Search
jeudi 20 juin 2019
  • :
  • :

Syndicats des Collectivités territoriales: la grève est toujours maintenue

Pour réclamer leurs arriérés de salaire de 2017 et 2018 ainsi que la pérennisation des salaires des travailleurs des collectivités territoriales (secrétaires généraux, secrétaires particuliers, des régisseurs…), le syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales a entamé le 09 au 27 avril 2019. Sur le pied de suspendre leur mot d’ordre de grève, la lettre du ministre de l’Economie et des finances avec pour objet : « paiement des salaires du personnel enseignant et socio-sanitaire des collectivités territoriales », a changé la donne. Explications !

Dans une lettre adressée à ses homologues de l’Administration territoriale et de la décentralisation et de le Santé, le Dr Boubou Cissé, patron de l’hôtel des finances, en date du 10 avril 2019, à ses homologues de l’administration territoriale et de la décentralisation et celui de la santé et de l’hygiène publique, demande : « le paiement des salaires du personnel enseignant et socio-sanitaire des collectivités territoriales ». Cette information a été donnée, ce lundi 15 avril 2019, à l’issue d’un point de presse que le SYNTRACT et SNACT ont animé au siège de la Centrale démocratique des travailleurs du Mali (CDTM) à l’hippodrome. Les conférenciers étaient M. Abdina Karembe, secrétaire à l’information du SYNTRACT ; M. Souleymane Traoré, secrétaire général du SNACT ; Oumar Diarra ; secrétaire aux revendications du SYNTRACT, etc.

Dans la lettre dont nous avons eu une copie, il est mentionné : « il me revient que suite aux grèves du syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales, le traitement des salaires du personnel enseignant et socio-sanitaire des collectivités territoriales connait des retards. Or, le salaire est un droit et un moyen de subsistance dont le paiement doit se faire dans les délais requis. À cet égard, je suggère qu’à chaque mouvement de grève du syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales, les structures techniques de vos départements en rapport avec les directions régionales du budget procèdent au paiement des salaires du personnel des collectivités territoriales payés sur les subventions de l’État jusqu’à la fin de la période de la grève ».

Selon les conférenciers du SYNTRACT et du SNACT, cette lettre du ministre de l’Économie et des finances empiète sur le décret ministériel qui avait transféré des compétences aux collectivités territoriales. Car selon les conférenciers, il (décret ministériel) avait fait la répartition des compétences aux collectivités.

Selon les responsables des deux syndicats, les animateurs ont affirmé que ce sont les maires qui doivent procéder au paiement des salaires des agents des services transférés à leur niveau, à travers les services techniques que sont les fonctionnaires des collectivités territoriales.

Aucunement, les structures de l’État ne peuvent se substituer aux collectivités territoriales pour faire le paiement d’autant plus qu’il y a eu un transfert des compétences, a martelé le secrétaire général du SYNTRACT. Selon lui, ce sont les préfets et gouverneurs qui menacent farouchement les agents des collectivités d’envoyer les états de paiement des salaires des enseignants pour qu’ils procèdent au paiement des enseignants et du personnel socio-sanitaire.

Malgré que le traitement sur les salaires (ITS) revenait aux collectivités territoriales, l’État prétend remplacer les agents des collectivités dans cette mission, s’est étonné le secrétaire chargé à l’information du SYNTRACT.

Au regard de cette volonté du gouvernement à se substituer des collectivités en matière de payement de salaires à certaines catégories d’agent, le SYNTRACT et le SNAC se fâchent et se radicalisent. Ils ont même renoncé immédiatement à la suspension de leur mot d’ordre de grève.

Le SYNTRACT et le SNACT demandent au gouvernement, l’application des points d’accord contenus dans le procès-verbal de conciliation entre le gouvernement et le SYNTRACT en date du 24 mai 2018 ; l’adoption d’un arrêté interministériel fixant les bases et les maximas des taux des primes indemnités allouées aux fonctionnaires des collectivités conformément à l’article 72 de la loi n° 2018-035 du 27 juin 2018 portant statut des fonctionnaires des collectivités territoriales et enfin, la relecture de la loi n0 87-47 du 10 aout 1987 relative à l’exercice du droit de grève dans les services publics et son décret d’application pour mieux clarifier la liste du personnel appelé à assurer le service minimum dans les collectivités territoriales en cas de grève.

SABA BALLO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *