Search
mardi 20 avril 2021
  • :
  • :

Sans Tabou: CNT, le cas Mohamed Ould Mataly

À travers une décision portant nomination des membres du cabinet du Président du Conseil national de Transition, les Maliens ont été surpris de voir le nom de l’ancien député Mohamed Ould MATALY. Cette surprise s’explique par le fait que cet ancien député figure parmi les personnes visées par le régime de sanction du Conseil de sécurité de l’ONU. Un régime de sanction dont l’objectif est de contrer les nombreuses entraves à l’application de l’accord pour la paix de 2015. Avec cette nomination de Mohamed Ould MATALY, les autorités de la transition foulent au pied une importante décision du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette nomination ne risque-t-elle pas de refroidir les relations entre le Mali et le Conseil de sécurité des Nations-Unies ?

Cette semaine, la composition du cabinet du président du Conseil national de transition a été rendue publique à travers une décision. Déjà le choix d’un ancien député visé par le régime de sanction de l’ONU suscite des interrogations. Des observateurs avertis craignent déjà que cette nomination ne soit de nature à détériorer les relations entre le Mali et le Conseil de sécurité de l’ONU pleinement engagé pour la paix et la stabilité dans notre pays.
Dans son dernier rapport rendu public le mois de février dernier, le Groupe d’experts de l’ONU sur le Mali dénonce la non-application des sanctions imposées par la résolution 2374 (2017), concernant l’interdiction de voyager qui frappe certains acteurs du processus de paix au Mali ; ainsi que le gel de leurs avoirs.
En effet, en violation de l’interdiction de voyager qui pèse sur eux, les experts de l’ONU ont constaté que des personnes inscrites sur la liste relative aux sanctions imposées par la résolution continuent à se déplacer à l’extérieur du pays.
L’on peut dire sans risque de se tromper que cette mise en garde du Comité d’experts est simplement tombée dans l’oreille d’un sourd. Pour preuve, un mois après le rapport qui dénonce la violation du régime de sanction, les autorités de la Transition nomment un ancien député qui fait l’objet de sanctions. L’ONU reproche à cet ancien député d’être en lien avec la criminalité organisée dans le nord de notre pays.
Faisant fi du régime de sanction de l’ONU, la Transition a nommé Mohamed Ould MATALY comme conseiller spécial du Président du Conseil National de Transition.
Depuis leur arrivée au pouvoir, les nominations faites par les autorités de la Transition ne cessent de susciter des polémiques. Les Maliens reprochent aux tenants du pouvoir de militariser l’administration publique. Plusieurs postes de responsabilités jadis occupés par des civils sont aujourd’hui confiés à des militaires. Malgré les dénonciations et les critiques, elles persistent dans leurs séries de nominations à polémique. Cette fois-ci, elles en remettent une couche en engageant un bras de fer avec l’Organisation des Nations-Unies.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *