité pour informer la population de Bamako et de Kati que cette opération n’a d’autre objectif que l’amélioration de la qualité du pain livré. Ils n’ont pas manqué de solliciter le soutien des Associations des consommateurs pour la réussite de l’opération.
« Nous demandons aux boulangeries, l’application stricte des décisions finales de l’assemblée générale du 27 août 2016 », insiste la note.
Selon certains de nos interlocuteurs, ces dernières années, les boulangeries ont poussé comme des champignons, à travers la ville de Bamako et de Kati. Comme conséquence de cette floraison, informent-ils, certaines boulangeries qui ne respectent pas les normes, se permettent de vendre la miche de pain comme bon leur semble.
« Des petites boulangeries créées par-ci par-là livrent la miche de pain à 200 ou 150 FCFA. Alors qu’il a été convenu que le pain soit livré aux boutiquiers à 250 FCFA et qui à leur tour le livrent aux clients à 300 FCFA. Il y a trop de désordre dans le secteur actuellement, c’est la raison pour laquelle le syndicat, à l’issue d’une réunion, a décidé de suspendre la livraison du pain à travers les livreurs à moto, pour trois jours. Cela permettra aux clients de se rendre compte du problème qui existe », nous a confié le gérant d’une boulangerie à Bamako-Coura.
Dans toutes les boulangeries où nous avons passé, la miche de pain était livrée aux clients à 300 FCFA. Et nos interlocuteurs sont formels à dire que désormais les clients achèteront la miche de pain dans les boutiques à 300 FCFA au lieu de 250 F. À en croire les responsables des boulangeries, le prix officiel arrêté pour livrer le pain aux clients est de 300 FCFA.
« Il a été convenu que les livreurs donnent le pain aux boutiquiers à 250 FCFA. Ceux-ci à leur tour doivent vendre la miche à 300 FCFA aux clients. Cette décision n’a pas changé et certaines boulangeries se permettent de livrer le pain à des prix qui sont en deçà de ce qui a été convenu. D’où, cette décision du syndicat pour mettre fin au désordre », a expliqué le responsable d’une boulangerie à Djicoroni-Para.
Cependant à certains niveaux, les boutiquiers ont jugé inopportune la décision d’augmenter le prix de la miche du pain de 250 à 300 FCFA au moment où le prix du sac de la farine n’a pas connu d’augmentation.
« Je ne vois pas la raison de l’augmentation du prix du pain, car le sac de 50 kg de farine qui était, en un moment donné, vendu à plus de 20 000 FCFA est aujourd’hui entre 16 500 et 17 000 FCFA. Il faut que les autorités jouent leurs rôles pour qu’on n’augmente pas le prix des denrées comme on veut », a averti Moussa TRAORE, boutiquier à Djicoroni Para.
Tous les boutiquiers que nous avons interrogés ont soutenu qu’au moment où le prix de la farine n’a pas grimpé qu’il n’y a pas lieu d’augmenter le prix du pain.
Pendant toute la matinée d’hier, les clients avaient pris d’assaut les guichets des boulangeries pour s’approvisionner en pain dont la baguette était vendue à 300 FCFA. Les clients que nous avons rencontrés se considéraient comme les premières victimes de cette décision unilatérale des syndicats des boulangeries. À côté, certains boutiquiers qui arrivaient à s’approvisionner chez les boulangers livraient leurs produits à 350 francs CFA l’unité. Les clients sont obligés de s’y approvisionner parce que les boulangeries sont reculées des domiciles.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *