Search
mardi 9 août 2022
  • :
  • :

Sans Tabou: cadre de concertation, le baga-baga de l’Imam

Dans un Mali à la croisée des chemins, pardon qui cherche sa voix, entre nationalisme passionné, patriotisme frelaté et populisme intéressé, on rechercherait en vain une aiguille dans une boîte de foin… Dans la foret des ambitions concurrentielles, la mesure de l’unité et de la cohésion nationale au lieu d’être l’armée (les FAMa) creuset de la nation, c’est le colonel Assimi Goïta, comme fut Le Lieutenant-Colonel puis le Général ATT. Dans la même veine confusionniste, les partisans de l’imam Mahmoud Dicko peinent à accepter leur non-invitation au cadre de concertation sur le projet de chronogramme de la Transition. Dans un communiqué laconique, ils tentent de hausser le ton, à travers des menaces non voilées.

Pour avoir été omis de la liste des invités au cadre de concertation nationale entre le gouvernement et les forces vives de la nation, ce mardi 28 juin 2022, la Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO (CMAS) tonne et rouspète.
C’est inacceptable et impardonnable que l’icône du changement majeur de ces 20 août 2020 soit oubliée, exclue comme l’autre troubadour. C’est pourquoi, la CMAS promet de se faire entendre par qui de droit et qui entendra. Qu’est-ce qui s’est passé ?
Conformément aux orientations du Président de la Transition le colonel Assimi Goïta pour la relance du dialogue entre Maliens, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le ministre de la Refondation chargé des relations avec les institutions, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des réformes politiques et institutionnelles ont rencontré le mardi 28 juin 2022 les forces vives de la nation autour du projet de chronogramme des élections et des réformes politiques et institutionnelles majeures.
La Coordination dos Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO (CMAS) furieuse d’avoir été oublié commodément rappelle que cette transition émane de la volonté de changement de notre peuple porté par le Mouvement du 5 juin -Rassemblement des Forces patriotique (M5-RFP), dont elle est initiatrice, concepteur, membre fondateur et actrice majeure à part entière. C’est pourquoi elle déplore cette exclusion cavalière et grossière des organisateurs de cette réunion vis- à-vis de la CMAS de l’imam Mahmoud Dicko.
Au demeurant, la CMAS rappelle à ces apprentis diviseurs que « l’inclusivité est le socle de la réussite de cette transition et donc aucun Malien ne doit être exclu du processus en cours ».
C’est pourquoi, pour que nul n’en ignore le baga-baga, peuple du boulevard pris à témoin, elle dit que les autorités concernées sont les seules responsables des conséquences qui peuvent découler de ces pareilles pratiques qui ne rassemblent point les Maliens ». Que vont faire l’Imam et ses affidés ?
La terre va-t-elle encore trembler comme ça été le cas sous IBK qui a montré toute sa faiblesse face à la situation. La CMAS promet qu’elle usera « de toutes les voies et moyens pour (se) faire entendre, car, le Mali nous appartient à tous !!!!».
Sauve qui peut ! L’Imam va sortir de sa mosquée, et prendre le maquis !

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *