Search
samedi 24 octobre 2020
  • :
  • :

Sans Tabou: coronavirus, l’Europe infectée, l’Afrique en sursis  ?

Après la Chine, l’épidémie de coronavirus a atteint l’Europe, malgré les dispositifs d’alerte mis en place. À la date d’hier, des cas confirmés ont été enregistrés dans plusieurs pays de l’Europe. C’est dans ce contexte qu’un troisième décès a été confirmé en France. Dans ce pays où vivent plusieurs milliers de compatriotes, différentes mesures ont été annoncées concernant les rassemblements publics, les écoles et les hôpitaux.

Hier lundi, on dénombrait 178 cas de contamination confirmés sur le territoire français, dont 99 hommes et 79 femmes. L’épidémie, dont le bilan a dépassé les 3 000 morts, à la date du lundi 2 mars 2020, se propage désormais à un rythme beaucoup plus rapide, à travers le monde qu’en Chine où elle est née, et pèse lourdement sur l’économie mondiale, selon des sources de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a annoncé lundi que le niveau de risque est passé de « faible à modéré » à « modéré à élevé » pour les habitants dans l’Union européenne (UE) et au Royaume-Uni, a rapporté la présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, lors d’une conférence de presse. « En d’autres termes, le virus continue de se propager », a-t-elle ajouté.

La Corée du Sud, le deuxième pays le plus touché après la Chine, a recensé lundi près de 600 cas supplémentaires, pour plus de 4 300 contaminations. Huit nouveaux décès ont été annoncés, ce qui porte le total à 26 morts dans le pays.

L’Italie a, elle, enregistré près de 500 nouveaux cas de contamination en vingt-quatre heures, ont annoncé dimanche les autorités sanitaires. Depuis le début de l’épidémie, près de 1 700 personnes ont été testées positives. L’Italie a connu aussi cinq nouvelles morts dimanche, portant le bilan des morts à 34, toujours dans trois régions du nord du pays, la Lombardie, l’Emilie-Romagne et la Vénétie.

Même si les Africains sont jusque-là épargnés par le virus, le Continent reste dangereusement exposé, à cause des dispositifs de prévention et de prise en charge précaires de nos structures de santé. Et pour cause ? Ce 2 février 2020, un premier cas confirmé a été enregistré au Sénégal.

En effet, le Français en observation à l’Institut Pasteur a été testé positif au Coronavirus. Il  s’agit du premier cas confirmé à Dakar, selon des sources médicales.

Selon les sources, le Français vivant aux Almadies a voyagé, samedi 29 février, via Air Sénégal.

Autant dire que le Continent, jusque-là épargné est désormais en sursis.

Depuis la confirmation d’un cas en Algérie voisine, l’alerte était au maximum à Bamako et à l’intérieur du pays, notamment au niveau des aéroports qui restent des portes de pénétration et de propagation de la maladie. À l’aéroport de Bamako Sénou, le niveau d’alerte est maximal. Une équipe de huit agents de santé par groupe veille au grain, selon les autorités médicales.

« Nous avons un agent dans la salle d’embarquement, sur le tarmac, pour les vols intérieur et extérieur. En plus, nous avons mis ce même dispositif sur les différents aéroports du Mali qui reçoivent aussi des vols extérieurs », a rassuré Dr AKORY AG IKNANE, Directeur général de l’Institut national de recherche en santé publique (INRSP), lors d’une conférence de presse.

Il faut noter que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) met en avant le fait que le virus frappe particulièrement les personnes de plus de 60 ans et celles déjà affaiblies par d’autres maladies. Parmi les 45 000 personnes testées positives au nouveau coronavirus en Chine jusqu’au 24 février, seuls 2,1 % avaient moins de 20 ans, précise l’OMS, qui a par ailleurs pressé dimanche les pays à travers le monde à s’approvisionner en dispositifs médicaux d’assistance respiratoire.

Par Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *