Search
mardi 7 avril 2020
  • :
  • :

SYNTRACT: grève de 5 jours

Depuis plusieurs mois, les travailleurs des collectivités territoriales (les secrétaires généraux des mairies, des secrétaires particuliers, des régisseurs…) à travers leur syndicat (SYNTRACT) réclament à l’État, leurs salaires de 2019, ainsi que la satisfaction de six autres points de revendication inscrits dans leur cahier de doléances. À cet effet, les mairies sont paralysées pour faute d’effectif, à compter de ce lundi jusqu’au 29 février 2020.

Face à plusieurs mois de retard de salaires, le syndicat des travailleurs des collectivités territoriales (SYNTRACT) a opté pour l’arrêt de travail pour amener le gouvernement à considérer la souffrance des travailleurs des collectivités. Le préavis de cette grève, qui entre en vigueur à partir d’aujourd’hui lundi, a été déposé le 06 février 2020, auprès du ministre du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique.

Selon nos sources, les négociations entre les responsables syndicaux du SYNTRACT et le gouvernement ont été soldées par un échec, les 20 et 21 février dernier au département de tutelle. Engagéesous les auspices d’une commission de conciliation, ces négociations n’ont pas permis aux deux protagonistes (syndicat et gouvernement) de parvenir à un terrain d’entente.

Au cours des discussions selon des sources internes du syndicat, il a été enregistré un désaccord total avec le gouvernement autour de l’inscription des salaires des travailleurs des collectivités territoriales dans la loi de finances proposée le syndicat des travailleurs, nous a confié un membre de la commission précisant que le gouvernement opte toujours pour la subvention des salaires des travailleurs des collectivités territoriales et qui seront toujours versés au niveau de l’Agence nationale des Investissements des collectivités territoriales (ANICT).

Toute chose qui a été le point de divergence poursuit nos sources, entre le SYNTRACT et le Gouvernement, lors des deux jours de négociations (jeudi et vendredi derniers).

C’est pourquoi les travailleurs des collectivités territoriales ont décidé de maintenir leur mot d’ordre de grève de cinq jours, à partir de ce 24 jusqu’au 29 février 2020.

Au total, le syndicat réclame à l’Etat, sept points de revendications, dont le payement intégral de leurs arriérés de salaire, à compter du mois de janvier 2019.

Parmi les sept points que le syndicat réclame au gouvernement figure l’inscription de crédit dans la loi des finances 2020, représentant les salaires et accessoires des fonctionnaires des collectivités territoriales du cadre de l’Administration générale conformément à la conclusion du rapport de la commission technique chargée d’examiner les mécanismes de pérennisation des salaires des fonctionnaires des collectivités territoriales, du cadre de l’Administration générale en date du 29 octobre 2019. Ensuite, le syndicat demande à l’État, le payement intégral des arriérés de salaires, à compter du mois de janvier 2019. Les syndicalistes appellent également à la mise en œuvre rapide des autres points d’accord contenus dans le procès-verbal de conciliation du 26 juin 2019 entre le Gouvernement et le SYNTRACT. Le SYNTRACT demande le renouvellement et le fonctionnement normal du conseil supérieur de la fonction publique des collectivités territoriales ; le nouvellement et le fonctionnement des commissions administratives paritaires en les dotant de budget conséquent pour leur fonctionnement. Aussi, demandent-ils l’achèvement du processus d’intégration des contractuels omis de 2006 et 2010 ainsi que l’organisation de concours directs de recrutement dans la fonction publique des collectivités territoriales dans le cadre de l’Administration générale en 2020 et de façon périodique en fonction des besoins comme pour les autres cadres transférés. Enfin, le SYNTRACT réclame l’attribution de nouveau numéro matricule à tous les fonctionnaires des collectivités territoriales (comme c’est le cas au niveau de la fonction publique de l’Etat).

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *