Search
vendredi 3 juillet 2020
  • :
  • :

Sans Tabou: Air Corona, la double faute du gouvernement

Malgré la suspension jusqu’à nouvel ordre de tous les vols commerciaux en provenance des pays touchés, les autorités maliennes se sont arrangées à autoriser un avion Air France à atterrir à Bamako. Il n’en a pas fallu plus pour semer la panique à Bamako, depuis le vendredi dernier, après l’atterrissage de cet avion d’Air France qui avait à son bord 300 passagers. Cette panique se justifie par le fait que toutes les mesures sanitaires n’auraient pas été respectées avant de libérer les passagers. Ainsi, en voulant arranger certains compatriotes qui étaient confinés dans un pays contaminé, nos autorités exposent toute la nation à un risque de contamination. A quoi ça sert donc d’adopter des mesures et de les violer après ?

Pour prévenir la contamination au coronavirus, les autorités nationales ont adopté une série de mesures dont la suspension jusqu’à nouvel ordre, des vols commerciaux en provenance des pays touchés, à l’exception des vols cargos. Le Président de la République a personnellement exhorté l’ensemble des Maliens à la responsabilité et au strict respect des mesures de Santé Publique.

Mais hélas, moins d’une semaine après l’entrée en vigueur de ces mesures, elles viennent d’être violées par les autorités elles-mêmes. Ce vendredi 20 mars, l’atterrissage à l’aéroport international Président Modibo KEITA de Sénou d’un avion en provenance de la France a suscité beaucoup de réactions. A bord dudit avion se trouvaient 300 passagers, dont deux cas suspects qui ont été par la suite testés négatifs.

La panique fut grande le vendredi matin quand les réseaux sociaux ont distillé des informations sur l’arrivée à Bamako d’un vol de Air France. La France étant un pays touché par le coronavirus, les réactions ne se sont pas fait attendre. Les critiques ont fusé de partout.

Certains ont dénoncé la décision du gouvernement d’autoriser l’atterrissage de cet avion malgré l’entrée en vigueur des mesures de prévention.

Face à la fureur des populations, le gouvernement a diffusé un communiqué pour s’expliquer. Dans ledit communiqué, il explique que la mesure sur la suspension jusqu’à nouvel ordre de tous les vols commerciaux en provenance des pays touchés à l’exception des vols cargos a frappé des centaines de nos compatriotes qui se trouvaient déjà dans des zones internationales de transit dans différents pays à travers le monde, bloqués, sans possibilité de regagner le Mali. Au regard de cette situation et sur proposition du Gouvernement, précise le communiqué, le Président de la République a instruit qu’exceptionnellement, pour des raisons humanitaires, il soit procédé à la levée temporaire de ladite suspension jusqu’à ce vendredi 20 mars 2020 à 23h 59 mn.

Si le gouvernement a le droit de prendre une mesure exceptionnelle pour voler au secours de certains de nos compatriotes qui sont en difficulté à l’extérieur, force est de reconnaître qu’il devrait respecter toutes les mesures sanitaires. Le test négatif des deux suspects ne confirme pas qu’aucun autre passager n’a le virus.

Juste après des tests effectués à l’aéroport, les passagers sont rentrés chez eux. Cette décision ne rassure point les Maliens au moment où ils n’ont pas observé les 14 jours d’isolement pour s’assurer que certains ne portent pas le virus.

Une légèreté des autorités qui risquerait de coûter gros à notre pays au cas où des cas seraient déclarés par la suite. Que Dieu nous en préserve ! Le confinement de ces compatriotes venus de la France devrait être systématique pour prévenir toute propagation de cette maladie au Mali.

En plus de la responsabilité dont le gouvernement portera le chapeau en cas propagation du coronavirus au Mali, les passagers seront naturellement victimes de stigmatisation dans leurs familles et dans leur entourage.

Pourtant tout ceci aurait pu être évité en respectant les mesures adoptées.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *