Search
mardi 1 décembre 2020
  • :
  • :

Sans Tabou: diffamation des FAMa, mettre fin à la calinothérapie

Selon un communiqué de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA) ‘’Des rumeurs mensongères circulent sur les réseaux sociaux, tendant à incriminer les FAMa d’avoir «fait de victimes innocentes» d’une ethnie à Libé, dans la commune de Baye, cercle de Bankass, région de Mopti.

Il s’agit d’une propagande dont le seul objectif est de vouloir saper le moral des FAMa pour ainsi les distraire dans la traque des terroristes sous toutes les formes sur toute l’étendue du territoire national. Mais les FAMa ne se laisseront point distraire’’. Armée malienne, grand seigneur ! Elle encaisse les coups, au front, des ennemis de la paix et elle en administre également des coups souvent très foudroyants. C’est la règle de tout engagement militaire.
Mais, l’armée est amenée aussi à encaisser les coups foireux de ceux pour qui elle risque sa vie au quotidien. Lâchement tapis derrière leurs claviers, ils ventilent de fausses informations sur nos Forces de défense et de sécurité, comme si c’était elles l’ennemi. En cherchant à enfoncer les FAMa qui assurent une mission régalienne de défense de l’intégrité territoriale, de protection des personnes et des biens, ils servent volontairement l’ennemi, ceux qui nous ont imposé une guerre absurde. Pourtant, il est clair : le Mali est dans un état de guerre. En cette période d’exception des mesures d’exception peuvent être invoquées contre les suppôts des agresseurs du Mali. Les chefs d’inculpation ne manquent pas : entente ou collision avec l’ennemi, atteinte au moral de la troupe… Les juges sont mieux qualifiés pour qualifier les faits. Le fait est que l’armée ne peut pas continuer à ne pas se laisser distraire. Il est temps d’amener les amuseurs publics à aller exercer leur art là où de droit. Parce qu’après tout, force doit rester à la loi et la défense de l’armée n’est pas facultative ; elle est obligatoire. La Constitution de la République du Mali dispose en ses articles 22 et 23 : ‘’La défense de la patrie est un devoir pour tout citoyen’’, ‘’Tout citoyen doit œuvrer pour le bien commun’’. Or, les individus sinistres calfeutrés dans leur délirium se mettent visiblement hors de ces dispositions constitutionnelles. Il n’y a pas de super citoyen ; la loi s’applique indistinctement à tous. Ces ennemis du Mali devraient donc être traqués, débusqués, traduits devant le juge pour certainement aller méditer leur sort à Bamako-Coura. Parce qu’il n’y a pas de cadeau pour les traitres à la cause. Parce qu’il le faut pour que les soldats, déjà passablement éprouvés par la rigueur des théâtres d’opérations, puissent continuer, sans préoccupations superflues, à accomplir leur mission. Parce que l’armée ne peut pas être un gadget, un jouet entre les mains de félons qui vendraient leur pays pour un clou. Le séjour d’un à deux fripons à Bamako-Coura devrait ramener les autres dans les rangs. Parce que la calinothérapie a montré toutes ses limites, il faut montrer les muscles. Procureurs de la République, à vos marques.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *